Projet d'animation et de développement des territoires des établissements publics de l'enseignement agricole

Description

Titre du projet
Développement de la filière maraîchage biologique sur l?EPLEFPA de Fayl-Billot et son territoire
Établissement
EPL Fayl Billot
Description du projet
Dans le cadre des orientations de la politique agricole nationale et le contexte d?une demande territoriale croissante, l?EPLEFPA de Fayl-Billot s?engage dans le développement du maraîchage biologique.
La création d?un socle de ressources et d?expérimentations a pour but de structurer et dynamiser une filière économique et technique en maraîchage biologique sur son territoire.
Thématique principale
Agriculture et agro-écologie
Thématique secondaire
Diversification-installation en agriculture

Identification

Centre constitutif concerné
Adresse et numéro de téléphone de l'établissement
5 ruelle aux loups 52500 FAYL BILLOT Tél : 03 25 88 63 02
Nom du responsable du dossier
HENRY Xavier directeur EPLEFPA
Fonction du responsable du dossier
Coordonnées du responsable du dossier au sein de l'équipe de direction
5 ruelle aux Loups 52500 FAYL BILLOT
Nom du chargé de projet
TAILLARD Damien
Fonction du chargé de projet
PLPA2 techniques horticoles
Coordonnées du chargé de projet
5 ruelle aux loups 52500 FAYL-BILLOT

Projet

Rapport 1

Actions prévues réalisées ou en cours
Parmi les différents objectifs opérationnels, plusieurs actions ont été commencées mais aucune n'est pour le moment terminée.
La création d'un dispositif de pré-installation n'a pu être réalisée pour l'année 2012 par manque de candidat pour le poste proposé. L'action sera retentée l'année prochaine.
Le socle de ressources commence à se mettre en place. Une base documentaire sur le maraichage biologique commence à voir le jour au sein du centre de documentation du lycée. Les modalités de consultation de ces ressources par les professionnels doivent être davantage travaillées et les ressources complétées.
L'activité maraichage biologique s'organise et augmente progressivement. La surface de production en plein champ pour 2012 est de 8000 m² et d'ici la fin de la saison, 1400 m² de tunnel seront disponibles pour la production. La surface totale convertie en bio est supérieure à 4 ha et donc la surface cultivable pourra encore être augmentée pour les années futures si le besoin se fait sentir. L'atelier sera donc suffisament conséquent pour accueillir un ou deux porteurs de projets ainsi que les apprenants en formation initiale et stagiaire BPREA.
Différents travaux sur les modules optionnels (EIE , MAP) sont mis en place pour accentuer le rôle pédagogique de l'exploitation.
Enfin, les premières expérimentations doivent être mises en place à partir de l'été 2012 concernant la lutte contre les adventices à l'aide de BRF et la lutte contre l'oîdium sur courgette.
Actions non prévues réalisées
Mise en place de la Protection Biologique Intégrée au sein des serres de productions florales de l'exploitation.
L'objectif final est d'arriver à zéro pesticide dans les années à venir.
Le travail est de suivre les populations de ravageurs des cultures et de programmer les lâchers d'auxiliaires en conséquence.
Des documents d'analyse de la PBI et des comparaisons de coûts entre la lutte conventionnelle qui était pratiquée autrefois sur l'exploitation et la PBI sont en cours de réalisation afin d'étudier l'efficacité de ces techniques et la différence de coût pour une entreprise de même activitée.
Actions à réaliser
Toutes les actions ont été commencées ou étudiées mais aucune n'est encore arrivée à terme.
Pour la création du dispositif de pré-installation, la réflexion sur le statut se poursuit et une nouvelle proposition sera faite pour les stagiaires BPREA maraichage biologique ou tout autre personne de profil similaire pour l'année 2013.
Le socle de ressources doit encore se renforcer, notamment au niveau des livres. Le système doit également être réfléchi afin que les professionnels s'investissent et fassent vivre le lieu.
Les actions pédagogiques devront être renforcées afin que les enseignants de matières générales s'investissent également sur l'exploitation et fassent davantage d'exercices à l'aide de ce support pédagogique.
Enfin, le choix des expérimentations se fera en fonction de la demande des professionnels qui chaque année sont consultés pour déterminer un programme d'expérimentation à suivre. Les résultats seront publiés ultérieurement lors de journées techniques et à l'aide du bulletin d'information de l'exploitation.
Partenaires
Différentes réunions ont déja eu lieu entre l'équipe projet du lycée, les partenaires territoriaux (GAB, FRAB, Chambre d'agriculture...) et les professionnels locaux.
Ces réunions ont eu plusieurs thèmes :
- choix des expérimentations à mettre en place,
- mise en place de la base de ressources,
- reflexion pour la mise en place d'un réseau de distribution des productions auprès des collectivités.

