Projet d'animation et de développement des territoires des établissements publics de l'enseignement agricole

Description

Titre du projet
Quels nouveaux végétaux pour l'"Y Grenoblois"?
Établissement
EPL Grenoble Saint Ismier
Description du projet
Il s'agit d'un projet en trois phases:
Etudier le développement de marché d'un "nouveau matériel végétal".
Expérimenter la mise en place d'un nouveau mode de production.
Investiguer un nouveau mode de commercialisation du végétal.
Thématique principale
Déclinaison des programmes d'actions du projet agro-écologique pour la France
Thématique secondaire
Agriculture et agro-écologie

Identification

Centre constitutif concerné
1513
Adresse et numéro de téléphone de l'établissement
1 chemin de Charvinières 38332 St Ismier cedex
Nom du responsable du dossier
PETITJEAN Frédéric
Fonction du responsable du dossier
Coordonnées du responsable du dossier au sein de l'équipe de direction
DEA
Nom du chargé de projet
ROY Hélène
Fonction du chargé de projet
IAE
Coordonnées du chargé de projet

Projet

Rapport 1

Actions prévues réalisées ou en cours
Sachant que la troisième phase nous semblait une suite logique à la première étude et que la deuxième phase demandait un travail préparatoire de documentation sur les substrats, nous avons fait le choix sur cette première année de concentrer nos effort sur la première phase du projet à savoir : étudier le développement de marché d'un "nouveau matériel végétal".

Pour cela la décission a été prise de réaliser une enquète auprès des professionnels de l'aménagement (collectivités, entrepreneurs, et bureaux d'architectes paysagistes).
Cette enquête a été menée en collaboration avec les étudiants de licences professionnelles AGP qui ont travaillés sur la création du questionnaire, les entretiens, la collecte et l'analyse des données.
Il est ressorti de cette enquête que la demande des professionnels est assez différente selon la catégorie des professionnels interrogés.
Ainsi si la demande des architectes paysagistes apparait clairement, celle des collectivités varie selon que la personne interrogée appartient à l'équipe technique ou fait partie des élus.

Ce sujet va donc faire l'objet d'une deuxième enquête, toujours en collaboration avec les étudiants de licence pro, pour approfondir et mieux cerner la demande des collectivités et des entrepreneurs.
Actions non prévues réalisées
Bilan planète sur l'exploitation:
Une première analyse énergétique de l'exploitation a été réalisée.
Elle comportait plusieurs étapes :
- deux jours de formation sur le logiciel et la méthode.
- collecte des données nécessaires (énergies directes consommées, produits phytosanitaires, consommables utilisés, végétaux achetés et vendus.....)
- rentrée des données exploitées dans le logiciel.
- analyse des données
- bilan
Il reste à mener un certain nombre d'actions correctives au vu des résultats de l'analyse. Notamment une réflexion doit être menée sur une meilleure appréciation des consommations d'énergie directe (électricité, gaz, carburants..) par des enregistrements plus précis et sur la possibilité de diminuer les consommations de plastiques (conteneurs, godets...)
Actions à réaliser
Le choix a été fait de concentrer sur la première année le volet "étude du végétal dans l'Y grenoblois".

La seconde partie du projet, à savoir "expérimenter la mise en place d'un nouveau mode de production", ne sera donc concrêtement entamée qu'à la rentrée 2009. Cependant une première phase de recherche et d'information sur les différents substrats utilisables en agriculture biologique a déjà été menée.
Il restera également à mettre en place, de façon décalée (deuxième et troisième années), les essais sur la fertilisation.

