Projet d'animation et de développement des territoires des établissements publics de l'enseignement agricole

Description

Titre du projet

L’agroéquipement au service de l’agro-écologie en Pays de la Loire

Etablissement

EPL Le Mans

Description du projet



Les sols sont la base de l'agriculture, il est alors indispensable de donner à nos apprenants les éléments Pour développer une agriculture durable. Le projet s'articule autour d'une dynamique pédagogique en utilisant l’atelier d'agro-équipement rénové et l’exploitation pour promouvoir des pratiques permettant une évolution cohérente vers l’agro-écologie, conciliant pérennité économique, humaine et environnementale.
Les objectifs prioritaires sont :
- réduire les intrants et l’énergie tout en maintenant le niveau de production
- préserver les ressources naturelles:
* conserver les sols:
* réduire l’érosion
* améliorer les propriétés physiques des sols (état structural, porosité, rétention de l’eau…)
* favoriser l’activité biologique
* améliorer la biodiversité au sein des agroécosystèmes
- mieux valoriser les déjections animales (fertilisation organique)

En s’appuyant sur les expériences nationales et régionales, devenir un lieu de transfert en Pays de Loire.

L'ensemble des actions seront mises en oeuvre sur l’exploitation agricole de l’établissement qui servira de support .

Trois thématiques sont envisagées en priorité :
- un axe « travail du sol/ agronomie » (réduction du travail du sol, réduction des besoins en énergie, semis sous couverts)
- un axe « protection des cultures », (désherbage mécanique, optimisation des intrants)
- un axe « agroforesterie » en cohérence avec le projet CASDAR (multifonctionnalité, biodiversité, entretien, paysage)

D’autres thèmes pourront être étudiés :
- la récolte : organisation des chantiers, choix des machines..
- la fertilisation minérale en lien avec l’hétérogénéité des parcelles (agriculture de précision)

Les outils de guidage et de précision d’application auront une utilisation transversale afin d’optimiser l’efficacité du travail et des interventions

Les actions pourront prendre la forme :
- de présentation d’outils ou de démonstration de matériels
- d’expérimentations ponctuelles ou à l’échelle d’un système d’exploitation
- de conférences pour nos apprenants, ouvertes sur le territoire

Une phase de recensement des pratiques déjà expérimentées depuis plusieurs années et d'expertise des matériels adaptés à ces nouvelles pratiques sera incontournable sur l'exploitation de l'établissement, ainsi qu'une veille technique sur des matériels en constante évolution

Le projet s’engage à développer une dynamique pédagogique et l’utilisation de l’exploitation agricole de l’établissement en renforçant les liens : interconnaissances (atouts, contraintes respectives, veille, réseaux…), co-construction de projets pédagogiques (diagnostic, problématisation, analyse…), synthèse et valorisation …

Ce projet permettra à l’établissement de renforcer ses liens avec les professionnels à la veille de l’ouverture d’un BTSA GDEA par apprentissage qui viendra étoffer notre offre de formation dans le secteur de l’agroéquipement.

La thématique principale qui sera étudiée au travers de ce projet est « l’agriculture et l’agro-écologie », thématique nouvelle qui a toute sa place aujourd’hui dans le référentiel du BTSA ACSE et des autres formations agricoles. La thématique secondaire sera « le machinisme et l’agroéquipement », notre pôle de compétences principal.