Ce dernier thème est le plus sensible car l'exploitation doit montrer qu'elle a sa place sur le marché bio sans concurrencer les producteurs. La difficulté est donc que la profession nous perçoive comme un partenaire intéressant plutôt qu'un concurrent.
En cela, la crédibilité de l'atelier est importante et indisoensable afin que l'on puisse leur montrer que nous sommes compétents, dignes de confiance et présents à leurs côtés pour dynamiser le secteur.
Indicateurs de suivi
L'impact est pour le moment limité car il s'agit de la première année d'activité et le projet doit encore se mettre en place.
Le but est d'améliorer la filière maraichage biologique et répondre aux besoins de la profession et ce travail ne pourra se faire que sur plusieurs années.
La formation des stagiaires apporte actuellement une aide aux professionnels lors des stages et la création de ressources (documentaire et d'expérimentation) aident le développement de la filière.
Les professionnels sont très demandeurs de ces expérimentations et attendent avec impatience les résultats. Certains d'entre eux ont déja commencé à nous contacter pour mettre en place ensemble d'autres expérimentations pour l'année 2013, par exemple sur l'utilisation de plants greffés contre le mildiou de la tomate.
Résumé grand public
La région Champagne-Ardenne et le lycée de l'horticulture et du paysage de Fayl-Billot ont décidé de développer la filière maraichage biologique. Ainsi, il a été voulu pour aider au développement d'une activité qui retrouve un nouvel essor, de faire du lycée de Fayl-Billot un lieu de ressource et de référence en maraichage au niveau régional.

Pour parvenir à ce résultat, le lycée a décidé de développer différentes actions:
- Augmentation des surfaces de productions :
L'atelier maraichage biologique est donc passéde 2000 m² de production en 2011 à plus de 8000 m² en 2012, à laquelle on pourra rajouter 1400 m² de surface sous abri. Pour les années futures, des surfaces encore plus importantes seront cultivées car l'exploitation possède à ce jour plus de 4 ha certifiés bio.
Cette activité est nécessaire pour l'apprentissage des gestes techniques et des méthodes de travail respectueuses de l'environnement pour les stagiaires en BPREA maraichage biologique et les élèves en bac pro Productions Horticoles.
L'augmentation de ces surfaces en 2012 nous permet de mieux appréhender notre outil de travail afin d'être opérationnel au plus vite et avoir des surfaces de productions disponibles dès 2013 pour un ou plusieurs porteurs de projet.
Du matériel performant a été acheté afin de faciliter les différentes opérations (bineuse, planteuse, semoir trois rangs, butteuse). Ce matériel est également à la disposition des professionnels en location afin de les aider dans leur production.
L'objectif de cet espace est de pouvoir former les futures professionnels en formation et de laisser un espace de travail suffisant afin que des porteurs de projets se testent dans leurs productions et leurs commercialisations.

