Projet d'animation et de développement des territoires des établissements publics de l'enseignement agricole

Description

Titre du projet
Mise en oeuvre d'une action-démonstration de développement local durable autour du Thé d?Aubrac
Établissement
EPLEFPA de la Lozère
Description du projet
Améliorer la connaissance de l'espèce et communiquer sur ses enjeux : gestionnaires, récolteurs, transformateurs, publics locaux et visiteurs
Développer une expérimentation de culture pour, envisager une diversification de certaines exploitations par un itinéraire technique bas-intrants puis la mise en place d'une traçabilité des produits pour réduire le prélèvement sur les populations sauvages
Thématique principale
Thématique secondaire

Identification

Centre constitutif concerné
980
Adresse et numéro de téléphone de l'établissement
Civergols 48200 SAINT CHELY D'APCHER
Nom du responsable du dossier
Jean BIZE
Fonction du responsable du dossier
Coordonnées du responsable du dossier au sein de l'équipe de direction
LEGTA Lozère Civergols 48200 SAINT CHELY D'APCHER 04.66.42.61.50
Nom du chargé de projet
Philippe GINESTET
Fonction du chargé de projet
PCEA
Coordonnées du chargé de projet
LEGTA Lozère Civergols 48200 SAINT CHELY D'APCHER 04.66.42.61.50

Projet

Rapport 1

Actions prévues réalisées ou en cours
(R = Réalisé, EC = En Cours, a = attente)

1. Rendre possible

- comité pilotage et comité suivi : R (Copil) et EC (CS automne 2010)

- recherche financements : R (Région) et EC (collectivités)

2. Contribuer à la connaissance

- synthèse bibliographique et pratiques locales : EC

- formation : EC (ONF)

- communication : R (document EEDD, animations) et EC (site Internet, animations et publications)

3. Expérimenter une culture bas-intrants

- protocole d?expérimentation : R

- suivi : EC

- analyse, évaluation et diffusion résultats : EC (2011)

- itinéraires techniques transférables : EC (2011)

4. Impulser un développement durable

- protection réglementaire : a (2012)

- structuration d?une filière : R et EC (projet retenu collectivité, charte EC)

Actions non prévues réalisées
2. Contribuer à la connaissance

- communication : Document d?orientation EEDD validé, animations conduites grand public



3. Expérimenter une culture bas-intrants

- commercialisation des premiers produits de l?exploitation



4. Impulser un développement durable

- une collectivité territoriale s?est saisi de l?idée de filière et impulse désormais la démarche

Actions à réaliser
1. Rendre possible

- réunir comité suivi

- recherche financements à poursuivre

2. Contribuer à la connaissance

- document de synthèse

- impulser collaboration INRA

- communication : site Internet, animations et publications

3. Expérimenter une culture bas-intrants

- suivre et maintenir culture bas-intrants

- analyse, évaluation et diffusion résultats sous forme d?itinéraires techniques

4. Impulser un développement durable

- étudier une protection réglementaire (2012)

- démarrer structuration filière

- travail sur charte cueilleur et producteur

Partenaires
Exploitation agricole et atelier agroalimentaire EPL, ONF, CCI, CDSL, Aubrac Essen?Ciel, Communauté Communes Aubrac Lozérien, Maison de l?Aubrac, Jardin Botanique d?Aubrac, Chambres d?Agriculture, Conservatoire National des Plantes Médicinales, Aromatiques et Industrielles, CEMAGREF, ENSAIA, Syndicat Mixte préfiguration PNR Aubrac (en cours de constitution), SADEV, Marius Bonal, Laboratoires Prévost, L?O D?Ici
Indicateurs de suivi
(EC = En Cours)

