Projet d'animation et de développement des territoires des établissements publics de l'enseignement agricole

Description

Titre du projet

Utilisation d'équins pour le développement & la valorisation de l'agriculture en territoire herbager

Etablissement

EPLEFPA d'Yssingeaux

Description du projet

Le projet permet d'accompagner et de valoriser un atelier de juments poulinières pour :
- optimiser les surfaces herbagères distantes en complémentarité avec l'atelier bovins lait
- produire des jeunes chevaux pour le centre équestre
- créer un support pédagogique sur les activités de reproduction
- produire des références dans le cadre du projet EQUITER porté par l'IRSTEA La mise en place d'un atelier juments poulinières sur l'EPLEFPA permet :
- de travailler sur les complémentarités espèces bovines et équines au sein d'un système d'exploitation
- de mieux valoriser les surfaces fourragères et de mettre en valeur des parcelles éloignées, non mécanisables ou difficile d'accès
- de répondre à la pression foncière agricole et urbaine, forte en zone périurbaine
- de contribuer à la diversification des espèces et des races
- de tester l'utilisation de la plaquette forestière
- de produire des références régionales utiles à la profession
- de mieux servir la mission pédagogique : 150 élèves et 30 adultes
- d'apporter une cohérence au projet d'établissement en travaillant sur la complémentarité de l'exploitation agricole et de l'atelier technologique
- Optimiser les surfaces fourragères distantes, en complémentarité avec l'atelier bovin lait ; produire des références dans le cadre du projet EQUITER porté par l'UMR Metafort : La complémentarité des pâturages a déjà lieu sur les parcelles de l'exploitation du lycée. L'objectif du projet est donc de mieux enregistrer ces pratiques en mettant en place des indicateurs et ainsi pouvoir produire des références par analyse de ces indicateurs, permettant de compléter les études de l'IRSTEA. Ce travail impliquera les personnels de l'exploitation et du centre équestre, les enseignants d'agronomie et de biologie-écologie dans le cadre de travaux pratiques, l'animatrice et le directeur d'exploitation pour la mise en place et le suivi des indicateurs.
- Produire des jeunes chevaux pour le centre équestre :
L'atelier juments poulinières a pour objectif de fournir des jeunes chevaux pour le renouvellement de la cavalerie du centre équestre. Ce travail impliquera les personnels de l'exploitation et du centre équestre, ainsi que leurs directeurs, les enseignants d’hippologie-équitation.
- Créer un support pédagogique sur les activités de reproduction :
Mon rôle sera de faire lien avec la pédagogie, par la participation aux réunions techniques pour identifier les besoins des enseignants, la proposition d’activités adaptées au cursus de formation.
Formation équestre : CAPA Soigneurs d’équidés, bac pro CGEH et CGEA EVC, CS Education et Travail des Jeunes Equidés, BPJEPS : Support pédagogique sur les activités de reproduction : station de monte, suivi des poulinières et des poulinages, et sur l’éducation des jeunes chevaux (débourrage)

Toutes les formations en lien avec la gestion des prairies : bac STAV, bac pro CGEH et CGEA SDE et EVC, BPREA, Seconde GT (EATDD) : Réalisation de TP sur les indicateurs mis en place, analyse des résultats.

Production de références locales sur la complémentarité des pâturages bovins et équins et sur la valorisation de parcelles distantes, sur la conduite d’un atelier juments poulinières :
- réalisation de fiches techniques ;
- visites techniques pour les éleveurs…
Expérimentation en conditions réelles du pâturage mixte, de la gestion des refus, permettant d'étayer les recherches et enquêtes réalisées sur le sujet.

Thématique principale

Education au développement durable

Thématique secondaire

Identification

Centre constitutif concerné

Adresse et numéro de téléphone de l'établissement

Choumouroux B.P.41 43200 YSSINGEAUX 04-71-65-70-50

Nom du responsable du dossier

Pierre Martin, directeur de l'EPLEFPA

Fonction du responsable du dossier

Coordonnées du responsable du dossier au sein de l'équipe de direction

Choumouroux B.P.41 43200 YSSINGEAUX

Nom du chargé de projet

Frédérique MARCON

Fonction du chargé de projet

I.A.E.

Coordonnées du chargé de projet

Choumouroux B.P.41 43200 YSSINGEAUX 04-71-65-70-50

Projet rédigé


Rapport

Résumé grand public

L'EPL du Velay est un établissement dans un département rural et herbager. La gestion des surfaces fourragères est un sujet primordial dans ces secteurs d'élevage. Les évolutions actuelles de la PAC nécessiteront de plus en plus de maîtrise des pratiques agricoles.
Les objectifs du projet sont d'optimiser les surfaces fourragères par la complémentarité des pâturages, notamment équins et bovins. Ces deux espèces, très présentes dans notre territoire, sont souvent utilisées en complémentarité sans que l'on connaisse les impacts sur les systèmes fourragères, tant sur la production fourragère, ou l'évolution de la flore prairial. Ce travail vient conforter le projet EQUIDEATER de notre partenaire l'UMR Metafort et plus particulièrement Geneviève Bigot (IRSTEA).
L'expérimentation mise en place consiste principalement au suivi du pâturage par des mesures diverses : productivité de l’herbe, diagnostic fourrager et de biodiversité des prairies, … ainsi que des animaux pâturant. Ces données seront analysées afin de pouvoir produire des références techniques sur le pâturage et son impact sur l'évolution des surfaces fourragères.
Cette première année a permis la mise en place du protocole de l’expérimentation. Le pâturage est donc suivi depuis le mois d’avril avec le début de la saison de pâturage. Ce suivi est l’occasion aussi de pouvoir associer les élèves sur des mesures d’hauteurs d’herbe, ou sur du diagnostic de biodiversité.
Le bilan à l’automne des données collectées nous permettra d’avoir une première évaluation du projet et de pouvoir communiquer plus largement sur la thématique de la complémentarité au pâturage : diffusion en interne des données comme outil pédagogique, diffusion envers la profession : chambre d’agriculteurs, syndicats des éleveurs…, organisation de journées techniques envers les éleveurs équins.