- Création d'un centre de ressources:
Plusieurs ouvrages spécifiques aux productions biologiques et maraichères ont déja été achetés afin de créer un centre de ressources accessible à tous. Le but est d'offir aux professionnels comme aux apprenants une base de ressource relativement complète pour leurs recherches.
Ce centre de ressource constitue une source très importante d'informations pour les futurs professionnels aussi bien en bac pro qu'en BPREA et permet à ces apprenants de compléter leur formation pour être encore plus efficaces dans leur parcours.
Néanmoins, malgré le fait que les professionnels soient très demandeurs de cet espace, ces derniers, par manque de temps, ne viennent pas consulter les ouvrages sur place.
La base est pour le moment constituée de livres techniques. Le référencement des fiches techniques édités par les différents organismes régionaux et nationaux tels que l'ITAB, le CIVAM, etc. a été commencé mais la consultation de ces fiches reste une grande interrogation qu'il faut solutionner.

- Expérimentation :
Deux expérimentations seront conduites durant l'été et l'automne 2012.
La première concerne la lutte contre l'enherbement sur la laitue. Différents dispositifs vont être testés dont l'utilisation du Bois Raméal Fragmenté.
La deuxième concerne la lutte contre l'oïdium sur courgette ou concombre. Les dispositifs testés concerne l'utilisation de purin ou décoction contre les méthodes classiques.
Ces expérimentations seront réalisées en concertation avec des professionnels locaux. Les stagiaires BPREA et les apprenants en bac pro, notamment dans leur MAP "développement durable", seront impliqués à ces expérimentation en participant à la préparation des solutions et au reccueil des résultats.
Ces expérimentations sont suivies par les apprenants afin de leur faire acquérir la démarche d'expérimentation et les sensibiliser à ces techniques respectueuses de l'environnement.
A la demande de professionnels, d'autres expérimentations devront être réalisées en 2013, ce qui conforte l'établissement dans son rôle de référence locale et de travail en commun.

- Tendre vers le zéro pesticide sur l'ensemble de l'EPL
L'exploitation est gérée depuis le début d'année 2012 en Protection Biologique Intégrée. Les apprenants de toutes les options du lycée sont sensibilisés à l'observation de ravageurs et à l'utilisation d'auxiliaires grâce à des panneaux et des exercices réalisés en cours ou en travaux pratiques. Des comparaisons de coût par rapport à la lutte conventionnelle sont en cours afin d'établir un constat sur l'efficacité économique de ce moyen de lutte.
La gestion de l'enherbement sera gérée grâce au BRF et au désherbage mécanique en pépinière et maraichage.
Enfin, l'ensemble des espaces verts du lycée sera également géré de manière durable.
Validation par le chef d'établissement
01/06/12
Vu par le chef d'établissement
01/06/12
Validation par la DRAAF
20/06/12
Vu par la DRAAF
20/06/12
Commentaire de la DRAAF
Le projet a pris du retard du fait des changements de personnel au sein du dispositif BPREA, mais également du fait de la titularisation du tiers temps.
Au cours de cette deuxième année, il est important de se rapprocher de la formation initiale et de l'implication des élèves et des enseignants dans le projet, en utilisant, notamment le socle de ressources.
Validation nationale
22/01/13
Vu par la DGER
Commentaire de la DGER

Rapport 2

Actions prévues réalisées ou en cours
Le dispositif de pré-installation est en place et depuis septembre 2012 nous accueillons une porteuse de projet. L’ensemble des terrains destinés au maraîchage lui est donc laissé pour pouvoir se tester. Cette première année nous permet aussi de nous tester, de voir si nous sommes capable de l’accompagner et si nous avons la capacité d’accueillir plus de porteurs de projets.

Le socle de ressources est presque terminé. Une base documentaire recensant les différents documents visibles au CDI est en cours de finition.
Ce document permet de trouver et d’emprunter les différentes ressources présentes dans notre centre de documentation afin de faciliter les recherches d’informations.

Les activités pédagogiques sont toujours réalisées en lien avec l’exploitation et les actions mises en place en 2011, se sont poursuivis en 2012 avec toujours autant de réussite.