la troisième phase concernant le nouveau mode de commercialisation du végétal, qui doit étudier la demande du consommateur en végétaux d'ornementation
issus de l'agriculture Biologique, est la suite logique de la première phase.
Elle a donc été logiquement repositionnée sur la troisième année.
Partenaires
Une grande proportion des professionnels de l'aménagement de l'Y grenoblois sollicités au travers de l'enquête.
Des professionels désireux d'un appui technique en lien avec le premier thème:
- greeneo : travail sur une gamme végétale adaptée à la création de "tableaux végétalisés".
- Pierre-Yves Jorcin : travail sur la mise au point de plaques permettant une végétalisation, établissement de dossier d'appel à projet pour l'optention de subventions.
Indicateurs de suivi
Résumé grand public
Validation par le chef d'établissement
Vu par le chef d'établissement
Validation par la DRAAF
Vu par la DRAAF
Commentaire de la DRAAF
Validation nationale
29/03/10
Vu par la DGER
Commentaire de la DGER

Rapport 2

Actions prévues réalisées ou en cours
Cette année a été consacrée dans un premier temps à corréler la première enquête réalisée auprès des entrepreneurs, des collectivités et des architectes paysagistes avec une enquête sur le même thème mais cette fois auprès des producteurs. Ces deux enquêtes ont mis en évidence la place déterminante des collectivités. En effet ces dernières influencent grandement de façon directe ou indirecte le choix des types de végétaux achetés par les différents acteurs. Nous avons donc décidé de réaliser dans un deuxième temps une troisième enquête toujours auprès des collectivités mais cette fois avec un questionnaire plus ciblé qui permettait de connaître le positionnement de ces dernières par rapport aux végétaux issus de l'agriculture biologique ou produits en local. La même enquête auprès des particuliers doit être finalisée cet été.
Entre temps des substrats, près à l'emploi, adaptés à la pépinière ont été trouvés.
Actions non prévues réalisées
Analyses des données issues des dossiers de candidature du concours de fleurissement de l'Isère.
Actions à réaliser

Les enquêtes réalisées cette année ont montré que pour pouvoir valoriser la production locale (ou biologique encore quasi inexistante.) il est indispensable d'y associer les collectivités mais également les grosses entreprises de l'aménagement avec lesquelles elles travaillent régulièrement. Nous avons donc besoin de connaître également leur position sur le sujet.
A l'issue de ces différentes enquêtes il nous restera alors à communiquer sur ces résultats auprès des différentes structures et personnes enquêtées et à proposer en retour des actions possibles pour valoriser la production locale et / ou biologique.
Partenaires
Une grande proportion des professionnels de l'aménagement de l'Y grenoblois sollicités au travers de l'enquête.
Indicateurs de suivi
L'expérimentation sur les terreaux n'a pas été réalisée puisque des substrats prets à l'emploi ont été trouvés.
Plus qu'une liste de végétaux ce sont des critères de choix et des besoins des acteurs de la filière aménagement qui ont été établis.
Résumé grand public
Validation par le chef d'établissement
Vu par le chef d'établissement
Validation par la DRAAF
01/07/10
Vu par la DRAAF
01/07/10
Commentaire de la DRAAF
Actions cohérentes avec le projet initial ; les liens avec les professionnels, collectivités et avec la sphère pédagogique sont bien assurés
Validation nationale
01/02/11
Vu par la DGER
Commentaire de la DGER