Rapport

Résumé grand public

L'EPL du Velay est un établissement dans un département rural et herbager. La gestion des surfaces fourragères est un sujet primordial dans ces secteurs d'élevage de moyenne montagne. Les évolutions actuelles de la PAC et les injonctions du ministère du ministère dans le cadre du « produire autrement » nécessitent de plus en plus de maîtrise des pratiques agricoles, notamment sur l’autonomie alimentaire des exploitations et la préservation de la biodiversité.
Le suivi des prairies a repris dès ce printemps avec une révision du protocole afin d’optimiser le suivi des parcelles : choix des parcelles, facilité d’accès pour les élèves, pertinence de leur suivi. Ainsi trois parcelles sont suivies :
• une parcelle spécifiquement sur le volet biodiversité : une parcelle de pâturage distant de l’exploitation avec un pâturage mixte de génisses laitières et de jeunes chevaux. Un suivi de biodiversité est réalisé chaque année pour connaître l’évolution de la flore. De plus, cette parcelle depuis l’an dernier est aussi un emplacement privilégié par une partie du rucher école.
• Deux autres parcelles sont suivis sur les aspects de productivité de l’herbe : une proche du lycée utilisé en pâturage de jour des vaches laitières avec un pâturage des juments poulinières à l’automne, une facilité d’accès avec les élèves permettant des observations et des mesures. Une autre plus distante avec une première coupe en foin puis pâturage des chevaux.
D'un point de vue pédagogique, les apprenants sont associés dès que possible au projet de part des mesures d'hauteur d'herbe et l'intérêt de l'utilisation de l'herbomètre dans la gestion du pâturage, ou la réalisation de diagnostic de biodiversité sous un angle plutôt écologique ou agricole (diagnostic de biodiversité des prairies permanentes, jury élèves dans le cadre du concours prairies fleuries). La saison de pâturage pose problème par rapport à l'année scolaire à notre altitude, entrainant quelques difficultés sur 'limplication plus large des apprenants.
Dès la rentrée prochaine, nous allons mettre en place un observatoire agricole de la biodiversité permettant d'aller plus loin dans la sensibilisation des apprenants à la biodiversité et sa préservation, ainsi que des partenaires du territoire.

Rapport

Résumé grand public

Cette dernière année, les projets se sont orientés vers les thématiques d'agriculture et biodiversité tant au niveau pédagogique que technique.
Au niveau pédagogique, plusieurs actionqs ont été mises en oeuvre pour sensibiliser les élèves à ces notions. Tout d'abord en juin 2014, nous avons réalisé un jury élèves dans le cadre du concours des prairies fleuries, sur des parcelles de l'exploitation du lycée. Pour une première, ce fut l'occasion de mieux appréhender les praires naturelles, leur biodiversité et leurs rôles dans nos systèmes herbagers de montagne. Au printemps 2015, l'observatoire agricole de la biodiversité a débuté sur trois protocoles : vers de terre, planche à invertébrés terrestres et nichoirs à pollinisateurs. Sept parcelles de l'exploitations agricoles sont concernés, avec des couverts végètaux différents : prairies permanentes et temporaires, cultures. Une équipe enseignante pluridisciplinaire a fait découvrir l'importance de la biodiversité ordinaire sur les productions agricoles, sur différents niveaux de classes : filière générale et technologique, filière agricole, filière paysage, filière collège. Les élèves se sont montrés impliqués et curieux. L'observatoire sera reconduit chauqe année, dans un cadre pédagogique, mais aussi pour dégager des pistes sur les pratiques agricoles et leurs possibles améliorations.
Au niveau technique, l'OAB sera un outil de diagnostic de la biodiversité, permettant d'évaluer nos pratiques agricoles, de les faire évoluer vers plus d'équilibre agroécologique. De plus, le partenariat avec le CPIE du Velay et la chambre d'agriculture sur ce projet permettra de mettre en place un réseau OAB départemental. Nous aurions alors en tant que précurseur un rôle de d'expérimentation et de démonstration sur les protocoles et sur l'évolution des pratiques agricoles. De plus, l'établissement travaille également sur la thématique de l'autonomie alimentaire avec 4 autres établissements d'Auvergne. Ces deux thématiques se complètent pour permettre de dégager des pistes d'évolutions pour l'exploitation vers la transition agroécologique : revalorisation des praires permanentes, amélioration des ressources fourragères par l'implantation de prairies temporaires pour aller vers une meilleure autonomie protéique, meilleure valorisation des surfaces fourragères distantes.