Comité de suivi : EC

Intérêt suscité chez les acteurs locaux : Oui

Financements trouvés : Oui

Rapports remis : Oui

Document rédigé : EC

Données recueillies et adjointes à la synthèse : EC

Nombre de supports : 10

Nombre de prestations : 2

Nombre de personnes touchées : 1000 environ

Protocole validé comité suivi : EC

Expérimentation en place : Oui

Travaux de maintenance effectués : EC

Résultats recueillis : EC

Analyse et synthèse validées : EC

Itinéraires techniques transférables : EC

Protection réglementaire proposée : attente

Charte, traçabilité, IGP en voie de mise en place : EC

Politique éducative élaborée : Oui

Nombre de personnels impliqués lors de chaque activité ou étape 5 à 10

Nombre d?apprenants et classes impliqués lors de chaque activité ou étape : 70 élèves, 4 classes

Résumé grand public
Développement durable autour du Thé d?Aubrac

Quand un lycée agricole agit pour conserver un patrimoine naturel et culturel



A travers la mission Animation et Développement des Territoires confiée par le Ministère de l?Alimentation, de l?Agriculture et de la Pêche, le LEGTA (Lycée d?Enseignement Général et Technologique Agricole) de Saint Chély d?Apcher (48) travaille sur la thématique « Développement durable autour du Thé d?Aubrac ».



Du thé sur l?Aubrac ?



Le LEGTA de Saint Chély d?Apcher est situé aux portes de l?Aubrac, haut plateau basaltique situé aux confins des départements de l?Aveyron, du Cantal et de la Lozère. L?agriculture, prédominante, est essentiellement liée à l?élevage bovin allaitant (race Aubrac) ; la forêt, minoritaire, est composée de hêtraies d?altitude et abrite, entre autres joyaux de la nature, une espèce patrimoniale : le Thé d?Aubrac.

Le Calament à grandes fleurs (Calamintha grandiflora L.) ou Thé d?Aubrac, est une plante herbacée de la famille des Lamiacées (les menthes). C?est une espèce méconnue du fait de sa relative rareté : les populations les plus importantes se situent sur l?Aubrac (d?où son nom) et dans les Monts du Cantal, les autres étant dispersées dans les massifs alpin et pyrénéen.



Une utilisation traditionnelle en Aubrac



Le Thé d?Aubrac a de tous temps utilisé en infusion par les habitants du plateau pour ses vertus digestives et stimulantes, tant pour les hommes que pour les animaux d?élevage.



Cueilli et séché durant l?été, le Thé d?Aubrac est l?un des fleurons de l?identité locale. Cette cueillette domestique traditionnelle est sans conséquence sur la conservation de l?espèce : c?est ce que l?on appelle aujourd?hui une gestion intégrée de la ressource.



Vers une problématique de conservation et de développent local ?



Des mutations socio-économiques récentes



L?Aubrac est depuis longtemps une région qui attire des visiteurs en recherche de « nature préservée » ou de « bon air » : l?engouement pour la randonnée pédestre, les produits du terroir, la plante dans tous ses états et le patrimoine vernaculaire en général font aujourd?hui de cette région un haut lieu du tourisme d?espaces.



Une demande accrue en Thé d?Aubrac



Cette mutation de l?Aubrac a entraîné une valorisation patrimoniale et touristique de cette espèce emblématique, ce qui induit mécaniquement une élévation exponentielle de la demande en Thé d?Aubrac pour sa transformation en produits alimentaires (plante séchée, liqueurs, sirops?) mais aussi, et c?est nouveau, en produits non alimentaires (bougies, cosmétiques?).



Les conséquences de l?engouement pour cette plante posent une problématique de gestion durable de la ressource « Thé d?Aubrac », avec des questions :

- biologiques : problématique de conservation d?une espèce emblématique de l?Aubrac et relativement rare à l?échelle nationale

- socioculturelles : dans certains secteurs, l?augmentation de la pression de cueillette « professionnelle » pourrait aboutir à l?extinction forcée de la récolte domestique par pillage de certaines stations ; par ailleurs, le développement d?une industrie du Thé d?Aubrac permettrait de conforter ou de créer des emplois locaux

- économiques : la relative rareté de cette espèce, confrontée à cette demande croissante, entraîne une élévation des prix et un intérêt croissant de la part des industries de transformation. Par ailleurs, il serait dommage pour les habitants du plateau de se priver d?une manne économique basée sur une ressource naturelle identitaire