Rapport 3

Actions prévues réalisées ou en cours
La première année nous avons mis en évidence les besoins en terme de végétaux et les difficultés rencontrées par les acteurs de la filière aménagement : à savoir les collectivités les entrepreneurs et les architectes paysagistes.
Nous avons également croisé ces données avec la vision des producteurs.
La deuxième année nous nous sommes efforcés d'évaluer l'intérêt que pouvaient porter les collectivités aux végétaux issus de l'Agriculture Biologique et/ou de la production locale. Les collectivités étant les plus à même de jouer un rôle important sur les nouvelles orientations.
Cette année nous avons terminer ce projet par une étude auprès des particuliers destinée à connaître leur position vis à vis des produits issus de l'Agriculture Biologique. Nous souhaitions connaître l'accueil qui pourraient réserver à des végétaux ornementaux issus de l'AB.
Actions non prévues réalisées
Actions à réaliser
Partenaires
La première année nous avons sollicité les collectivités, les entrepreneurs, les architectes paysagistes et les producteurs. La deuxième année nous nous sommes concentrés sur les collectivités.
Cette année nous avons interrogé les particuliers, de tous âges, de toutes professions, sur différents lieux (espaces publics, jardineries, supermarchés, marchés... au total un peu moins de personnes.
Indicateurs de suivi
Ce Projet doit faire l'objet d'une restitution sous la forme d'une conférence où seront invités les professionnels, les collectivités, les architectes paysagistes, et toutes les personnes succeptibles de jouer un rôle important dans la filière ou sur le territoire du grésivaudan (UNEP, FNPHP Ratho, adayg......).
A l'issue de ce projet nous formulons un certain nombre de conclusions qui mettent en évidence des dysfonctionnements au sein de la filière mais aussi des besoins en terme de formations, d'expérimentation et d'accompagnement des différents acteurs de la filière qui permettraient de valoriser et développer la production locale et la production AB.
Résumé grand public
résumé des années 2 et 3
L' enquête 2 a permis de montrer dans un premier temps que les collectivités enquêtées sont pour la plupart sensibilisées au problème d'environnement et qu'elles sont déjà plus ou moins engagées dans des démarches qui vont dans ce sens.

Pour celles qui le sont moins, il s'agit souvent de petites structures dont le service espace vert se limite à 1 ou 2 personnes. Elles sont souvent polyvalentes et pas forcément spécialisées dans les espaces verts.

Au travers de cette enquête il est apparu que l'agriculture biologique est une notion qui semble connue, dont l'intérêt environnemental est reconnue. Les 3/4 des personnes interrogées sont même prêtes à payer le végétal bio plus cher. Pourtant plusieurs éléments sont un frein au développement de l'horticulture bio selon eux.

- En premier lieu une offre qui est pour l'instant quasi inexistante et qui ne permet pas de fournir en quantité et dans une large gamme.

- L'absence d'études permettant de comparer la qualité d'un végétal issu de l' horticulture biologique et conventionnelle et qui justifieraient un coût plus important.

- L'obligation pour les communes de lancer des appels d'offre souvent basés sur le prix et donc inadaptés à l'agriculture biologique.

L'enquête 3 auprès d'environ 200 personnes a montré que le label AB était maintenant bien connu (à plus de 85%) et que la moitié des personnes en achetaient (surtout des produits alimentaires AB).
Concernant les végétaux, plus de 50% des personnes seraient prêtes à acheter des végétaux ornementaux issus de l'AB dans une fourchette de 10 à 20 % plus cher pour 80% d'entre eux.
Pourtant dans cette enquête il apparait encore que le végétale issu de l'AB n'est pas bien connu et les avis sont très partagés : environ 40 % des personnes interrogées ne savent pas s'il y a une différence entre un végétal issu de l'agriculture conventionnelle et biologique, 25% pense qu'il est plus resistant, 13% qu'il est plus fragile, 23 % qu'ils sont identiques.
Les particuliers sont en demande d'informations concernant les végétaux qu'ils achètent et même s'il sont nombreux à penser qu'ils choisissent selon leurs envies (33%) s'inspirent largement des catalogues (26%), des magazines (22%), des émissions TV (19%).
Ils reprennent également des idées dans les aménagements des villes (15%).
Le développement du végétal d'ornement Bio passe donc par une information du consommateur à l'affût de conseils et d'informations.


Validation par le chef d'établissement
Vu par le chef d'établissement
Validation par la DRAAF
24/06/11
Vu par la DRAAF
24/06/11
Commentaire de la DRAAF
Ojectifs initiaux atteints.
Démarche prospective sur le végétal d'ornement produit en AB intéressante, ouvrant des perspectives de marché pour l'établissement mais aussi pour la profession, actuellement peu sensible à la conduite des productions en bio.
Validation nationale
Vu par la DGER
Commentaire de la DGER