« Enseigner à produire autrement » sera le fil conducteur de toutes nos actions

Thématique principale

Machinisme et agro-équipement

Thématique secondaire

Agriculture et agro-écologie

Identification

Centre constitutif concerné

LEGTA Le Mans

Adresse et numéro de téléphone de l'établissement

EPLEFPA de la Germinière La Germinière 72700 Rouillon tél: 02.43.47.07.53

Nom du responsable du dossier

Dominique AUBINE

Fonction du responsable du dossier

Directeur de l'EPL

Coordonnées du responsable du dossier au sein de l'équipe de direction

Dominique AUBINE tel: 06.30.21.62.57 dominique.aubine@educagri.fr

Nom du chargé de projet

Joël BUSSON

Fonction du chargé de projet

Enseignant en Agro-équipement

Coordonnées du chargé de projet

La Germinière 72700 Rouillon joel.busson@educagri.fr

Projet rédigé


Rapport

Résumé grand public

L’agroéquipement au service de l’agronomie

Le sol est la base de l’agronomie et des productions agricole. Il est nécessaire de le comprendre, de conserver sa fertilité dans le temps et d’adapter son travail pour garder des productions rentables. Afin d’atteindre ces objectifs, nous devons adapter nos méthodes culturales afin de ne pas trop perturber les différents horizons du sol, valoriser au mieux les fertilisants minéraux et organiques, réduire l’érosion, optimiser les produits phytosanitaire…. Les techniques pour tendre vers ces objectifs ne sont pas complètement maitrisées et ne sont pas couramment utilisées dans l’agriculture française et sarthoise.

Afin de diversifier les connaissances, les compétences et l’analyse des apprenants sur le site de formation de l’EPL de la Germinière nous avons décidé de mettre en place certaines de ces pratiques sur l’exploitation et de les valorisées durant les séances pédagogiques. Pour cela nous nous sommes entourés de professionnels (agriculteurs, Chambre d’Agriculture…) qui connaissent déjà ou ont déjà expérimenté ces pratiques. Cela a permis de confronter nos prévisions et d’adapter nos pratiques. Le lien avec les professionnels s’est aussi engagé par l’adhésion à différents réseaux. Cela a permis d’accueillir des conférences avec un accès aux différentes formations mais aussi d’intervenir dans différentes manifestations agricole (innov’action…).

Cet axe de travail est inscrit dans le projet d’établissement ainsi que celui de l’exploitation et sera prolongé dans les années à venir avec une vision du système global. Dans cette même dynamique, un projet d’agroforesterie est en cours et complète le lien entre le sol, la machine et la biodiversité. « L’agroéquipement au service de l’agronomie » est un axe important dans notre établissement car nous avons des formations agricoles et agroéquipement, mais aussi parce que l’ensemble des équipes de cet établissement portent ce projet et se mobilisent autour de cet axe.

Ce projet est utilisé comme support pédagogique sur lequel les apprenants travaillent, mobilisent des connaissances, font des liens inter disciplinaires (agronomie, biodiversité, agroéquipement, économie, zootechnie…), analysent un système, font des propositions d’amélioration… Nous pouvons citer la journée du 18 mai 2016 durant laquelle 330 personnes de l’établissement ont été mobilisées (apprenants, enseignants, formateurs) autour de ce projet et des techniques de semis de maïs. Les apprenants ont dû créer des panneaux suivant différentes thématiques (itinéraire cultural, coût d’implantation, sol…) et les ont présenté aux visiteurs. En parallèle, différentes techniques de semis ont été pratiquées durant cette journée. Les apprenants iront voir le résultat et l’impact de ces techniques avant la récolte (septembre).

Nous pouvons déjà observer un allongement des rotations (10 ans) sur une partie de l’exploitation en intégrant de la luzerne et différentes cultures de vente (pois, cola, céréale). Cela va permettre de profiter du système racinaire de la luzerne pour améliorer la structure du sol et limiter la pression des adventices ainsi que leur résistance aux produits phytosanitaires. En parallèle, certaines parcelles sont semées en non labour pour favoriser la biodiversité et la fertilité des sols. Ces derniers sont couverts avant une culture de printemps. Cette inter-culture est récoltée pour alimenter le troupeau de vaches laitières et apporter de la protéine par le fourrage.
Les analyses de sol ont été effectuées sur l’ensemble des parcelles durant l’année 2015. Tous les 5 ans ces analyses seront refaites afin d’observer les évolutions du sol avec ces différentes techniques. Des comptages de vers de terre sont aussi réalisés et seront renouvelés dans les années à venir afin d’observer leur évolution. L’ensemble de ces actions sont portées et utilisées dans différentes classes et modules. C’est par l’utilisation de ces différentes actions que les apprenants mobilisent certaines connaissances ainsi que certaines compétences et vont en acquérir d’autres. De plus, ils peuvent observer l’importance de ces connaissances dans leur futur métier avec des mises en pratiques concrètes et en relation avec un projet plus global.

