Projet d'animation et de développement des territoires des établissements publics de l'enseignement agricole

Description

Titre du projet
Mise en place d'une unité pilote de compostage et valorisation des résultats.
Établissement
EPN Nouvelle Calédonie
Description du projet
L'idée: travailler sur la valorisation des déchets verts via la production de compost. Réalisation d'1 unité pilote de compostage afin de tester des pratiques et établir des références sur des process peu connus aujourd'hui dans les conditions naturelles de La Nlle Calédonie (impacts du climat et de la nature des végétaux et micro-organismes locaux). Partenariat EPN/Recherche/Collectivité.
Thématique principale
Thématique secondaire
Développement local et péri-urbain

Identification

Centre constitutif concerné
Adresse et numéro de téléphone de l'établissement
Lycée Agricole de Nouvelle Calédonie BP5 98.825 POUEMBOUT Nouvelle Calédonie 00.687.472.644
Nom du responsable du dossier
Joseph GESTIN
Fonction du responsable du dossier
Coordonnées du responsable du dossier au sein de l'équipe de direction
Joseph GESTIN Proviseur
Nom du chargé de projet
Corinne CHAUVEAU
Fonction du chargé de projet
Enseignante
Coordonnées du chargé de projet
Corinne CHAUVEAU corinne.chauveau@educagri.fr 47-26-44

Projet

Rapport 1

Actions prévues réalisées ou en cours
Le lycée agricole de Pouembout en Nouvelle Calédonie a lancé un atelier pédagogique de compostage à petite échelle depuis 2007 pour valoriser les déchets verts produits par le lycée. Face :
- aux quantités importantes de déchets verts en milieu subtropical,
- au développement économique de la zone Voh-Koné-Pouembout et
- à la non valorisation des déchets verts
le lycée agricole a souhaité mettre en place une plate-forme pilote de compostage. C'est pour ces raisons qu'il a entrepris des démarches auprès de divers partenaires comme les Provinces, le Centre de Recherche et d'expérimentation agronomique, l'ADEME, Koniambo Nickel SAS....
Cela a abouti à la signature d'une convention tripartite entre le lycée agricole, la Province Nord et l’ADEME en 2011 pour la création d'une unité pilote de compostage et d'une étude technico-économique.
A partir de la mise en place de la convention, une aire stabilisée a été aménagée pour stocker les déchets verts et créer les andains.
Les matériels ont été commandés : un broyeur de végétaux à moteur thermique, un retourneur d'andains et une sonde à compost. Mais leur livraison a été retardée à cause des délais d'acheminement par voie maritime entre la métropole et la Nouvelle Calédonie et le déblocage des crédits d'investissements liés à la convention.
Les matériels ont réellement été mis en route en mars 2012. Dans le même temps, un salarié à mi-temps a été recruté pour s'occuper du broyage, retournement...
Actions non prévues réalisées
Actions à réaliser
Pour réaliser l'étude technico-économique, un suivi est réalisé en termes de :
- apport des déchets verts et tri
- temps de travaux pour le broyage, le retournement...
- relevés de température et oxygène
- irrigation...
Ce suivi est en cours, mais il est encore trop tôt pour les premiers résultats
Partenaires
Les différents partenaires sont :
- La Province Nord de la Nlle Calédonie : financement du projet, aspects réglementaires, développement agricole et économique.
- ADEME: financement, concours technique et scientifique.
- Arbofruits (Association des arboriculteurs de Nouvelle Calédonie) qui est très demandeuse de compost pour la valorisation dans les vergers en cours de conversion à l'agriculture biologique
- le SIVOM de la zone VKP en charge des déchets ménagers qui fournit les déchets verts et est très intéressé par le compostage
- La Chambre d'Agriculture de Nouvelle Calédonie à travers son pôle machinisme travaille en étroite collaboration pour l'aspect mécanique et le pôle élevage qui a un projet de compostage des déchets de cuves de désinfection d'élévage en partenariat avec le lycée
Indicateurs de suivi
Le compostage est une technique très peu utilisée en Nouvelle Calédonie malgré les quantités importantes de déchets verts produites et les risques importants d'incendie liés à la destruction des déchets verts par le feu.

Ainsi, la plateforme de compostage du lycée est une des seule à être créée et fonctionner particulièrement en Province Nord.

Dans le même temps, des déchetteries sont en train de se créer en intercommunalités pour remplacer les "dépotoirs", ainsi le compostage est amené à se développer au sein de ces structures. La plateforme du lycée joue donc un rôle d'innovation.