Un projet fédérateur



Le LEGTA de Saint Chély d?Apcher a défini 3 axes de travail :

- Améliorer la connaissance du Thé d?Aubrac

- Sensibiliser les gestionnaires d?espaces, les cueilleurs et transformateurs, les publics locaux et visiteurs

- Expérimenter la culture de cette espèce sauvage sur l?Exploitation Agricole. Si celle-ci réussit, elle pourrait permettre la diversification de certaines exploitations agricoles et une traçabilité des produits



Au LEGTA



En interne, ce travail mobilise plusieurs personnels et plusieurs classes : les élèves de Seconde travaillent sur l?implantation et le suivi de la culture expérimentale, les classes de STAV pratiquent le « fait alimentaire » par leur travail sur la mise en sachets de la plante et la conception d?étiquettes normalisées, tandis que les étudiants de BTS Animation Nature expérimentent « en vrai » la sensibilisation d?acteurs locaux à une problématique qui les touche de près.



Autour du LEGTA



Outre la Région Languedoc Roussillon qui participe au financement de l?expérimentation, de nombreux acteurs locaux sont en train de se regrouper autour du projet : chambres consulaires, Office National des Forêts, commerçants, associations, producteurs-cueilleurs de plantes aromatiques, collectivités territoriales? Tous semblent avoir parfaitement compris l?intérêt de se rassembler autour d?une cause commune : le Thé d?Aubrac, élément de la nature, de l?économie et de la société locales.
Validation par le chef d'établissement
31/05/10
Vu par le chef d'établissement
31/05/10
Validation par la DRAAF
15/06/10
Vu par la DRAAF
15/06/10
Commentaire de la DRAAF
Validation nationale
01/02/11
Vu par la DGER
Commentaire de la DGER

Rapport 2

Actions prévues réalisées ou en cours
(R = Réalisé, EC = En Cours, a = attente)
1. Rendre possible
- comité pilotage et comité suivi : R (Copil + Comité de Suivi)
- recherche financements : R (Région) et EC (collectivités, divers)
2. Contribuer à la connaissance
- synthèse bibliographique et pratiques locales : a
- formation : a
- communication : R (document EEDD, animations, Un Goût d?Aubrac, publications, presse locale) EC (animations et publications)
3. Expérimenter une culture bas-intrants
- protocole d?expérimentation : R
- suivi : EC
- analyse, évaluation et diffusion résultats : EC
- itinéraires techniques transférables : EC
4. Impulser un développement durable
- protection réglementaire : a (2012)
- fédérer cueilleurs : a
- structuration d?une filière : R et EC (projet retenu collectivité, PER)
Actions non prévues réalisées
1. Rendre possible : RAS

2. Contribuer à la connaissance
- communication : Document d?orientation EEDD validé ; application en cours de discussion avec partenaire local
- animations grand public : Salon Terroir, Science en Aveyron?
- partenariat Jardin Botanique d?Aubrac

3. Expérimenter une culture bas-intrants
- commercialisation des premiers produits de l?exploitation de l?EPL
- réflexion stratégique atelier Thé d?Aubrac

4. Impulser un développement durable
- contribution majeure au Pôle d?Excellence Rurale « Filière végétale identitaire Thé d?Aubrac »
- impulsion association de producteurs : vers une adhésion de l?exploitation
Actions à réaliser
1. Rendre possible : trouver des moyens de pérenniser l?action post tiers-temps

2. Contribuer à la connaissance
- enquête sur usages vétérinaires
- rédiger documents rassemblant les connaissances éparses sur l?espèce
- développer les interventions et animations grand public ou publics initiés

3. Expérimenter une culture bas-intrants
- commercialisation des produits de l?exploitation de l?EPL
- réflexion stratégique atelier Thé d?Aubrac
- poursuivre l?expérimentation, analyser et diffuser progressivement ses résultats
- accompagner la filière : producteurs