Faute de place pour cette année 2013 dans les tunnels pédagogiques laissés à la porteuse de projet, les expérimentations n’ont pu être menées à bien.
Actions non prévues réalisées
La Protection Biologique Intégrée est poursuivie pour 2013 et vu les résultats positifs de 2012, l’action est élargie à l’ensemble des productions florales, y compris les chrysanthèmes.
J’ai réalisé les actions de comptage et de lâchers, avec l’aide ponctuelle d’autres enseignants et de leurs apprenants.
Actions à réaliser
Aucune action n’est à ce jour terminée.
La porteuse de projet actuelle est engagée pour un an sur le dispositif de pré-installation. Il convient donc de trouver un ou deux porteurs de projets pour les années futures et modifier les statuts afin que le porteur puisse davantage s’investir et se tester à son futur métier. Plusieurs stagiaires en BPREA seraient intéressés pour l’an prochain.
Le socle de ressources doit être finalisé dans les prochains mois et utilisable pour les apprenants et professionnels d’ici décembre. La recherche de nouveaux documents se poursuivra en 2014.
Concernant l’implication de la pédagogie sur l’exploitation, de nouvelles activités sont en cours de réflexion afin d’impliquer davantage les enseignants et apprenants à notre outil de production.
Enfin, les expérimentations mises en veille pour l’année 2012-2013 suite à un manque de place, doivent être réactivées.
Partenaires
Différentes réunions ont déjà eu lieu entre l'équipe projet du lycée, les partenaires territoriaux (GAB, FRAB, Chambre d'agriculture...) et les professionnels locaux.
Ces réunions ont eu plusieurs objets :
- choix des expérimentations à mettre en place,
- mise en place de la base de ressources,
- réflexion pour la mise en place d'un réseau de distribution des productions auprès des collectivités,
- mise en place d’une porteuse de projet.

La porteuse de projet est accompagnée par les différents organismes, les professionnels locaux et le lycée. Elle est totalement impliquée dans les réunions professionnelles locales.
Indicateurs de suivi
Il y a encore peu de résultats car les actions ne sont pas encore terminées.
Plusieurs réunions ont eu lieu pour la mise en place de la PBI et un compte rendu annuel a été réalisé.
Pour le dispositif de pré-installation, un porteur de projet est présent pour l’année 2012-2013.
L’atelier pédagogique en maraîchage biologique est bien utilisé par les apprenants. Pour l’année 2012-2013, il y a en moyenne une classe de Bac pro en productions horticoles tous les 15 jours en travaux pratiques sur cet atelier (10 élèves en moyenne) et 13 stagiaires BPREA par semaine.
Une journée technique a été réalisée pour les professionnels spécifiques à la culture de la carotte, d’autres actions sont prévues dans les mois à venir.
Résumé grand public
Le lycée de Fayl-Billot et son exploitation se sont lancés dans le maraîchage biologique il y a 8 ans. De simple atelier pédagogique avec 800 m² de production, ce secteur a évolué en 3 ans pour devenir une activité à part entière avec 4 ha certifié bio, plus de 1 ha de productions et bientôt 1400 m² de surface sous abri.

Cette évolution a pour but de créer un support d’étude assez représentatif des exploitations locales et régionales en vente direct et surtout de créer une base crédible pour les enseignements dispensés sur l’établissement.
Cet espace pédagogique pour les apprenants l’est aussi pour des porteurs de projets voulant se tester en maraîchage biologique. Ainsi, pour l’année 2012-2013, l’exploitation accueil et met à disposition d’une personne voulant se tester en maraîchage, les terrains et son matériel. L’intérêt pour ce porteur de projet est qu’il peut s’essayer dans la pratique du maraîchage et ces différentes productions tout en étant appuyé techniquement.
L’atelier de maraîchage reste néanmoins accessible pour les apprenants en formation initiale de bac pro productions horticoles mais surtout pour les stagiaires en BPREA maraîchage biologique qui suivent leurs formations dans notre établissement.

