Projet d'animation et de développement des territoires des établissements publics de l'enseignement agricole

Description

Titre du projet

Accompagnement des dys pour prévenir le décrochage scolaire, faciliter l'insertion professionnelle

Etablissement

EPLEFPA Brive Voutezac

Description du projet

Les troubles dys sont l'une des causes principales de l'échec et du décrochage scolaire.
Repérage, accompagnement, suivi des apprenants s'imposent.
Equipes pédagogiques méconnaissent ce handicap et adaptation des pratiques pédagogiques difficile.
Poursuivre l'expérimentation sur l'accompagnement des dys et l' élargir à l'ensemble des apprenants du secondaire au BTS.
Animer un groupe de travail (lien avec les équipes pédagogiques).
Proposer des outils méthodologiques (améliorer les stratégies d'apprentissage).
Coordonner des actions de sensibilisation, de formation (EAP Limousin). Repérage des élèves présentant des difficultés en lecture / écriture  avec le test roc, outil élaboré par le laboratoire cogni-sciences (IUFM de Grenoble).
Bilan : 26 % d'élèves de seconde dys ou repérés en difficultés de lecture et d'écriture.
La mise en place d'adaptations individualisées permettra à ces élèves de se réconcilier avec l'apprentissage scolaire, d'être dans une dynamique de réussite favorable à l' insertion professionnelle ou à une poursuite d'études.
- Poursuivre et élargir la prise en charge des dys du secondaire au BTS
Proposer aux apprenants dys des outils informatiques adaptés à leurs difficultés (exemple : logiciel de reconnaissance vocale dysvocal) et à ces outils pour une utilisation optimale pendant les examens (enseignants info.)
Améliorer l'efficacité de l'aide humaine  pour les élèves bénéficiant d'une AVS
- Poursuivre la sensibilisation des enseignants à la problématique dys et élargir leur implication
Proposer des outils informatiques pour faciliter l'adaptation des supports proposés aux dys (fonctionnalités des outils de reproduction)
- Développer des outils d'individualisation
Former l'ensembles des apprenants à l'auto-analyse des pratiques d'apprentissage et des processus cognitifs
- Approfondir la réflexion sur les pratiques pédagogiques innovantes 
Dynamiser le groupe de travail de l'établissement
Expérimenter ces pratiques et mettre en place des ateliers d'échange de pratiques et des outils d'évaluation
A l 'échelle du territoire
- Coordonner la formation régionale des AVS. Développer le partenariat avec les professionnels de la santé (orthophonistes) pour une formation pluridisciplinaire.
- Créer une dynamique régionale de prise en charge des troubles dys, d'expérimentation et de partage des pratiques pédagogiques innovantes. -Test de repérage Roc pour les entrants lycée (cf expérimentation année 2013) + texte ecla pour les BTS à mettre en place
Relais par les professeurs principaux de toutes les classes (secondaires + BTS)
1 enseignant référent par classe comme élément moteur pour la rédaction des PAP
- Création d'un outil de suivi des PAP
- Formation
Stage de sensibilisation sur site :
Approfondissement des fonctionnalités du traitement de texte pour la création de supports adaptés (prof TIM)
Les outils informatiques pour les Dys et accessibilité (ENFA)
Formation régionale : dyscalculie, dyspraxie et individualisation des pratiques pédagogiques (Sup agro Florac)
- Approfondissement des connaissances sur les troubles dys : neuro-sciences.
Veille pédagogique et médicale
- Innovation pédagogique. Réflexion autour des stratégies d'apprentissage et des outils (tbi , carte mentale) expérimentation (EIE seconde)
- Liens avec les ateliers arthérapie et sophrologie