4. Impulser un développement durable
- impulsion association de producteurs : vers une adhésion de l?exploitation ?
- impulser fédération de cueilleurs
Partenaires
Exploitation agricole : mise à disposition du terrain d?expérimentation, suivi de la culture, essais commercialisation (convention verbale, convention écrite considérée comme inutile)
Communauté de communes de l?Aubrac Lozérien : impulsion commune de l?association de producteurs, discussions stratégiques Pôle d?Excellence Rurale, aide future à l?accompagnement des producteurs, (convention verbale qui devrait se transformer en convention écrite)
Jardin Botanique d?Aubrac : mise à disposition du terrain pour expérimentation, communication très grand public contre appui technique et suivi de la culture. Synergie pour l?atteinte de l?objectif commun de préservation de l?espèce (convention écrite)
Région LR : financement matériel (terminé)
ONF : appui technique réciproque (convention verbale)
Indicateurs de suivi
- à terme : moindre pression sur les populations sauvages => réponse à la problématique de conservation de l?espèce
- ouverture du territoire à une richesse jusque-là mal connue ou inexploitée (les ressources végétales) dans une région centrée sur l?élevage de bovins
- développement économique : impulsion d?un atelier de transformation du Thé d?Aubrac
- création de richesse, maintien ou développement d?emplois locaux
- application au moins partielle des orientations du MAAPRAT
- fédération d?acteurs jusque-là dispersés
- laboratoire d?idées neuves pour leur transposition vers d?autres espèces : culture d?une plante sauvage
- développement de formations courtes répondant au besoin du territoire (CFPPA Saint Flour)
- nouvelles synergies territoriales (LEGTA, ComCom, entreprises)
Résumé grand public
Développement durable autour du Thé d?Aubrac
Quand un lycée agricole agit pour conserver un patrimoine naturel et culturel

A travers la mission Animation et Développement des Territoires confiée par le Ministère de l?Agriculture, le LEGTPA (Lycée d?Enseignement Général, Technologique et Professionnel Agricole) de Saint Chély d?Apcher (48) travaille sur la thématique « Développement durable autour du Thé d?Aubrac ».

Du thé sur l?Aubrac ?

Le LEGTPA de Saint Chély d?Apcher est situé aux portes de l?Aubrac, haut plateau basaltique situé aux confins des départements de l?Aveyron, du Cantal et de la Lozère. L?agriculture, prédominante, est essentiellement liée à l?élevage bovin allaitant (race Aubrac) ; la forêt, minoritaire, est composée de hêtraies d?altitude et abrite, entre autres joyaux de la nature, une espèce patrimoniale : le Thé d?Aubrac.
Le Calament à grandes fleurs (Calamintha grandiflora L.) ou Thé d?Aubrac, est une plante herbacée de la famille des Lamiacées (les menthes). C?est une espèce méconnue du fait de sa relative rareté : les populations les plus importantes se situent sur l?Aubrac (d?où son nom) et dans les Monts du Cantal, les autres étant dispersées dans les massifs alpin et pyrénéen.

Une utilisation traditionnelle en Aubrac

Le Thé d?Aubrac a de tous temps utilisé en infusion par les habitants du plateau pour ses vertus digestives et stimulantes, tant pour les hommes que pour les animaux d?élevage.

Cueilli et séché durant l?été, le Thé d?Aubrac est l?un des fleurons de l?identité locale. Cette cueillette domestique traditionnelle est sans conséquence sur la conservation de l?espèce : c?est ce que l?on appelle aujourd?hui une gestion intégrée de la ressource.

Vers une problématique de conservation et de développent local ?

Des mutations socio-économiques récentes

L?Aubrac est depuis longtemps une région qui attire des visiteurs en recherche de « nature préservée » ou de « bon air » : l?engouement pour la randonnée pédestre, les produits du terroir, la plante dans tous ses états et le patrimoine vernaculaire en général font aujourd?hui de cette région un haut lieu du tourisme d?espaces.

