Projet d'animation et de développement des territoires des établissements publics de l'enseignement agricole

Description

Titre du projet

Elevage et biodiversité des espaces naturels: expérimenter un système innovant

Etablissement

EPLEFPA de Haute Corrèze - Neuvic

Description du projet

A la demande de la profession, dans la poursuite de projets existants, le projet vise à expérimenter et diffuser des conduites d'élevage économes pour
Valoriser et gérer des espaces naturels et forestiers en déprise et à forte valeur environnementale
Valoriser le rôle de l'élevage dans nos formations (Bac pro, BTS)
Contribuer à adapter l'élevage de moyenne montagne aux enjeux de biodiversité
Le projet prolonge l'expérience de sylvopastoralisme et le projet BIODIVEA.

L'objet est :
-d'expérimenter la conduite de troupeau économe valorisant des espaces délaissés en plein air intégral
-de mener avec les partenaires les études techniques, économiques, sociales nécessaires à la mise en place de troupeaux d'estive
Le projet vise donc à rechercher les pratiques et les sytèmes d'élevage innovants, adaptés au territoire, nécessitant peu de moyens, valorisant des espaces naturels et forestiers.

Il fédère les 2 lycées fusionnés sur la thématique de la qualité de ces espaces.

Il caractérise, qualifie l'offre des formations au travers des MIL et EIE sur la thématique de la fonction environnementale de l'élevage.
Il débouche sur des compléments essentiels de formations agricoles.




L'objet du projet est de développer des systémes d'élevage innovants permettant de valoriser des espaces délaissés de moyenne montagne.
Les objectifs opérationnels sont

1.Poursuivre la mise en œuvre du projet BIODIVEA
1.1
Mettre en place du programme de protection des berges,
Suivre l’évolution floristique de ces espaces, et des prairies
Mettre en place différents systèmes d’abreuvement, comparer
Mettre en place différents systèmes de rigolage, comparer

1.2.
Sécuriser le systéme de pâturage:
Construire un planning adapté aux besoins des troupeaux et aux caractéristiques des surfaces.
Evaluer son efficacité

2.Diffuser les résultats tant techniques qu’économiques
Participer aux réunions territoriales concernant la gestion des rivières,
Organiser des journées diffusion à destination des éleveurs et du grand public sur les thémes de la gestion du pâturage et de la préservation des milieux humides

3.Construire un troupeau ovin de plein air expérimental sur ces espaces
Acquérir une petite troupe
Mettre en place un système de plein air intégral, adapté
Mettre en place un suivi technique et économique

4.Intégrer les certifications HVE et AB
Rencontrer les professionnels,
Définir l’échéancier et intégrer la certification

5. Mettre en place un programme d'animation du territoire sur les relations pâturage/espaces naturels
conception, propositions, mise en oeuvre

6.Favoriser les conditions pour installer un systéme d’estive sur les espaces naturels délaissés
Poursuivre l’animation des actions sylvopastorales menées sur le site des sources de la Vienne
Analyser les conditions de mise en place pérenne de troupeaux d'estive dans un contexte sylvopastoral
A partir des connaissances acquises,favoriser la construction de projets collectifs pour ces troupeaux d'estive.
Construire un partenariat avec les professionnels




Le projet vise à valoriser les nécessaires relations entre les activités agricoles, en particulier l’élevage, et l’environnement.
Il est articulé aux pôles de compétences de L’EPL de Haute Corrèze et n’a de sens que lié à ces pôles et aux formations.
Les élèves de bacs pro et de STAV participent à la mise en œuvre des protocoles vigie nature. Ils ont prévu et réalisé l’ensemble des travaux déjà fonctionnels et doivent poursuivre en fonction de l’échéancier prévu.
Les étudiants de BTS GPN ont en charge les suivis de végétation, seront appelés à mettre en œuvre des diagnostics agro-écologiques. Ils ont,dans le cadre de leur MIL "biodiversité, agriculture et EEDD" réalisé un diagnostic des habitats.