Ainsi, l’exploitation reste un support d’étude pour les enseignements théoriques et pratiques et de nombreuses articulations ont été créées pour améliorer les enseignements disciplinaires (EIE, MAP à caractères biologiques et pratiques).

Pour améliorer les connaissances techniques et répondre à une demande de la part des professionnels locaux, un centre de ressources documentaires est également en cours de réalisation. Ce centre de ressources spécifiques aux productions biologiques et au maraîchage plus particulièrement doit permettre d’aider les apprenants dans leurs recherches mais également les professionnels.
Ce centre de ressources est enrichi régulièrement (près de 500,00 € annuel pour l’achat de ressources documentaires) avec des livres, CDrom, DVD ou brochures traitant du maraîchage biologique mais aussi de ces dérivés (BRF, permaculture, gestion de l’irrigation, travail du sol, …).
Le but de ce centre de ressources est de permettre aux professionnels de trouver facilement et rapidement des informations répondant à leurs problématiques actuelles et futures.

Différentes actions en expérimentations devaient être conduite pendant cette année mais elles n’ont pu être réalisées faute de place.
En effet, 1000 m² de tunnel devaient être installés à l’automne 2012 pour le porteur de projet mais des soucis avec le terrassier ont fait retarder le projet. Les 400 m² de tunnel initialement prévus pour la pédagogie et l’expérimentation sont alors toujours à disposition du porteur de projet. Ces actions devraient avoir lieu dès que les nouveaux tunnels seront installés.

Enfin, dans sa politique actuelle de développement durable, le lycée tout entier se dirige vers une politique du zéro pesticide.
L'exploitation est gérée depuis le début d'année 2012 en Protection Biologique Intégrée. Les apprenants de toutes les options du lycée sont sensibilisés à l'observation de ravageurs et à l'utilisation d'auxiliaires grâce à des panneaux et des exercices réalisés en cours ou en travaux pratiques. Même si l’utilisation de ces auxiliaires s’est révélée plus chère pour l’exploitation, le confort de travail et les bons résultats encouragent les différents acteurs à poursuivre sur cette voie.

L'enherbement sera géré grâce au BRF et au désherbage mécanique en pépinière et maraîchage.
De même, l'ensemble des espaces verts du lycée est également géré de manière durable et des zones à fauchage retardé ont été définies et différents dispositifs de lutte contre les adventices testés.

Validation par le chef d'établissement
13/06/13
Vu par le chef d'établissement
13/06/13
Validation par la DRAAF
Vu par la DRAAF
Commentaire de la DRAAF
Validation nationale
18/11/13
Vu par la DGER
18/11/13
Commentaire de la DGER

Rapport 3

Actions prévues réalisées ou en cours
Le dispositif de pré-installation est opérationnel. Depuis 2 ans, 2 porteurs de projets se sont succédés sur les installations.
Le premier porteur de projet est maintenant installé et à sa propre exploitation.

La surface de production est maintenant opérationnelle avec la fin de l'installation des tunnels et leur mise en service.
Actuellement, 1400 m² de surface sous abri et plus de 4 hectares de surface cultivable sont désormais au service des apprenants en BPREA maraichage biologique, des élèves en bac pro productions horticoles et au porteur de projet.

Le centre de documentation s'est enrichi d'ouvrages et de documents techniques accessibles à tous. Les professionnels ont également accès à cette documentation et commencent à prendre possession des lieux.

Enfin, les premières expérimentations ont eu lieu en lien avec le réseau nord-est. Expérimentations qui devraient se poursuivre dans le futur.

Des liens actifs ont été bâti entre l'exploitation et l'ensemble des enseignants techniques. Les apprenants profitent ainsi des structures, des documents techniques et résultats d'expérimentation. Il sont en lien direct avec le projet de l'établissement.
Actions non prévues réalisées
Depuis le début du projet, il a été décidé de développer la Protection Biologique Intégrée.
Cette PBI est maintennat bien en place et assez bien maîtrisé pour l'ensemble des productions du lycée. Les traitements phytosanitaires ont ainsi été diminué de 80 % et l'objectif du zéro pesticides est souhaité pour 2015.