Une demande accrue en Thé d?Aubrac

Cette mutation de l?Aubrac a entraîné une valorisation patrimoniale et touristique de cette espèce emblématique, ce qui induit mécaniquement une élévation exponentielle de la demande en Thé d?Aubrac pour sa transformation en produits alimentaires (plante séchée, liqueurs, sirops?) mais aussi, et c?est nouveau, en produits non alimentaires (bougies, cosmétiques, sprays d?ambiance?).

Les conséquences de l?engouement pour cette plante posent une problématique de gestion durable de la ressource « Thé d?Aubrac », avec des questions :
- biologiques : problématique de conservation d?une espèce emblématique et relativement rare à l?échelle nationale
- socioculturelles : l?augmentation de la pression de cueillette « professionnelle » pourrait aboutir à l?extinction forcée de la récolte domestique par pillage de certaines stations ; par ailleurs, le développement d?une industrie du Thé d?Aubrac permettrait de conforter ou de créer des emplois locaux
- économiques : la relative rareté de cette espèce, confrontée à cette demande croissante, entraîne une élévation des prix et un intérêt croissant de la part des industries de transformation. Par ailleurs, il serait dommage pour les habitants du plateau de se priver d?une manne économique basée sur une ressource naturelle identitaire

Un projet fédérateur

Le LEGTA de Saint Chély d?Apcher a défini 3 axes de travail :
- Améliorer la connaissance du Thé d?Aubrac
- Sensibiliser les gestionnaires d?espaces, les cueilleurs et transformateurs, les publics locaux et visiteurs
- Expérimenter la culture de cette espèce sauvage sur l?Exploitation Agricole. Si celle-ci réussit, elle pourrait permettre la diversification de certaines exploitations agricoles et une traçabilité des produits

Au LEGTPA

En interne, ce travail mobilise plusieurs personnels et plusieurs classes : les élèves de Seconde travaillent sur l?implantation et le suivi de la culture expérimentale, les classes de STAV pratiquent le « fait alimentaire » par leur travail sur la mise en sachets de la plante et la conception d?étiquettes normalisées, tandis que les étudiants de BTS GPN expérimentent « en vrai » la sensibilisation d?acteurs locaux à une problématique qui les touche de près.

Autour du LEGTPA

Outre la Région Languedoc Roussillon qui participe au financement de l?expérimentation, de nombreux acteurs locaux sont en train de se regrouper autour du projet, en particulier la Communauté de communes de l?Aubrac Lozérien qui vient d?obtenir le financement d?un Pôle d?Excellence Rurale « Filière végétale identitaire Thé d?Aubrac » : l?objectif est la transformation sur place du Thé d?Aubrac issu de la culture de cette plante par des producteurs locaux. Le LEGTPA se pose donc comme le catalyseur de cette dynamique territoriale mais aussi comme référent
Validation par le chef d'établissement
07/06/11
Vu par le chef d'établissement
07/06/11
Validation par la DRAAF
14/06/11
Vu par la DRAAF
14/06/11
Commentaire de la DRAAF
rapport validé
Validation nationale
22/01/13
Vu par la DGER
Commentaire de la DGER

Rapport 3

Actions prévues réalisées ou en cours
- La mise en place et le fonctionnement (1 fois/an) d’un comité de pilotage interne de la mission
- Actions de communication autour de la problématique et/ou de la mission
- Mise en place et suivi d’une culture expérimentale bas-intrants avec analyse, évaluation et diffusion des résultats. L’objectif étant d’obtenir un ou plusieurs itinéraires techniques transférables vers des producteurs locaux
- Convention de partenariat signée avec le Jardin Botanique d’Aubrac pour une extension de l’expérimentation de culture et des actions de communication
- Une synthèse des pratiques vétérinaires locales a été réalisée suite à une enquête durant l’été 2011
- Structuration d’une filière Thé d’Aubrac : création de l’Association de Valorisation des Ressources Naturelles de l’Aubrac
Actions non prévues réalisées
Contribution à la commercialisation des premiers produits de l’exploitation de l’EPL et réflexion stratégique sur :
- un atelier « Thé d’Aubrac » au sein de cette exploitation
- un développement de produits transformés en collaboration avec l’atelier agro-alimentaire de Florac

