Projet d'animation et de développement des territoires des établissements publics de l'enseignement agricole

Vers l'excellence en production florale sous serre

Avril 2017 - Dominique Dalbin (animateur du réseau Gestion et protection de l'eau, DGER)

 

Rénovées en 2014, les serres horticoles de La Frondaie du lycée Honoré de Balzac de Castelnau le Lez conjuguent technicité et excellence environnementale, pour offrir aux élèves, aux professionnels et à la clientèle un outil de production exemplaire. Visite guidée...

Des chapelles en verre modernes et économes

2000 m2 de serres multi-chapelles haute technologie au cœur de la ville. Photo D.R.

Ceinturé par la ville, juste derrière la pinède emblématique du campus, un écrin de couleurs et de senteurs : géraniums, fuchsias, pétunias, oeillets, verveines et autres plantes méditerranéennes s'offrent à la vue comme un tableau enchanteur. Les plus anciens qui ont connu les précédentes installations de La Frondaie apprécient la métamorphose des structures, des plus performantes désormais : 2 000 m2 de serres verres hors-sol à double vitrage gaz rare, reliées à internet et pilotées pour optimiser la gestion climatique. Fini les tunnels plastiques et le changement de couverture indispensable tous les quatre ans ! Fini également les déperditions de chaleur. De plus la nouvelle chaudière à bois génère une énergie peu coûteuse et renouvelable, alimentant un réseau de chauffage basse température sous tables. L'été un système de refroidissement est même nécessaire, par cooling-système, très économe lui aussi (extraction de l'air chaud intérieur et passage de l'air extérieur au travers d'un matelas poreux humidifié).

Les économies concernent aussi la consommation en eau : récupération dans une citerne enterrée de l'eau de pluie des toitures de la serre, arrosage par sub-irrigation au niveau des tables et goutte-à-goutte pour les plantes en suspensions. Quant aux eaux de drainage des solutions nutritives, elles sont recyclées pour être ré-injectées, après ré-équilibrage. « On y gagne donc aussi en utilisation d'engrais », précise Guy Bernard, le directeur d'exploitation qui pilote, avec ses deux techniciens, cette belle vitrine de technologies

La PBI pour credo, les labels en reconnaissance

De même, avec la protection biologique intégrée (PBI) menée depuis plus de 10 ans, on arrive ici à la quasi-suppression des traitements phytosanitaires : par des mesures de lutte physique (filets anti-insectes), prophylactique (pratiques culturales raisonnées et sélection de variétés résistantes), éthologique (observations et piégeage des parasites et ravageurs des plantes en production) ou encore biologique (utilisation d'insectes ou d'acariens auxiliaires, prédateurs des ravageurs), fini les fongicides et insecticides conventionnels.

Le zéro phyto est devenu réalité et le management environnemental, certifié ISO 14001 depuis 2012 dans le cadre du groupe « Terre de Languedoc », témoigne de l'engagement pour diminuer les impacts de l'activité sur l’environnement. Analyse, diagnostic, plan d’action et réalisations s’enchainent dans un cercle vertueux d’amélioration continue.
Les autres labellisations Fleurs de France et Sud de France permettent de proposer des produits de qualité à une clientèle pour 95 % de particuliers ou de collectivités de proximité.

De la lutte éthologique (récupération et observation des insectes présents)...
à la lutte biologique (lâcher d'auxiliaires) pur une PBI efficace...
Plus de 80 % de la production florale garantie zéro phyto. Photos D.Dalbin

Cultiver l'avenir

Séance de TP dans la salle dédiée au rempotage. Photo D.Dalbin

L'investissement réalisé dans les équipements, ainsi que l'engagement des personnels d'exploitation et d'enseignement, permettent de répondre efficacement aux exigences de la transition agro-écologique pour apprendre à produire autrement. Outre les séances de TP, des stages d’une semaine par année scolaire ont été intégrés dans le cursus des formations  de la filière (bac pro production florale et bac pro technicien conseil-vente en produits horticoles et de jardinage). Ces stages permettent aux élèves de vivre une première expérience de terrain en les mettant dans des conditions réelles d’activité.

Contigüe aux installations de production florale, la serre maraîchère pédagogique permet de développer des actions en transversalité. Cette année par exemple, Marion Nouals, enseignante en techniques horticoles et référente locale enseigner à produire autrement, propose à ses élèves des rotations de cultures, à partir de différents types de tomates notamment, et sur des principes de cultures associées : carottes et persil mais aussi capucines (pour capter les pucerons), cosmos (pour attirer les insectes pollinisateurs), oeillets d'inde (pour protéger contre les nématodes nuisibles du sol), phacélie (comme engrais vert). Des ruches viennent même d'être installées pour assurer la présence de bourdons.
Les légumes, produits en bio, serviront à l’élaboration par les élèves du lycée (toutes filières de formation confondues, dans la halle technologique des bio-industries de transformation) de « la soupe d'Honoré ». Ce délicieux produit maison est mis à l'honneur une fois par an lors du « marché d'Honoré », et vendu aux parents d'élèves, aux personnels et aux visiteurs...

Cette appréhension de la complexité sur la chaîne production-transformation-commercialisation ouvre de nombreuses pistes pédagogiques très motivantes pour tous : pas de doute, à Castelnau le Lez, le slogan « cultive ton avenir » n'a jamais été aussi à propos !


Lire la fiche-action

Voir la vidéo

Chiffres clés de l'exploitation

  • Productions : Plantes à fleurs (chrysanthèmes, cyclamens, géraniums,...), plantes pépinière
  • Salariés : 2 ETP (salariés permanents)
  • CA 2016 : 80 000 €

Contacts utiles