Projet d'animation et de développement des territoires des établissements publics de l'enseignement agricole

Description

Titre du projet

Production de références en agroécologie sur le territoire de l’EPL 76 :pays de Bray et pays de Caux

Etablissement

EPL de Seine-Maritime

Description du projet

Différents systèmes de culture sont ou vont être testés sur les 2 exploitations de l’EPL 76 : actuellement système à bas niveau d’intrants, système en agri. bio. et très prochainement agri.de précision et agri. de conservation
L’objectif est de participer à la production de références sur ces systèmes innovants en partenariat avec le développement agricole.
Les parcelles sont des supports pour les apprenants, les techniques mises en œuvre ainsi que les résultats sont réinvestit dans les formations techniques. Les modalités d’essais et les résultats sont communiqués à nos partenaires.
Plusieurs enjeux évoqués dans « produire autrement » sont pris en compte dans le projet
Ambition bio : Maraichage bio, grandes cultures et verger en AB
Ecophyto: Baisse des IFT en agri. de précision et en agri. intégrée
Ecoantibio : la réduction des antibiotiques est une priorité des 2 exploitations (pôle ruminant à Yvetot)
Biodiversité : mise en place d’une conduite en agri de conservation, valorisation des prairies multi espèces, gestion des intercultures (essai sur les différents couverts), valorisation des haies, positionnement de bandes enherbées
Autonomie : production des protéines et baisse de la ferti N minérale (légumineuses dans la rotation)
Toutes ces études donnent lieu à une approche technique et économique pour arriver à la double performance écologique et économique.
Production de références en agroécologie :

Agriculture Bio. :
• Essai système conduit en AB sur 7 ha, rotation 6 ans (prairie temporaire multiespèces 2 ans, blé, céréale secondaire, féverole, méteil)(site Yvetot)
• Conduite du verger cidricole en AB sur 18 ha (site Merval)
Partenaires : GRAB, défis ruraux, chambre

Agriculture à bas niveau d’intrants:
• Essai système conduit en agri. intégrée sur 12 ha (site Yvetot), rotation 5 ans ( prairie, maïs, blé),prairie multiespèces permettant un apport d’azote réduit, maïs objectif zéro intrant chimique ( rattrapage herbicide si nécessaire), blé en réduction d’azote minéral et baisse de l’IFT
• Conduite des prairies et du maïs ensilage en réduction d’intrants (site Merval)
Partenaires : défis ruraux, chambre d’agriculture

Agriculture de conservation :
• Essai système sur 6 ha, travail sur les couverts végétaux et les techniques de semis direct (site Yvetot)
Partenaires : Sol en caux, Chambre, AREAS ( Evolution de la sensibilité à la battance et à l’érosion des sols)

Agriculture de précision
• Suivi farmstar, utilisation des données GPS pour limiter les intrants sur 40 ha de grandes cultures (site Yvetot)
Partenaires : Chambre


Personnes impliquées dans l’EPL
Personnels de direction, directeur et salariés d’exploitation, enseignants, apprenants ( classe bac pro CGEA et BTS ACSE)
Les apprenants contribueront aux suivis des essais : biodiversité sols, mesures reliquats azotés, suivi des cultures, estimation des rendements.
Pour les différents systèmes de culture :

Mise en œuvre des rotations retenues, implantation et suivi des cultures, enregistrement des interventions, estimation des rendements, calcul des données technico-économiques
Participations des apprenants aux différents suivis (classes de bac Pro, BTS ACSE et Anabiotech pour la réalisation de certaines analyses)
• Biodiversité : comptage lombrics, comptage carabes, estimation de la biomasse microbienne (participation de l’ESITPA)
• Transfert nitrates : prélèvements et interprétation des mesures de reliquats entrée hiver/reprise de végétation/ post récolte
Possibilité d’utilisation des cases lysimétriques dans un deuxième temps
• Sortie terrain : visite des essais systèmes, état des cultures selon les différentes conduites.
Toutes les observations et résultats donnent lieu à des comptes rendus réguliers accessibles aux enseignants et aux apprenants qui peuvent être utilisés dans la mise en œuvre des programmes "enseigner à produire autrement"