Les effets prévus:
des apprenants maitrisant les systèmes d'élevage, sensibilisés à la nécessaire complémentarité de l’élevage et de la gestion des milieux ouverts:« Sans élevage, la machine, sans machine, la forêt» .
une ferme à forte dimension pédagogique et engagée territorialement Moyens mis en oeuvre
-Partenariat communauté de communes, chambre d'agriculture, conservatoire
-comparaison de différentes techniques et outils préservant la qualité de l'eau
- indicateurs économiques et environnementaux

Impacts prévus sur le territoire
- Replacer la ferme comme centre de réfèrences et d'innovation
- Diffusion de méthodes permettant la préservation de la qualité des cours d'eau et des milieux associés: diminution à terme des effets agricoles sur la qualité de l'eau
- Diffusion de systèmes d'élevage innovants économes, systèmes ovin et bovin liés aux races locales: pérenniser des systémes d'élevage
- Sensibiliser les collectivités et partenaires environnementaux aux difficultés de l'installation, faciliter l'installation en particulier hors cadre familial

Thématique principale

Déclinaison des programmes d'actions du projet agro-écologique pour la France

Thématique secondaire

Identification

Centre constitutif concerné

Adresse et numéro de téléphone de l'établissement

Rue de l'agriculture 19160 Neuvic: 05 55 95 80 02

Nom du responsable du dossier

Serge TOUZANNE

Fonction du responsable du dossier

Coordonnées du responsable du dossier au sein de l'équipe de direction

Directeur d'Exploitation Lycée Agricole de Neuvic 19610 Neuvic

Nom du chargé de projet

Marie Laure PETIT

Fonction du chargé de projet

PCEA

Coordonnées du chargé de projet

EPLEFPA Haute Corrèze Lycée Henri Queuille 19160 NEUVIC

Projet rédigé


Rapport

Résumé grand public

Extrait de la plaquette construite pour une diffusion nationale:

Une ferme dans un paysage de moyenne montagne
La ferme du Manus est économiquement une ferme d’élevage: un troupeau de 60 vaches limousines, un produit obtenu par des ventes de broutards, mais aussi par des ventes d’animaux en direct pour la cantine du lycée.
Comme les fermes de haute Corrèze, son paysage montre une forte présence d’IAE: 20000ml de haies et lisières, nombreux arbres isolés, deux mares, 35 ha de prairies humides traversées de cours d’eau bordés de ripisylve.
L’enjeu de la ferme, support de formations environnementales, et du territoire est de concilier la permanence de cette biodiversité ordinaire et l’équilibre économique de fermes d’élevage fragiles.

Un projet collectif: renforcer la biodiversité, réduire les intrants
L’objectif défini du projet est « améliorer l’autonomie alimentaire de l’élevage, sans dégrader la biodiversité des prairies humides » avec les actions suivantes:
Proposer un mode de pâturage adapté aux prairies humides: réduire les impacts des rigoles de drainage sur les espèces animales et végétales, proscrire les traitements nuisibles à la microfaune. Ces propositions conduisent à la mise en place d’expérimentations, tant en matière de « rigolage » que de traitements vétérinaires
Protéger les rivières et milieux associés
Evaluer et suivre la biodiversité des prairies humides: suivi de végétation selon un protocole précis réalisé par les étudiants de BTS GPN, pour définir l’effet du pâturage sur la composition prairiale
Gérer efficacement le pâturage : l’herbe pâturée est la ressource alimentaire idéale et la plus économique. Le pâturage tournant réalisé respecte les propositions citées. Une analyse précise des besoins des troupeaux, des dynamiques de végétation des prairies, des enjeux écologiques est en cours pour affiner et surtout sécuriser le pâturage
Evaluer et suivre l’autonomie: entre 2010 et 2012 la quantité de viande vive produite augmente de 15% par ha, la quantité d’aliments achetée est stable, la quantité d’azote épandue diminue des ¾
Mettre en place les protocoles « Observatoire agricole de la biodiversité » du MNHN : intégrés aux progressions pédagogiques, ils sont réalisés par les BAC PRO et STAV

Impliquer les apprenants, être acteur du changement
Sur le territoire, les surfaces de prairies humides sont grandes. Souvent ces prairies sont pâturées sur des temps longs, avec accès au ruisseau. Des rigoles de drainage sont réalisées. Ces pratiques agricoles fragilisent les berges, dégradent la ripisylve, nuisent à la reproduction piscicole.
La ferme par cette action, devient acteur du changement en impliquant tous les apprenants. Des expérimentations sont menées, en partenariat avec les acteurs locaux, dont l’objectif est de proposer efficacement des pratiques reproductibles par les éleveurs. Toutes les classes prennent part au projet : évolution de la végétation pâturée (BTS GPN), mise en place d’une protection de berges (BAC PRO) et suivi économique, évolution de la végétation protégée (BTS GPN), études techniques (STAV, BTS GPN, BAC PRO) de systèmes d’abreuvement, de systèmes de rigolage, de conduite sanitaire à base d’huiles essentielles, études techniques et économiques du troupeau, en sont les outils essentiels.
Ils montrent tous que l’on peut produire autrement !