Il a été aussi souhaité de développer des structures vivantes en osier pour diversifier les activités de l'exploitation. Cette activité permet de renforcer les liens entre l'exploitation et le secteur vannier local, secteur très important sur Fayl-Billot et ces environs.
Actions à réaliser
On peut dire que toutes les actions sont au commencement. Pendant ces 3 années, on c'est efforcé de crée un dispositif permettant de dynamiser la production maraîchère locale et améliorer l'enseignement des matières professionnels.
Différentes actions ont été misent en place mais toutes ces opérations ne seront efficaces que si elles sont suivies dans le futur.

La recherche et le suivi d'un porteur de projet en maraîchage biologique est une action permanente et une personne a ainsi été embauché à mi-temps sur l'exploitation pour cette tâche. Cette personne assure aussi le suivi des expérimentations et l'enseignement du maraichage biologique au BPREA.

Le centre de documentation doit être complété et réactualisé en permanence. Les enseignants techniques et la documentaliste doivent ainsi faire évoluer ce lieu en sélectionnant des documents pertinents.
Partenaires
Différentes réunions ont déjà eu lieu entre l'équipe projet du lycée, les partenaires territoriaux (GAB, FRAB, Chambre d'agriculture...) et les professionnels locaux.
Ces réunions ont eu plusieurs objets :
- choix des expérimentations à mettre en place,
- mise en place de la base de ressources,
- réflexion pour la mise en place d'un réseau de distribution des productions auprès des collectivités,
- mise en place d’un porteur de projet.

Sur l'établissement, les différents centres (exploitation, CFFPA et lycée) sont totalement impliqués ainsi que leurs personnels.
L'exploitation a décidé de l'embauche d'un mi-temps pour le suivi du porteur de projet et le suivi des cultures.
Le CFPPA, de par leur formation BPREA Maraichage Biologique, bénéficie d'un fort appui pédagogique avec l'atelier de production de l'exploitation et s'engage dans nombreux travaux maraichers avec les stagiaires.
Le lycée met à disposition son centre de ressources et offre aux élèves de Bac Pro productions horticoles une formation pratique et technique de qualité.
Indicateurs de suivi
Les actions commencent à porter leurs fruits.

Pour le centre de ressources, les livres sont ainsi très souvent empruntés par les apprenants et le CDI est ainsi souvent réservé pour le travail de recherche en techniques par les différentes classes. Les professionnels commencent aussi à utiliser le centre de ressources et certains maraicher locaux sont venues cette années consultés nos ouvrages.

Plusieurs réunions ont eu lieu pour le suivi de la PBI afin d'informer les différents centres des actions réalisé et à réaliser ainsi que tous les apprenants du CFPPA et du lycée.
Pour le dispositif de pré-installation, le porteur de projet présent en 2012-2013 est installé à son compte. NU nouveau porteur de projet à pris sa place dès septembre.
L’atelier pédagogique en maraîchage biologique est bien utilisé par les apprenants. Pour l’année 2013-2014, il y a en moyenne une classe de Bac pro en productions horticoles tous les 15 jours en travaux pratiques sur cet atelier (10 élèves en moyenne) et 7 stagiaires BPREA par semaine.
Une expérimentation de longue durée sur l'utilisation d'engrais vert a été réalisé, expérimentation bientôt suivi par d'autres.
Résumé grand public
Le maraichage et surtout le maraichage biologique est très peu dévelopé en Haute-Marne. En effet, au début des années 2000, on pouvait compter seulement 2 maraichers bio sur tout le département.

Ce faible effectif s'explique par le manque de formation dans le secteur pour cette spécificité de formation mais on remarquait également un manque de motivation des acteurs locaux.