Thématique principale

Déclinaison des programmes d'actions du projet agro-écologique pour la France

Thématique secondaire

Agriculture et agro-écologie

Identification

Centre constitutif concerné

Adresse et numéro de téléphone de l'établissement

Auzebosc

Nom du responsable du dossier

AARABI Mohamed

Fonction du responsable du dossier

Coordonnées du responsable du dossier au sein de l'équipe de direction

Directeur EPLEFPA Seine-Maritime BP 218 76196 Yvetot cedex

Nom du chargé de projet

DEGRAVE Thierry

Fonction du chargé de projet

IPEF

Coordonnées du chargé de projet

Enseignant d'agronomie au LEGTA d'Yvetot; Référent développement durable de l'EPL 76.

Déclaration d'intention


Rapport

Résumé grand public

1/3 temps EPL seine maritime: "production de références en agroécologie sur le territoire de l’EPL 76 : pays de bray et pays de caux"
1. Actions menées sur le site d’Yvetot :
 Rappel du contexte : L’exploitation se situe dans le pays de Caux : Les sols sont limoneux profonds, présentent une fertilité élevée mais sont très sensibles à la battance. Les systèmes agricoles développés dans cette région sont majoritairement conduits en agriculture intensive raisonnée. La qualité des eaux de surface et de nappe connait des dépassements de seuil azote pesticides et des épisode de turbidité. Les systèmes agricoles en agroécologie sont peu représentés.
 Les essais mis en place : A l’automne 2014, des comités de pilotage ont été formés regroupant les différents partenaires agricoles ( chambre, CIVAM, GRAB, association sol en caux, agriculteurs) pour travailler sur la mise en place d’essais système autour de l’agroécologie , réaliser un site de démonstration permettant d’établir des références pour les professionnels et les apprenants.
Essai système en agri. Bio : la rotation retenue est sur 6 ans ( prairie 2ans, blé, céréale de printemps, fèverole, méteil) . le site de 7 ha est divisé en 4 parcelles qui représentent 4 cultures de la rotation. De plus une parcelle de 2 ha est conduite en AB (méteil ne 2015)
Essai système en agri intégré :La rotation choisie est typique du pays de caux et alterne blé et culture de printemps ( maïs, betterave et lin) . 12 ha sont concernés, ils sont également divisés en 4 parcelles pour permettre un essai système. Les conduites adoptées doivent permettre de limiter les apports d’intrants chimiques ( - 50 % de pesticides, réduction des apports d’azote minéral)
Essai système en agriculture de conservation : Pour une première approche, 6 ha sont conduits selon les principes de l’agriculture de conservation et divisés en 2 parcelles (céréales, culture de printemps). Le prêt de matériel par un concessionnaire a rendu possible les premiers semis en SD, à l’automne 2014. Un objectif prioritaire reste également le baise de l’IFT.
Les différentes conduites sont comparées entre elles et l’agriculture raisonnée intensive sert de référence.
 Les suivis réalisés :
Des tours de plaine réguliers (à fréquence hebdomadaire à partir de mars) permettent de suivre l’évolution des différentes cultures. Les différentes interventions réalisées après observations et avis des partenaires sont notées et respectent les objectifs de différentes conduites.
Un suivi est également mené pour estimer la biodiversité des systèmes .Les protocoles retenus s’inspirent de la méthode auximore. Des comptages vers de terre ont été réalisés en avril. Des suivis de la population de carabes sont réalisés pendant 6 semaines entre début mai et mi-juin. L’appréciation de la flore de bordure (protocole écobordure) sera réalisé en juin.
 L’utilisation pédagogique des essais :
Les tours de plaine et le suivi des essais associent les élèves en stage sur l’exploitation.
Deux journées ont été organisées pour permettre aux différentes classes une présentation sur le terrain des essais ( fin mai-début juin).Une journée de présentation des résultats sera réalisé à l’automne. L’ensemble des données collectées seront disponibles sur une plate- forme numérique pour faciliter l’utilisation des résultats par les apprenants .Les suivis de biodiversité associent les enseignants de biologie et donnent lieu à des séquences pédagogiques. De plus, les essais sont des supports de formation pour des cycles supérieurs ( ingénieur, étudiants licence et maîtrise).
2 Actions menées sur le site de Merval ( pays de bray)
 Rappel du contexte : les contraintes de production liées à l’environnement sont beaucoup plus marquées. : sols superficiels et hétérogènes, hyromorphes pour partie, relief très vallonné, peu de surfaces assolables ( 35 ha au total dont 22 ha de maïs), 2/3 de la SAU en prairies permanentes .L’exploitation produit du fromage Neufchatel et doit respecter le cahier des charges. Les vergers cidricoles sont conduits en bio.
 Un diagnostic réalisé pointant les forces et les faiblesses, on peut notamment noter
En points forts : gestion extensive des prairies, une partie des productions en AB, très bonne biodiversité, maillage de haies, présence de mares, réduction des antibiotiques
En points faibles : assolement pas assez diversifié, peu de valorisation des intercultures