Rapport

Résumé grand public

Le lycée de Haute Corrèze, une volonté : lier apprentissage et territoire,

1. Un lycée des espaces ruraux en haute Corréze,

De l’espace et des paysages : des plateaux, des landes, des prairies, des forêts. Un paysage vert, marqué par une multitude de rus, ruisseaux, rivières, et zones humides comme les tourbières. Un paysage rural, montrant ses bâtis anciens, groupés en hameaux, ouverts souvent le temps d’un été seulement.

Des espaces emblématiques, tourbières du Longeyroux, suc au May, mais aussi un paysage qui alterne l’ouvert et le fermé, le bocage et la forêt de résineux, une nature à préserver.

Des enjeux écologiques et sociaux forts :
• des landes et des tourbières appartenant au réseau européen Natura 2000, des prairies humides, des berges marquées par leur linéaire d’arbustes et de herbes hautes, la qualité des eaux nécessaires à la faune aquatique et aux hommes,
• une agriculture d’élevage difficile, des revenus faibles, un renouvellement faible, et un abandon de surfaces difficiles, avec pourtant un élevage nécessaire au maintien de la qualité des zones humides, et à l’ouverture des paysages, gage d’attractivité.

2. Une ferme au service des formations et du territoire

Une ferme d’élevage et d’accueil, avec un élevage bovin limousin, qui pâture et entretient une quarantaine d’ha de prairies humides : une ferme classique de Haute Corrèze, dotée de pacages humides traversés par des rus et ruisseaux, que chaque éleveur « rigole » pour les assécher un peu, et sur lesquels il s’appuie pour l’abreuvement des animaux.

Des formations orientées sur l’environnement qui analyse la qualité des cours d’eau, l’évolution de la composition prairiale des prairies, la qualité des berges.

Une communauté de communes qui préconise la préservation des cours d’eau : protéger les cours d’eau du bétail, en plaçant des clôtures électriques lorsque les animaux pâturent, ceci pour restaurer la stabilité des berges, et la présence de ligneux sur celles-ci, éviter l’arrivée de limons dans les cours d’eau qui entraînent le rehaussement du lit, bref, favoriser une meilleure qualité de l’eau pour la faune et l’homme.

Des espaces délaissés qui risquent de se fermer, une chambre d’agriculture, un PNR, attentifs à la valorisation de ces espaces.

3. Un projet qui allie le lycée et ses formations du secondaires (bacs pros) et du supérieur (BTS), la ferme, la communauté de communes, la chambre d’agriculture et d’autres partenaires :

• Les berges des ruisseaux traversant les prairies de la ferme ont été protégés, des ponceaux et des descentes aménagées installés permettant aux animaux de boire et traverser sans entrer dans le cours d’eau, des abreuvoirs gravitaires également, le tout c’est un chantier école d’une semaine, 25 élèves, leurs professeurs, le personnel de la ferme, en partenariat étroit avec le technicien rivière.

Le tout ce sont des aménagements diversifiés, une « vitrine » au service de la communauté de communes et des éleveurs du territoire : ils viennent, observent, échangent, réfléchissent avec le technicien rivière, choisissent et réalisent, sur leur ferme, grâce aux financements de l’agence de l’eau et du Conseil général, les aménagements adaptés.
6 éleveurs sont depuis septembre 2014 déjà engagés dans cette action !

Les qualités agro-écologiques des prairies ont été étudiées sur la ferme. Des milieux naturels définis et des enjeux écologiques ont été analysés chez un éleveur ovin en plein air intégral, qui s’appuie sur la diversité de ses prairies pour sécuriser son alimentation herbagère, par 35 étudiants de BTS GPN. Une participation au concours prairies fleuries lycée, avec les étudiants de GPN, a été organisée pour valoriser les diversités prairiales.
Objectif construire à terme des références technico-économiques sur des fermes qui valorisent des espaces peu productifs.
Objectif pour la chambre d’agriculture et le territoire : disposer d’outils d’aide à l’installation pour des systèmes ovins producteurs d’agneaux d’herbe et non de bergerie et adaptés aux enjeux écologiques du territoire

• Un diagnostic de territoire pour définir une stratégie pour la ferme d’accueil (BTS DATR), un programme d’animations et de valorisation renouvelé, pour mettre en valeur les intérêts de la biodiversité dans les systèmes d’élevage (BTS) dans le cadre d’un partenariat avec l’office de tourisme en particulier

• Des élèves et des étudiants de toutes les classes engagés dans des expérimentations et des suivis : efficacité des purins végétaux dans le traitement des cultures, des huiles essentielles dans le soin aux animaux, suivi de l’évolution des végétations protégées du pâturage, suivi du temps nécessaire à l’entretien des clôtures, etc.