C’est la capacité d’analyse de l’ensemble de ces données (vers de terre, analyse de sol, rendement, système racinaire, coût d’implantation…) qui permettent de former les agriculteurs de demain et de leur donner des outils pour réfléchir par eux même leur système en cohérence avec leurs objectifs.

Rapport

Résumé grand public

Le sol est la base de l'agronomie et des productions agricoles.Il est nécéssaire de le comprendre,de conserver sa fertilité dans le temps et d'adapter son travail pour garder des productions rentables. Pour atteindre ces objectifs, nous devons adapter nos méthodes culturales, afin de ne pas trop perturber les différents horizons du sol, valoriser au mieux les fertilisants minéraux et organiques, réduire l'érosion, optimiser l'utilisation des produits phytosanitaires.... Les techniques permettant de tendre vers ces objectifs ne sont pas complétement maitrisées et ne sont pas couramment utilisées dans l'agriculture Française et Sarthoise.L'adaptation des matériels à ces pratiques est en constante évolution.



Afin de mettre en oeuvre le concept de l'agro-écologie, l'exploitation de la Germinière a engagé une refonte de ses assolements et des rotations, avec pour objectif d'atteindre l'autonomie fourragère, voire alimentaire du troupeau. Les cultures intermédiaires utiles à la conservation des sols , sont valorisées dans l'alimenation des bovins.



Afin de réduire le risque dans la mise en place de ces pratiques innovantes, nous nous sommes entourés de professionnels (agriculteurs et chambre d'agriculture). Cela permet de confronter nos prévisions et d'adapter nos pratiques.



Le lien avec les professionnels s'est aussi engagé par l'adhésion à différents réseaux (BASE, APAD).Cela a permis d'accueillir des conférences ouvertes à nos apprenants  (AG APAD en Février 2017) et d'établir des partenariats.Panneaux bout de champs avec l'APAD, journée démonstration semis avec la participation d'agriculteurs du groupe BASE, manifestation innov'action avec la chambre d'agriculture.



Ce projet est utilisé comme support pédagogique sur lequel les apprenants travaillent, mobilisent des connaissances, font des liens interdisciplinaires( agronomie, zootechnie, agroéquipement, biologie, économie), analysent un système, font des propositions d'amélioration.



Nous pouvons citer la journée du 16 Mai 2017 durant laquelle 250 personnes de l'établissement ont été mobilisées (apprenants , enseignants, formateurs) autour du projet agro-écologique et des techniques de semis de maïs.Les apprenants ont crée 21 panneaux suivant différentes thématiques (sol, agroforesterie, alimentation et qualité du lait, mise en place de cultures, démonstration matériel), qu'ils ont présentés aux différents groupes classes. Les différentes techniques de semis mise en place constituent une plateforme test,qui sera suivie par les apprenants jusqu'à la récolte



Cet axe de travail est inscrit dans le projet d'établissement. Il sera prolongé et developpé avec la nomination pour 3 ans  (à compter de la rentrée de Septembre 2017) ; d'un ingénieur chef de projet . L'obectif principal  sera  d'intégrer de nouvelles modalités pédagogiques.



Rapport

Résumé grand public

Nous percevons aujourd’hui les limites de l'agriculture "conventionnelle" mise en place dans les années 60. Les conséquences de ces pratiques sont désormais connues : dégradation des sols, dépendance à l'énergie fossile et à la chimie. Les pratiques agro-écologiques visent alors à réduire les impacts de l’agriculture par une gestion plus durable.  