 Des propositions :Elles nécessitent une réflexion de l’équipe pour juger de leur faisabilité : introduction de culture associée type méteil, optimisation du pâturage (chemin d’accès au pâture), mise en place d’interculture type vesce-avoine , renouvellement des prairies ( sursemis)
L’année 2015 a été une année de mise en place du tiers-temps. Les démarches engagées sur le territoire de l’EPL 76 vont être poursuivies, cela permettra de faire évoluer les exploitations d’Yvetot et de Merval vers l’agroécologie.

Rapport

Résumé grand public

Depuis 2 ans, des essais systèmes de culture innovants sont menées sur l’exploitation du lycée agricole d’Yvetot. Ce sont au total plus de 40 % de la surface assolable engagée dans ces essais (34 ha).
L’exploitation se situe dans le pays de Caux : Les sols sont limoneux profonds, présentent une fertilité élevée mais sont très sensibles à la battance. Les systèmes agricoles développés dans cette région sont majoritairement conduits en agriculture intensive raisonnée. La qualité des eaux de surface et de nappe connait des dépassements de seuil azote pesticides et des épisodes de turbidité.
Les essais mis en place :
Trois systèmes innovants sont étudiés : l’agriculture biologique, l’agriculture intégrée et l’agriculture de conservation. Les protocoles d’essais, le choix des rotations, les conduites techniques sont décidés par des comités de pilotage associant les différents acteurs du développement agricole et se réunissant 2 fois par an (GRAB, CIVAM, Chambre d’agriculture, CERHN, association Sol en Caux, AREAS, agriculteurs).
Agriculture biologique sur 7+3 ha : les essais système concernent une parcelle de 7 ha divisée en 4, chaque petite parcelle représente une culture de la rotation définie par la succession : prairie 2 ans-blé-céréale secondaire-fèverole-méteil.
Pour l’année 2015-2016, les 4 parcelles de suivi concernent : RGH+TV( 3ème année), Blé, Méteil ( triticale, pois, fèverole ) et prairie luzerne ( 1ère année).
Agriculture intégrée sur 12+6 ha : Les essais système concernent une parcelle de 12 ha, la rotation est typique du pays de Caux : blé –maïs-blé-betterave-blé-lin. Pour l’année 2015-2016, les suivis concernent un blé précédent maïs, un blé précédent betterave et un maïs.
Agriculture de conservation sur 6 ha :
L’essai démarré en 2016 concerne une parcelle implantée en blé en 2014-2015. La succession choisie fait alterner une culture de printemps et une culture d’automne.
Sur une partie, une interculture multiespèces a été semée en septembre puis détruite au rouleau FACA en janvier. Le maïs a été semé en TCS ou en Strip-till début mai. Sur l’autre partie, une orge a été semée en octobre en TCS.
Ces essais système sont complétés par des dispositifs de démonstration associant la chambre d’agriculture ou l’AREAS :
Plate-forme desherb’agro sur le désherbage alternatif ( 2014-2015), plate-forme méteils (2015-2016), mise en place d’une zone tampon de phytoépuration des pesticides dans les eaux de ruissellement ( AREAS/ mai 2016).
La valorisation des dispositifs innovants :
Trois temps forts sont proposés dans l’année scolaire pour l’ensemble des classes :
En novembre : présentation des suivis et des résultats de l’année en cours, protocole pour la prochaine campagne (10 classes sur 3 ½ journées)
En mars : tour de plaine, état de la végétation, observations et comparaison (10 classes sur 5 ½ journées )