Une ferme, un lycée, des enseignants, des apprenants engagés aux côtés d’acteurs du territoire, dans la construction de savoir faire autrement !

Rapport

Résumé grand public

L’agroécologie à la ferme du Manus, mettre la ferme au service des formations et du territoire »
1. Un lycée des espaces ruraux en haute Corréze,

De l’espace et des paysages : des plateaux, des landes, des prairies, des forêts. Un paysage vert, marqué par une multitude de rus, ruisseaux, rivières, et zones humides comme les tourbières. Un paysage rural, montrant ses bâtis anciens, groupés en hameaux, ouverts souvent le temps d’un été seulement.
Des espaces emblématiques, tourbières du Longeyroux, suc au May, mais aussi un paysage qui alterne l’ouvert et le fermé, le bocage et la forêt de résineux, une nature à préserver.
Mais des espaces délaissés qui se ferment.

Des enjeux écologiques et sociaux forts :
• des landes et des tourbières appartenant au réseau européen Natura 2000, des prairies humides, des berges marquées par leur linéaire d’arbustes et de herbes hautes, la qualité des eaux nécessaires à la faune aquatique et aux hommes,
• une agriculture d’élevage difficile, des revenus faibles, un renouvellement faible, et un abandon de surfaces difficiles, avec pourtant un élevage nécessaire au maintien de la qualité des zones humides, et à l’ouverture des paysages, gage d’attractivité.

Une communauté de communes qui préconise la préservation des cours d’eau : protéger les cours d’eau du bétail, en plaçant des clôtures électriques lorsque les animaux pâturent, ceci pour restaurer la stabilité des berges, et la présence de ligneux sur celles-ci, éviter l’arrivée de limons dans les cours d’eau qui entraînent le rehaussement du lit, bref, favoriser une meilleure qualité de l’eau pour la faune et l’homme.

Au lycée, des formations orientées vers la gestion de la nature, et les projets ruraux

2. Une ferme caractéristique du territoire

Un élevage bovin limousin de 70 mères qui pâture et entretient une quarantaine d’ha de prairies humides : une ferme classique de Haute Corrèze, dotée de pacages humides traversés par des rus et ruisseaux, que chaque éleveur « rigole » pour les assécher un peu, et sur lesquels il s’appuie pour l’abreuvement des animaux.
Des animaux maigres destinés à la vente pour engraissement, mais aussi une vente directe à la cantine : la ferme approvisionne une grande partie de sa consommation de viande bovine.

Une ferme d’accueil qui offre des « animations » sur la thématique « biodiversité et agriculture »

3. Un projet qui allie la ferme, les formations et le territoire
 Les berges des ruisseaux traversant les prairies de la ferme ont été protégés, des ponceaux et des descentes aménagées installés permettant aux animaux de boire et traverser sans entrer dans le cours d’eau, des abreuvoirs gravitaires également, le tout dans le cadre d’un chantier école qui est amené à se renouveler.
Ces aménagements sont maintenant une « vitrine » au service de la communauté de communes et des éleveurs du territoire : ils viennent, observent, échangent, réfléchissent avec le technicien rivière, choisissent et réalisent, sur leur ferme, grâce aux financements de l’agence de l’eau et du Conseil général, les aménagements adaptés.
 Des étudiants impliqués dans le concours prairies fleuries et l’analyse systémique des relations agriculture/biodiversité sur des fermes du territoire

 Un programme d’animations sur la thématique « biodiversité et agriculture », mettant en valeur les services écologiques a été construit et proposé en particulier aux élèves du collège du territoire, et qui peut s’ouvrir à des apprenants de formation production.


Des élèves et des étudiants de toutes les classes engagés dans des expérimentations et des suivis : efficacité des purins végétaux dans le traitement des cultures, des huiles essentielles dans le soin aux animaux, suivi de l’évolution des végétations protégées du pâturage, suivi du temps nécessaire à l’entretien des clôtures, projet blaireau, projet rapaces etc.

Une ferme, un lycée, des enseignants, des apprenants engagés aux côtés d’acteurs du territoire, dans la construction de savoir faire autrement !