Contribution majeure au Pôle d’Excellence Rurale « Filière végétale identitaire Thé d’Aubrac » obtenu par la Communauté de communes de l’Aubrac Lozérien
Actions à réaliser
Il s’agit surtout de renforcer divers partenariats locaux :
- exploitation agricole : développer sa mission d’expérimentation.
- atelier agro-alimentaire de Florac : partenaire pédagogique et économique
- Association de Valorisation des Ressources Naturelles de l’Aubrac : demandeuse d’un accompagnement technique
- Cueilleurs professionnels de Thé d’Aubrac sauvage : rédaction d’une charte des bonnes pratiques du cueilleur
- Jardin Botanique de l’Aubrac : communication et expérimentation
- Communauté de Communes de l’Aubrac Lozérien : contribuer au développement du PER « Filière végétale identitaire thé d’Aubrac».
Partenaires
Cette mission ADT a permis au LEGTA de démarrer et/ou de renforcer divers partenariats, en cohérence avec le Projet d’Etablissement

En interne
- Exploitation agricole : s’est rapproché du LEGTA comme partenaire pédagogique
- Atelier agro-alimentaire : s’est rapproché du LEGTA comme partenaire pédagogique

En externe
- ONF : partenaire technique
- Association de Valorisation des Ressources Naturelles de l’Aubrac : crée sous l’impulsion de la mission
- Jardin Botanique de l’Aubrac : partenaire de communication et d’expérimentation
- Communauté de Communes de l’Aubrac Lozérien : PER « Filière végétale identitaire thé d’Aubrac» impulsé par la mission
- Association Traditions en Aubrac : communication autour de la problématique et du rôle de l’établissement
Indicateurs de suivi
Sans prétention aucune, le territoire a redécouvert une partie de son patrimoine, mais aussi des menaces pesant sur lui et des voies de valorisation permettant d’espérer une sortie du problème « par le haut » :
- moindre pression sur les populations sauvages : réponse à la problématique de conservation de l’espèce
- ouverture du territoire à une richesse jusque-là mal connue (ressources végétales) dans une région d’élevage bovin
- développement économique : impulsion d’un atelier de transformation, création de richesse, développement d’emplois locaux
- fédération d’acteurs dispersés
- laboratoire d’idées neuves : culture d’une plante sauvage
- développement de formations courtes répondant au besoin du territoire
- nouvelles synergies territoriales (LEGTA, ComCom, entreprises)
Résumé grand public
Développement durable autour du Thé d’Aubrac
Quand un lycée agricole agit pour conserver un patrimoine naturel et culturel

A travers la mission Animation et Développement des Territoires confiée par le Ministère de l’Agriculture, le LEGTPA de Saint Chély d’Apcher (48) a travaillé durant 3 ans sur la thématique « Développement durable autour du Thé d’Aubrac ».

Du thé sur l’Aubrac ?

Le LEGTPA de Saint Chély d’Apcher est situé aux portes de l’Aubrac, haut plateau basaltique situé aux confins des départements de l’Aveyron, du Cantal et de la Lozère. L’agriculture, prédominante, est essentiellement liée à l’élevage bovin allaitant (race Aubrac) ; la forêt, minoritaire, est composée de hêtraies d’altitude et abrite, entre autres joyaux de la nature, une espèce patrimoniale : le Thé d’Aubrac.
Le Calament à grandes fleurs ou Thé d’Aubrac, est une plante herbacée de la famille des Lamiacées (les menthes). C’est une espèce méconnue du fait de sa relative rareté : les populations les plus importantes se situent sur l’Aubrac (d’où son nom) et dans les Monts du Cantal, les autres étant dispersées dans les massifs alpin et pyrénéen.

Une utilisation traditionnelle en Aubrac

Le Thé d’Aubrac a de tous temps utilisé en infusion par les habitants du plateau pour ses vertus digestives et stimulantes, tant pour les hommes que pour les animaux d’élevage.