Fin mai : tour de plaine, présentation des cultures, comparaison des itinéraires (9 classes sur 5 ½ journées)
Pour les 2 années de suivis, les enseignements sont déjà remarquables :
Agri. bio. :
Intérêt des mélanges, bonne production du RGH+TV, bonne production de la féverole mais problème de conservation ( bruches + impuretés), propreté de la culture de blé (précédent pairie), réussite de l’implantation de la féverole dans le méteil (graines enfouies par un labour superficiel)
Agri. intégrée ( -30% d’N, - 50 % de l’IFT) :
Peu ou pas de baisse de rendement , marge brute supérieure au conventionnel, pertinences des leviers agronomiques mis en œuvre , intérêt du désherbage mécanique
Agri. de conservation :
Intérêt des intercultures multiespèces , efficacité du rouleau FACA, bonne levée des cultures en TCS et striptill, et limites ( limaces et adventices )
Des activités complémentaires sont menées avec les élèves : suivis végétation, estimation de rendement. L’étude de la biodiversité dans les systèmes culture est abordée (diversité carabes, vers de terre, flore de bordure). Les essais sont le support de comparaison de données technico-économiques (classe de BTS)
Les essais sont également présentés à d’autres centres de formation (ESITPA, Fac. de bio., prépa agro) ou d’autres acteurs (agence de l’eau, syndicat d’eau). Des visites pour les professionnels ont été organisées (groupe défis ruraux, CETA) et certains essais sont suivis par des organismes techniques (CERHN, défis ruraux).
Des limites sont cependant notées: une surcharge de travail pour l’exploitation, un manque de matériel spécifique sur l’exploitation pouvant retarder les interventions (désherbage mécanique, semis direct..), les surcoûts liés aux essais essentiellement supportés par l’exploitation (matériel de suivi, semences, analyses).
Aujourd’hui, l’exploitation est un réel support de formation et de démonstration à disposition des élèves et des professionnels. Ces essais doivent être confortés dans le temps pour offrir toute leur pertinence. Ils s’inscrivent pleinement dans la démarche « enseigner et produire autrement ».

Rapport

Résumé grand public

Le contexte :



L’exploitation du lycée est située sur le plateau du pays de Caux où les enjeux agroenvironnementaux sont importants : phénomènes d’érosion des sols de limon, teneurs en pesticides et en nitrates au niveau des captages à la limite ou dépassant les seuils de potabilité.



Dans ce contexte, des essais système ont été démarrés en 2013-2014, pour tester et produire des références sur des pratiques innovantes qui limitent l’impact de l’agriculture sur la qualité des ressources. Trois systèmes  sont étudiés : l’agriculture biologique, l’agriculture intégrée (réduction des engrais et pesticides) et l’agriculture de conservation (suppression du labour).



Les protocoles d’essais, le choix des rotations, les conduites techniques sont décidés par des comités de pilotage associant les différents acteurs du développement agricole.



Quels enseignements à l’issue des 3 années de suivi :




  1. Agriculture biologique :



La rotation retenue se présente ainsi : prairie luzerne+ RGH +TV (2 ou 3 ans) – blé-lin-méteil (triticale, pois, féverole)- céréale secondaire



La parcelle de 7 ha est divisée en 4 parties occupées par une culture de la rotation.