Pour essayer de redynamiser cette activité et améliorer la formation dans ce secteur, le lycée horticole a décidé de développer ce projet. Ainsi, il y a une petite dizaine d'années a été créé un atelier pédagogique sur 400 m² sous abri et autant en plein air. Cet atelier a évolué au fil des années pour être maintenant rattaché complètement à l'exploitation et cultivé sur 1400 m² sous abri et presque 4 ha disponible en plein air.

Cet atelier destiné aux élèves en formation initiale en Bac Pro productions horticoles permet ainsi de confronter les apprenants à une situation réelle.
En 2011 a été aussi ouvert un BPREA specialisé en maraichage biologique sur le CFPPA du lycée de Fayl-Billot.

Pour encore plus aider au dynamisme de la filière locale, l'établissement a fait une demande de tiers-temps d'ingenierie pour le développement de plusieurs missions.

La première mission, la plus importante, était la création d'un espace test pour un ou plusieurs porteurs de projets. Cet espace test a pour but pour un porteur de projet de se tester pendant un an maximum sur sa capacité à devenir maraicher en agriculture biologique.
La recherche de nouveau porteur est difficile mais les résultats des deux premiers porteurs sont encourageants pour évaluer le but réel de cet espace.
Cet espace opérationnel depuis 2 ans a permis la première année à une personne de d'apprécier ses compétences et de s'améliorer pour maintenant être installé à son compte. Le deuxième porteur de projet a pu aussi se tester et se rendre compte qu'il n'était pas fait pour être à son compte mais qu'il possédait plus une maîtrise technique que de gestion et s'est donc redirigé vers un poste d'ouvrier horticole. L'espace test a ainsi permis à cette personne d'éviter de s'endetter alors qu'il n'était pas réellement fait pour ça.

La deuxième mission consistait à la création d'un centre de ressources sur le maraichage, l'arboriculture et les productions biologiques.
Depuis 2 ans, de nombreux ouvrages sur ces domaines ont ainsi été acheté et une base documentaire a été créée. Ce centre de ressources est à destination des apprenants du lycée et du CFPPA mais également des professionnels du secteur.
Ce centre de ressources commence à être utilisé par tous les acteurs et certains professionnels se deplacent pour trouver réponse à leurs problèmes.
Sa pérénisation va permettre d'enrichir le centre dans les années à venir grâce aux efforts de la documentaliste aider par les enseignants techniques.

La troisième mission consistait à développer l'expérimentation.
Faute de surface de production pendant les premières années et de manque de temps dans la troisième année, cette mission n'a été que peu développée.

En plus de ces trois missions principales, il a été décidé d'aider le lycée à développer une politique de développement durable efficace.
Ainsi, l'exploitation est gérée depuis le début d'année 2012 en Protection Biologique Intégrée. Les apprenants de toutes les options du lycée sont sensibilisés à l'observation de ravageurs et à l'utilisation d'auxiliaires grâce à des panneaux et des exercices réalisés en cours ou en travaux pratiques. Même si l’utilisation de ces auxiliaires s’est révélée plus chère pour l’exploitation, le confort de travail et les bons résultats encouragent les différents acteurs à poursuivre sur cette voie.
D'autres actions sont réalisées comme le paillage des massifs à l'aide de BRF ou le fauchage retardé.

Les premiers résultats de ces différentes missions sont satisfaisants et le maraichage local s'est bien développé. Actuellement, on peut compter 4 installations en maraichage sur les 3 dernières années que pour le sud du département (secteur ou nous nous trouvons) et toutes ces installations sont en agriculture biologique.
Validation par le chef d'établissement
02/06/14
Vu par le chef d'établissement
02/06/14
Validation par la DRAAF
10/06/14
Vu par la DRAAF
10/06/14
Commentaire de la DRAAF
Projet qui a permis une reconnaissaice et une identificaiton pour l'exxploitation et le CFPPA
Validation nationale
Vu par la DGER
Commentaire de la DGER