Thématique principale

12

Thématique secondaire

Identification

Centre constitutif concerné

LEGTPA Henri Bassaler Brive Voutezac

Adresse et numéro de téléphone de l'établissement

23 murat 19130 VOUTEZAC

Nom du responsable du dossier

Jean-Claude MOHAND

Fonction du responsable du dossier

Coordonnées du responsable du dossier au sein de l'équipe de direction

Directeur adjoint FIS (02) jean-claude.mohand@educagri.fr

Nom du chargé de projet

Sophie DEYZAC

Fonction du chargé de projet

PCEA documentation

Coordonnées du chargé de projet

sophie.deyzac@educagri.fr

Déclaration d'intention


Rapport

Résumé grand public

Les troubles dys sont l'une des causes principales de l'échec et du décrochage. 
1- Leur repérage, l'accompagnement et le suivi constituent le premier axe du projet.
8 PAP (plan d'accompagnement personnalisé) ont été réalisés en seconde. 7 élèves arrivaient avec un diagnostic de trouble dys et 1 élève a été détecté grâce au test Roc proposé à tous les entrants en début d'année dans le cadre de l'accueil des secondes et du positionnement. 2 élèves bénéficient d'un PPS (projet personnel de scolarisation) avec une AVS.
En classe de première, 1 nouveau PAP a été écrit et 6 autres, réalisés l'an dernier, ont fait l'objet d'un suivi. 1 PAP a été écrit pour une élève qui, détecté au test ROC l'an dernier, a obtenu un diagnostic de dyslexie positif. Une demande de bilan complémentaire a été faite auprès du Centre référent du langage pour un élève bénéficiant d'un PAP. Cette démarche a débouché sur une prise en charge par la MDPH (PPS et AVS).
Cela porte à plus de 13 % de jeunes bénéficiant d'un PAP en seconde et plus de 19 % en première.
3 PAP ont été écrits en BTS 1. 2 PAP en BTS font l'objet d'un suivi.
32 élèves, lycéens et BTS confondus, bénéficient d'aménagements aux examens dont 9 secrétaires lecteur et/ou scripteur . L'aide humaine accordée aux examens exige des moyens supplémentaires.
Chaque classe de seconde et première bénéficie d'un enseignant référent qui réalise un suivi individuel des PAP. Pour ce faire, un questionnaire a été crée par le groupe de travail, axe du projet d'établissement « accompagnement des élèves ». Des fiches bilan constituées de synthèse des conseils de classe et des entretiens sont à la disposition des équipes pédagogiques sur la conférence de l'établissement. Le professeur principal et l'enseignant référent font le lien avec l'équipe.
Cependant, la communication des PAP et de ces bilans reste encore problématique. Il convient de réfléchir à des outils de communication plus efficaces. Si des outils de suivi des résultats scolaires ont été mis en place, l'évaluation et le suivi de l'estime de soi devra faire l'objet d'une réflexion du groupe de travail et d'une collaboration étroite avec les enseignants qui proposent les ateliers de sophrologie et d'art thérapie.
La sensibilisation des enseignants s'est poursuivie. Une journée de formation sur la dyscalculie a été proposée, animée par une psychomotricienne spécialisée dans les troubles dys-logicomathématiques. Une information sur la dyspraxie et la dysphasie doit être envisagée dans les mois à venir.

2- La prise en compte d'une difficulté individuelle ouvre des perspectives plus larges et impactent les pratiques pédagogiques. Elle impose une individualisation des parcours et une différenciation pédagogique. Elle interroge sur les pratiques. Cette dimension d'innovation pédagogique constitue le deuxième axe du projet.
Se crée une dynamique d'équipe autour de pratiques innovantes permettant la réussite des apprenants.
Une expérimentation a été menée dans le cadre d'un EIE en seconde professionnelle autour des profils d'apprentissage. L'objectif, qui était de mieux se connaître dans l'acte d'apprendre pour optimiser son potentiel, s'est formalisé autour d'activités sur les intelligences multiples, les profils cognitifs, la mémoire, la représentation mentale et la concentration. Ce travail de métacognition, de conscience et de réflexion sur ses propres stratégies d'apprentissages doit ouvrir les chemins d'accès aux apprentissages.
Ces pratiques réflexives seront proposées systématiquement à tous les élèves de seconde et seront réinvesties dans les différentes disciplines.
Des pratiques d'évaluation par contrat de confiance et par capacités ont été expérimentées.