  • La prairie en tête de rotation a des effets très bénéfiques (vie biologique, apport MO et azote, effet nettoyant).

  • Les associations (prairie multi-espèces, méteil) sont très adaptées (peu de pression des bioagresseurs)

  • La récolte de blé a été satisfaisante (campagne 2015-2016)  mais est compromise en 2016-2017 (attaque corbeaux et taupins)

  • La féverole en culture pure donne un bon rendement mais présente une présence significative  d’impuretés et de bruches dans la récolte.

  • La conduite de la féverole en mélange type méteil est améliorée (peu de bruches, culture assez propre)

  • Le lin implanté en mars 2017 présente un développement très satisfaisant



 




  1. Agriculture intégrée :



Le  comité de pilotage a retenu une  rotation typique du pays de Caux : blé tous les 2 ans qui alterne avec une tête de rotation (maïs principalement)



Pour la conduite du blé, les leviers agronomiques ont montré leur pertinence, date de semis plus tardive, choix de variétés rustiques, baisse de la densité de semis, baisse de la fertilisation azotée.



 La réduction d’intrants intrants ( pesticides – 50 %, engrais N – 20 %) s’accompagne d’une baisse de rendement faible ( - 5 à 10 %), la marge brute est préservée.



Cependant, la pression adventices  est devenue importante, ( ray-grass, gaillet). Cela  nécessitera un allongement de la rotation avec l’introduction de nouvelles cultures.



Pour le maïs, la mise en œuvre d’un désherbage mécanique (herse étrille, houe rotative ou bineuse) permet de contrôler le salissement avec un seul passage d’herbicide à dose réduite (1/3 de dose).



L’apport de fumier (35 à 40  T/ha) avant maïs couvre les besoins en azote, l’apport d’azote minéral réduit (dose bilan – 40 U d’N/ha) est sans  conséquence sur le rendement.



 




  1. Agriculture de conservation :



L’essai a démarré en septembre 2015. La succession choisie fait alterner une culture de printemps ( maïs) et une culture d’automne ( orge ou blé).



Dès la première année, des évolutions du sol sont constatés : amélioration de la structure, baisse de la battance, présence de vers de terre. Le sol est plus tassé en surface mais résiste mieux à l’érosion.



L’implantation des cultures réalisée en TCS pour les céréales, en bandes fraisées pour le maïs (type stripp-till) est satisfaisante. Les rendements sont comparables à la conduite conventionnelle.



Les intercultures sont un des piliers de la conduite en conservation.



En septembre 2015, un mélange multi-espèces semé au semoir à céréales a donné une bonne couverture du sol et une production de biomasse satisfaisante.



A l’automne 2016, une interculture multi-espèces comportant une part importante de trèfle a été implantée avec succès, l’objectif est de pouvoir semer le maïs dans un couvert vivant de trèfle, cette pratique doit permettre de concilier agriculture de conservation et réduction des pesticides.




  1. La valorisation pédagogique des essais :



 




  • Chaque année, trois temps forts sont  proposés aux apprenants :



En décembre : présentation des suivis et des résultats de l’année en cours



En mars : tour de plaine, état de la végétation



 Fin mai : tour de plaine, comparaison des itinéraires



 




  • Des activités complémentaires sont menées avec les élèves :




  • Suivi végétation, estimation rendement

  • Biodiversité (carabes, vers de terre, flore de bordure)

  • Comportement des sols (infiltrabilité, pénétrométrie, stabilité structurale)

  • Comparaison de données technico-économiques



Les essais sont également présentés à d’autres centres de formation (ESITPA, Fac. de bio., prépa agro) ou d’autres acteurs (agence de l’eau, syndicat d’eau). Des visites pour les professionnels sont organisées (groupe défis ruraux, CETA) et certains essais sont suivis par des organismes techniques (CERHN, défis ruraux).



Ces références acquise pendant les trois années de suivi serviront à l’élaboration du projet d’exploitation à venir.