Cueilli et séché durant l’été, le Thé d’Aubrac est l’un des fleurons de l’identité locale. Cette cueillette domestique traditionnelle est sans conséquence sur la conservation de l’espèce : c’est ce que l’on appelle aujourd’hui une gestion intégrée de la ressource.

Vers une problématique de conservation et de développent local ?

Des mutations socio-économiques récentes

L’Aubrac est depuis longtemps une région qui attire des visiteurs en recherche de « nature préservée » ou de « bon air » : l’engouement pour la randonnée pédestre, les produits du terroir, la plante dans tous ses états et le patrimoine vernaculaire en général font aujourd’hui de cette région un haut lieu du tourisme d’espaces.

Une demande accrue en Thé d’Aubrac

Cette mutation de l’Aubrac a entraîné une valorisation patrimoniale et touristique de cette espèce emblématique, ce qui induit mécaniquement une élévation exponentielle de la demande en Thé d’Aubrac pour sa transformation en produits alimentaires (plante séchée, liqueurs, sirops…) mais aussi, et c’est nouveau, en produits non alimentaires (bougies, cosmétiques, sprays d’ambiance…).

Les conséquences de l’engouement pour cette plante posent une problématique de gestion durable de la ressource « Thé d’Aubrac », avec des questions :
- biologiques : problématique de conservation d’une espèce emblématique et relativement rare à l’échelle nationale
- socioculturelles : l’augmentation de la pression de cueillette « professionnelle » pourrait aboutir à l’extinction forcée de la récolte domestique par pillage de certaines stations ; par ailleurs, le développement d’une industrie du Thé d’Aubrac permettrait de conforter ou de créer des emplois locaux
- économiques : la relative rareté de cette espèce, confrontée à cette demande croissante, entraîne une élévation des prix et un intérêt croissant de la part des industries de transformation. Par ailleurs, il serait dommage pour les habitants du plateau de se priver d’une manne économique basée sur une ressource naturelle identitaire

Un projet fédérateur

Le LEGTA de Saint Chély d’Apcher a ainsi défini 3 axes de travail :
- Améliorer la connaissance du Thé d’Aubrac
- Sensibiliser les gestionnaires d’espaces, les cueilleurs et transformateurs, les publics locaux et visiteurs
- Expérimenter la culture de cette espèce sauvage sur l’Exploitation Agricole. Si celle-ci réussit, elle pourrait permettre la diversification de certaines exploitations agricoles et une traçabilité des produits

Au LEGTPA

En interne, ce travail a mobilisé plusieurs personnels et plusieurs classes : les élèves de Seconde on travaillé sur l’implantation et le suivi de la culture expérimentale, les classes de STAV ont pratiqué le « fait alimentaire » par leur travail sur la mise en sachets de la plante et la conception d’étiquettes normalisées, tandis que les étudiants de BTS GPN ont expérimenté « en vrai » la sensibilisation d’acteurs locaux à une problématique qui les touche de près.

Autour du LEGTPA

Outre la Région Languedoc Roussillon qui a participé au financement de l’expérimentation, de nombreux acteurs locaux se sont regroupés autour du projet, en particulier la Communauté de communes de l’Aubrac Lozérien qui vient d’obtenir le financement d’un Pôle d’Excellence Rurale « Filière végétale identitaire Thé d’Aubrac » : son objectif est la transformation sur place du Thé d’Aubrac issu de la culture de cette plante par des producteurs locaux.

Au terme de la mission, le LEGTPA s’est donc positionné comme le catalyseur de cette dynamique territoriale mais aussi comme référent et accompagnateur de ce processus de développement.
Validation par le chef d'établissement
21/05/12
Vu par le chef d'établissement
21/05/12
Validation par la DRAAF
13/06/12
Vu par la DRAAF
13/06/12
Commentaire de la DRAAF
compte rendu validé
Validation nationale
22/01/13
Vu par la DGER
Commentaire de la DGER