3- Les formations mises en place dans ce cadre ont un caractère régional et favorisent l'échange de pratiques. Ces formations sont un approfondissement de la sensibilisation aux troubles dys comme la dyscalculie, formation spécifique AESH ou des formations pédagogiques proposées aux enseignants par Sup agro autour de l 'évaluation, la différenciation pédagogique et la régulation des conflits. Un groupe de parole formé d'enseignants en majorité s'est réuni trois fois, animé par une psychothérapeute d'orientation systémique. L'objectif est d'échanger sur la relation entre l'élève, le groupe classe et l'enseignant.
Une classe de 3e ouvrira en septembre. Elle sera, pour l'équipe, l'occasion de poursuivre l'expérimentation de ces nouvelles pratiques qui s'imposent puisque le public attendu est en difficulté par rapport au système scolaire. La communication et l'échange de pratiques doit se formaliser afin de favoriser la diffusion de ces pratiques innovantes.

Rapport

Résumé grand public

Ces jeunes qui ont des troubles dys sont mal outillés pour optimiser leur potentiel et répondre aux exigences scolaires. Certaines taches de lecture ou d'écriture devenues automatiques pour les autres restent chronophages pour eux. Cela peut aboutir à une lassitude, un découragement, un décrochage. C'est la raison pour laquelle le dispositif consiste en la mise en place de plans d'accompagnements personnalisés permettant de cibler les difficultés propres à chacun. Depuis deux ans le dispositif de prise en charge des dys est opérationnel. Ainsi, 24 élèves bénéficient d'aménagements de la scolarité au niveau du lycée et 5 élèves en BTS, 9 élèves ont un PPS. Au total, 38 élèves ont des aménagements aux examens.
Le regard porté sur les difficultés des apprenants a évolué. Les difficultés sont reconnues, davantage analysées et débouchent sur un entretien avec l'élève, un contact avec la famille, une demande de bilan si besoin est. Ainsi s'est instaurée une dynamique d'individualisation des parcours qui permet une remédiation plus efficace.
Le suivi individuel par l'enseignant référent de la classe permet d'apprécier l'efficacité du PAP et de proposer des réajustements si nécessaire. Cette année, le nombre d'apprenants diagnostiqués dys augmente. Le repérage systématique des entrants avec le test ROC est donc moins significatif. En outre, des outils permettent une visibilité depuis la mise en place du dispositif (septembre 2014) : 6 lycéens appartenant au dispositif ont quitté l'établissement pour se tourner vers d'autres voies. Seuls deux élèves dys de BTS ont abandonné la formation. De manière générale, le bilan est plutôt satisfaisant en terme de résultats scolaires puisque les deux tiers des élèves bénéficiant d'aménagements de la scolarité ont obtenu les félicitations ou les encouragements.
Si la dyslexie est, au sein de l'établissement, connue et traitée, d'autres troubles restent méconnus. Ainsi les troubles du raisonnement logico-mathématique qui impactent de nombreuses disciplines. Les trois sessions de formations animées par une psychomotricienne spécialisée dans ces troubles devraient permettre de repérer une faille dans l'édifice cognitif d'un jeune et de construire des outils de remédiation qui, bien entendu, ne remplaceront pas une rééducation, mais ouvriront d'autres chemins d'accès à un savoir ou savoir faire.