Enfin, le Lycée, se situant dans une zone en plein développement où les quantités de déchets augmentent, commence à transformer les déchets verts de cette zone et est donc initiateur.
Résumé grand public
Le Lycée agricole de Pouembout se situe dans une zone connaissant un développement explosif, engendrant des quantités de déchets ménagers et déchets verts plus importants.
De plus, les habitudes en NC pour évacuer les déchets verts sont la destruction par le feu, provoquant des risques d'incendies importants surtout durant la saison sèche.
Enfin, des décheteries étant en projet, il est important de développer la technique du compostage des déchets verts.
C'est pour ces raisons que le lycée agricole de Poumbout a souhaité mettre en place une plateforme-pilote de compostage. En effet, le lycée avait déjà lancé un atelier pédagogique de compostage à petite échelle depuis 2007 et était le seul en Province Nord à développer la technique du compostage des déchets verts.
Les partenaires tels que la Province Nord et l'ADEME ont donc soutenu ce projet de plateforme pour qu'elle puisse :
- caler les process
- établir des références locales en matières de compostage
- jouer un rôle de démonstrations auprès des SIVU et SIVOM...
- être initiateur dans le domaine et développe des formations dans ce sens.
Le plateforme a réellement démarré en mars 2012. Toute la phase préalable a été :
- les négociations auprès des partenaires
- la mise en place de la plateforme
- le choix et la commande des matériels
- le recrutement d'une personne à mi-temps
- ...
Validation par le chef d'établissement
Vu par le chef d'établissement
Validation par la DRAAF
Vu par la DRAAF
Commentaire de la DRAAF
Validation nationale
22/01/13
Vu par la DGER
Commentaire de la DGER

Rapport 2

Actions prévues réalisées ou en cours
Il faut signaler que la mission tiers-temps à l'EPN de Nouvelle Calédonie est en décalage par rapport à la Métropole du fait des dates des années scolaires qui correspondent à l'années civile.
L’année 1 du projet, (l’année civile 2011) a été la phase de lancement et de mise en place de la plate-forme pilote de compostage.
Cette plate-forme pilote a été réellement opérationnelle début 2012, qui correspond à l’année 2 du projet. L’étude technico-économique a pu alors démarrer.
A l’heure actuelle, notre plate-forme est quasiment la seule plate-forme de compostage activité en Nouvelle Calédonie.
La demande de la Province Nord est de viser un process adapté aux conditions locales (des déchets verts secs et très ligneux…) et reproductible par un Syndicat intercommunal, une déchetterie…
En 2012, nous avons mis en place 7 andains sur lesquels nous contrôlons plusieurs paramètres (les temps de travaux, les relevés de température et oxygène...)
Nous sommes actuellement en train de procéder aux traitements des données de 2012 : au niveau technique afin de mettre en avant les difficultés, établir les process de fabrication en fonction de ces difficultés et au niveau économique afin d’établir les coûts de production, les marges brutes et nettes…
Des outils de communication ont été réalisés : articles de journaux, panneaux d’affichage, une fiche ADEME retour d’expérience,
et complètent nos actions de communication lors des foires agricoles et complètent nos actions de démonstration.
Actions non prévues réalisées
Une partie de la profession agricole n’intégrant que peu la dimension environnementale de la production, nous pensions travailler uniquement avec :
- des exploitations installées en agriculture biologique (norme Océanienne d’agriculture biologique : BioPasikica en Nouvelle Calédonie)
- et des particuliers qui achètent du compost pour leur potager, le rempotage de plantes ornementales…

Aujourd’hui, nous sommes aussi sollicités par les exploitations de plus grandes tailles engagées dans un processus d’agriculture responsable (équivalent de l’agriculture raisonnée en Métropole, mais avec un cahier des charges plus strict et une certification « agriculture responsable ».

Mais les quantités demandées par ces exploitants pour amender leurs sols sont trop importantes par rapport à nos capacités de production. En effet, étant une plate-forme expérimentale donc de taille moyenne, nous ne pouvons pas encore répondre à la demande.