La classe de 3e, ouverte en septembre, a constitué un « laboratoire d'expérimentations » pédagogiques pour des jeunes en grandes difficultés scolaires. Cette dynamique d'innovation a été nourrie par les stages « différencier sa pédagogie » et « la communication entre l'élève et l'éducateur » proposés par l'équipe de Supagro Florac qui ont permis la découverte, la construction et l'échange de pratiques. Le bilan de cette première année et des journées de formation permettra de revisiter le projet 3e dont la priorité sera le savoir vivre et la coopération.
Les pratiques d'évaluation expérimentées cette année, notamment l'évaluation par compétences, seront élargies et réfléchies dans une logique transdisciplinaire.
Supagro viendra en appui pour l'année 2016/2017. Des journées de partage de pratiques et d'analyse réflexive autour des classes de 3e agricoles du Limousin sont envisagées.
Ces pratiques sont associées à une pédagogie de la bienveillance et de l'empathie. Un travail sur l'estime de soi est réalisé en collaboration avec des enseignants spécialisés dans le développement personnel. Une évaluation diagnostique de l'estime de soi a été pratiquée en 3e. Les « scores » obtenus en cette fin d'année ont doublé, ce qui révèle une nette amélioration de l'estime de soi. Des ateliers d'art-thérapie et de sophrologie permettent aussi d'en apprécier l'évolution.
Tous les élèves de seconde auront bénéficié, cette année, d'une initiation à la gestion du stress par la sophrologie à travers un EIE dont l'objectif est de mieux se connaître dans l'acte d'apprendre afin d'optimiser son potentiel. Certains jeunes disent utiliser ces outils de gestion du stress (recentrage ou concentration par la respiration, réactivation d'une image positive) ou méthodologique (carte mentale) proposés lors de ces séances. Une évaluation plus large de la mise en œuvre de ces outils sera effectuée pour ces élèves qui seront en 1ère l'année prochaine.

Le groupe d'analyse réflexive, formé en majorité d'enseignants et animé par une psychothérapeute d'orientation systémique, permet d'interroger la posture de l'enseignant. Une démarche plus formelle, expérimentée en formation, a été choisie pour les études de cas qui seront proposées à chaque séance.


Rapport

Résumé grand public

Cinquante élèves bénéficient d'aménagements aux examens pour l'année 2016/2017 contre trente-deux en 2015, première année de mise en place du dispositif de prise en charge des jeunes ayant des troubles dys. L'augmentation est donc notable et montre l'efficacité du dispositif. En 2015, 9 élèves bénéficiaient d'une aide humaine pour les examens. En 2017, on compte 19 élèves. Nous manquons de moyens humains pour répondre à cette situation.



La collaboration avec les professionnels de la santé s'est élargie, le repérage et le suivi gagnent ainsi en efficacité. Pour 6 élèves du secondaire, des bilans ont été demandés et ont débouché sur des diagnostics permettant de repérer un trouble jusque-là non détecté ou détecté seulement en partie. Un bilan neuro-psychologique, par exemple, permet une approche globale du jeune et cible à la fois les capacités et les difficultés. Le jeune comprend mieux son fonctionnement cognitif, peut travailler dans ce sens et améliorer ainsi son estime de soi.



Le dispositif et le travail d'innovation pédagogique ont fait l'objet de communications , au salon de l'agriculture au mois de février à Paris dans le cadre d'une table ronde sur la thématique « un système éducatif innovant ancré dans son territoire », au lycée agricole de Nérac dans le cadre d'une semaine européenne d'échange autour de l'animalothérapie et de l'insertion et enfin au collège d'Objat dans le cadre d'un partenariat qui comprend l'organisation de temps de partage de pratiques pédagogiques entre enseignants.



Le travail réalisé dans toutes les classes de seconde sur la connaissance de soi et de son fonctionnement cognitif (EIE « cerner son potentiel ») s'est prolongé en classe de première avec la proposition d'un nouveau module « gérer son stress ». Toutes les demandes pour ce module n'ont pu être satisfaites. Il existe donc un vrai besoin chez les jeunes auquel nous devrons répondre à l'avenir. Cela peut constituer un élément positif d'évaluation de l'EIE seconde. La collaboration avec les enseignants spécialisés en développement personnel ouvre des perspectives dans ce sens.



La poursuite des sessions de formations avec Supagro Florac a permis aux enseignants de mutualiser et partager les expériences pédagogiques. Cette formation programmée sur les deux années précédentes et destinées plus particulièrement aux équipes de 3e régionales, a favorisé la découverte d'outils et de les expérimenter. L'année 2017 devait permettre une mutualisation sous la forme de Groupes d'Analyse de Pratiques. Cette dynamique devra s'élargir aux autres équipes pédagogiques de l'établissement et se formaliser afin d'apporter des réponses à la problématique grandissante des classes difficiles.