Actions à réaliser
L’étude technico-économique doit se poursuivre sur la seconde année avec un objectif de production plus importante afin d’arriver à nos limites de production et établir des références.
Nous devons communiquer d’ici un mois nos résultats technico-économiques de l’année 2012 auprès de nos partenaires, des professionnels : agriculteurs, entreprise d’espaces verts…
Notre mission est également de :
- communiquer sur nos résultats auprès des professionnels
- d’accompagner de nouveaux projets de compostage
- sensibiliser à la valorisation des déchets verts
- de faire des journées de formation et de démonstration
- d’initier des changements de pratiques
Cette mission va s’intensifier durant l’année 2013.
Un travail de communication doit aussi être réalisé sur la qualité des déchets générés par les ménages :
- jusqu’à présent les déchets verts et les déchets encombrants étaient collectés en même temps donc le tri n'était pas une habitude
- les ménages n’ont pas l’habitude d’entretenir leurs jardins en fonction des dates de collecte des déchets verts, ainsi les déchets sont trop secs donc trop carbonés…
- sur le compostage individuel car la plupart des ménages ont l’habitude de brûler leurs déchets verts
Pour 2014, le projet devrait prendre de l’ampleur face à la sollicitation de nos partenaires vers :
- le co-compostage des déchets de cantine et déchets verts
- sur la mise en place d’une parcelle témoin pédagogique pour réaliser des essais en plein champs.
Partenaires
Les différents partenaires sont les mêmes depuis le début du projet : Province Nord de la Nouvelle Calédonie (équivalent des régions en Métropole), l’ADEME, le SIVOM (Syndicat intercommunal à vocation multiple dont les compétences sont la gestion de l’eau et des déchets) des communes Voh-Koné-Pouembout.

Ces partenaires nous sollicitent pour poursuivre notre travail en 2014 sur le compostage en :
- développant le co-compostage à base des déchets de cuisine du lycée et des déchets verts.
- faisant des expérimentations en plein champs

La continuité de ce projet pourrait aussi permettre d’être un pôle d’innovation et de démonstration auprès :
- des autres établissements publics puisque le co-compostage n’est pas du tout pratiqué en Nouvelle Calédonie

Aujourd’hui, nous sommes aussi sollicité par :
- le pôle « élevage » de la Chambre d'Agriculture de Nouvelle Calédonie (CANC) pour un projet de compostage des déchets de cuves de désinfection d'élevage
- le pôle « agriculture responsable » de la CANC pour inciter les agriculteurs à produire et utiliser du compost dans leurs parcelles de culture.

Le lycée agricole et le comité organisationnel du salon de l’horticulture organisent le salon horticole 2013 sur le site du lycée. C’est dans ce cadre que le LEGTA réalisera des démonstrations de compostage, de matériels.
Indicateurs de suivi
Résumé grand public
Grâce à un partenariat avec la Province Nord (équivalent des Régions en Métropole) et l'ADEME et l’étude de faisabilité en 2011, une plateforme-pilote de compostage a vu le jour au LEGTA de Nouvelle Calédonie en 2012.

Suite à un petit retard, elle est en activité depuis mars 2012. Durant cette année-là, 7 andains ont été mis en place et sont contrôlés quotidiennement au niveau technique et temps de travaux afin d’élaborer des coûts de production.

Ces partenaire sont soutenus ce projet de plateforme afin de :
- caler les process de production, reproductibles pour d’autres plate-forme
- établir des références technico-économiques locales en matières de compostage
- jouer un rôle de démonstrations auprès des SIVU et SIVOM...
- être initiateur dans le domaine et développer des formations dans ce sens.


Cette plate-forme a des enjeux importants dans la mesure où :
- quasiment aucun compostage à moyenne ou grande ne se fait en Nouvelle Calédonie
- les habitudes en Nouvelle Calédonie pour évacuer les déchets verts sont la destruction par le feu, provoquant des risques d'incendies importants surtout durant la saison sèche
- elle se situe dans un territoire en plein développement démographique et économique.

En 2013, l’activité de la plate-forme doit s’intensifier et l’étude technico-économique doit se poursuivre. Cette activité doit également permettre d’accentuer les actions en termes de :
- de communication
- de Partenariat
- de démonstrations de compostage, de matériels.
- de formations thématiques….
afin de jouer son rôle d’initiateur, de pilote…

La continuité de ce projet pour 2014 serait de :
- développer le co-compostage à base des déchets de cuisine du lycée et des déchets verts.
- faire des expérimentations en plein champs sur des sols très pauvres
Validation par le chef d'établissement
Vu par le chef d'établissement
Validation par la DRAAF
Vu par la DRAAF
Commentaire de la DRAAF
Validation nationale
22/01/13
Vu par la DGER
Commentaire de la DGER

Rapport 3

Actions prévues réalisées ou en cours
Cette plate-forme pilote, opérationnelle depuis début 2012, entame sa 2ème année de fonctionnement. En 2012, 7 andains ont été mis en place. En 2013, 12 andains d'environ 15-20 m3 chacun sont prévus : 1 andain/mois à chaque collecte de déchets verts par le syndicat intercommunal. Au niveau technique, le process est maintenant bien calé et est adapté aux conditions climatiques et aux types de déchets verts. Toutefois, des problèmes de qualité des déchets ressortent :
- impuretés dans les déchets verts, voir même des encombrants
- déchets verts trop secs et très ligneux, ce qui engendre des C/N élevés.
Ces problèmes viennent des habitudes des ménages puisque la collecte est récente.

Une mission de l'ADEME est prévue en juillet 2013 pour travailler sur le mise en place du co-compostage déchets verts et déchets de cantine.

De nombreuses visites et démonstrations nous sont demandées puisque notre plateforme est quasiment la seule à fonctionner en Nouvelle Calédonie : visite par les services techniques des Provinces (équivalent des Régions en Métropole), par des élus des Provinces et du Gouvernement de la Nouvelle Calédonie, par des bureaux d'étude...
Actions non prévues réalisées
Un groupe de travail "sur la gestion et l'utilisation des matières organiques en agriculture" en Nouvelle Calédonie s'est crée en regroupant différents organismes comme la chambre d'agriculture de Nouvelle Calédonie, les centres de recherche, les Provinces (équivalents de Régions en Métropole), le lycée agricole...
Actions à réaliser
En 2013, après la mission de l'ADEME en juillet, nous devrons travailler sur :
- les protocoles sur le co-compostage : déchets verts et déchets de cantine
- les aspects sanitaires et la sécurité
- la mise en place d'un tri collectif pour aboutir à ce co-compostage

Durant cette année civile (puisque le projet en NC est en décalage avec la Métropole), il est également prévu de travailler sur la communication, la valorisation de ce projet. Nous travaillons déjà sur ces aspects en ;
- publiant des articles dans les revues
- accentuant notre participations aux salons et foires agricoles
- en accentuant les visites, démonstrations de la plateforme
- en mettant en place des journées de formation thématique
- en mettant en place des partenariats comme celui avec la Chambbre d'agriculture de Nouvelle Calédonie

Partenaires
Les différents partenaires, qui nous ont soutenus depuis le début du projet, restent les mêmes et contniuent de nous faire confiance puisque nous allons travailler avec eux en 2014 sur :
- le co-compostage à base des déchets de cuisine du lycée et des déchets verts.
- des expérimentations en plein champs

Nous sommes également en partenariat avec la Chambre d'Agriculture de Nouvelle Calédonie (CANC) sur un essai de co-compostage de déchets de cuves de désinfection d'élevage et de déchets verts
Indicateurs de suivi
Pour le suivi du projet et l'étude demandée par les partenaires, chaque opération et paramètre doit être noté précisemment.
Pour le suivi technique, plusieurs paramètres sont pris en compte :
- la température
- l'irrigation
Pour le suivi économique, tous les temps de travaux sont notés afin de pouvoir déterminer des coûts de production.
Ainsi, on arrive à des temps annuels de :
- tri, broyage, mise en andain = 503 heures
- opérations manuelles sur la plateforme (contrôle des températures, gestion de l'irrigation, entretien de la plateforme, paillage...) = 434 h qui comprennent
- autres opérations mécanisées sur le plateforme (retournement, chargement frontal...) = 48 h
- traitement du compost (criblage, mise en sac, vente) = 394 h
soit un total de 1379 h. Ainsi, nos estimations sont bonnes puisque un 70 % correspond à 1420 h. On obtient donc une différence de 41 h (1420 -1379) qui corresponde aux temps d'enregistrement de certaines données.
Le temps de travail de 70 % se décompose comme suit :
- l'emploi à mi-temps (50 %) prévu dans le projet initial
- 20 % de temps du technicien de l'exploitation qui aide pour des travaux spécifiques.

Ces temps correspondent uniquement aux travaux réels de travail (manuel ou mécanique) sur la plateforme et ne comprennent pas tout le travail d'animation, de négociations et partenariats, de réunions, de bilans pour les partenaires... qui est pris en charge à travers le tiers-temps.
Résumé grand public
Validation par le chef d'établissement
Vu par le chef d'établissement
Validation par la DRAAF
Vu par la DRAAF
Commentaire de la DRAAF
Validation nationale
18/11/13
Vu par la DGER
18/11/13
Commentaire de la DGER