Le  projet conduit depuis trois ans sur l’EPLEFPA de la Germinière peut se résumer ainsi : Apprendre à produire autrement sur l'exploitation de l’établissement pour apprendre à enseigner autrement dans nos classes. Conduit autour de l’agroécologie et notamment de l’agriculture de conservation des sols, ce projet a pour objectif « la cohérence du système de production de l’exploitation de l’établissement  associant performance économique, écologique et sociale ».



Le projet se fixait prioritairement trois axes de travail :



- Axe sol/agronomie: réduire le travail du sol tout en maintenant durablement un niveau de production suffisant



- Axe protection des cultures: optimiser les intrants fertilisants et réduire l'usage des produits phytosanitaires



- Axe agroforesterie : associer arbres et production agricole



Avec l'aide des professionnels du comité de pilotage du projet, de la chambre d’agriculture, des groupes de progrès (BASE, APAD), des organismes conseillers (Clasel, centre de gestion) et la participation à de multiples conférences sur des thématiques innovantes (LVH), nous avons modifié nos pratiques.



Le travail du sol a été réduit au minimum nécessaire à la mise en place des graines dans de bonnes conditions de germination et de développement de la plante, pour privilégier  l'action structurante des racines et l'activité biologique, que l'on complète par le passage d'un outil si nécessaire et en fonction des observations sur le terrain. Dans ce système la nécessaire augmentation du taux de matière organique impose alors une couverture maximum du sol.



L'exploitation a donc arrêté le labour il y a 4 ans que l'on a substitué par une stratégie fonction de la culture à mettre en place, des résidus et de l'état structural du sol : au printemps, travail sur la ligne pour faciliter le réchauffement et l'enracinement ; en automne travail superficiel et semis sous mulch  ou semis direct si les conditions sont favorables.



L'apport de fertilisant organique est effectué à des quantités plus faibles sur des largeurs plus importantes avec une répartition de meilleure qualité, grâce à une table d'épandage. La vigilance sur le moment d'intervention et la pression des pneumatiques sont  importants pour réduire le tassement du sol. La fertilisation minérale est optimisée avec un épandeur géo-localisé, afin d'améliorer la répartition sur la parcelle et d'éviter les « recroisements ». Dans une stratégie de travail du sol réduit et donc de minéralisation plus lente, un apport de fertilisant localisé solide ou liquide peut être intéressant.



La réduction de l'usage des produits phytosanitaire est devenue un enjeu de société et la gestion des adventices reste une condition importante à la réussite de la culture. Dans un contexte de future interdiction du glyphosate, deux options deux dilemmes s’offrent à nous : travail du sol minimum pour préserver sa fertilité, mais difficulté à gérer les adventices mécaniquement, ou travail du sol plus important (labour) qui bouleverse la vie biologique , expose à l'érosion, augmente le recours aux énergies fossiles, mais permet une gestion plus aisée des adventices sans recours à la chimie. Face à ce dilemme le semi-direct sous couvert végétal est une piste intéressante à étudier. De plus, avec des  structures foncières fluctuantes, l'assolement  est en réflexion continue avec l'objectif de mettre en cohérence nos productions de céréales et de fourrages avec nos productions animales.



Tout ce questionnement autour de pratiques nouvelles est vecteur d'autant de situations pédagogiques à travailler avec les apprenants. Parmi les temps forts de cette liaison étroite entre l'exploitation et la pédagogie, nous pouvons citer la journée Agro écologie du 15 Mai 2018 : de façon transdisciplinaire et multi centre , les enseignants du lycée et les formateurs du CFA et du CFPPA  ont travaillé durant l'année scolaire avec les apprenants sur les thématiques suivantes : Biodiversité des sols , Colza associé, Pâturage autour du robot, démonstrations de  semis de maïs, volailles et durabilité , Agriculture et numérique - Gestion de la fertilisation azotée.



Tous les centres se sont impliqués, avec des exposés des apprenants à d’autres apprenants de l’établissement. Avec l'aide de membres du comité de pilotage et de partenaires, les démonstrations ont permis d'observer en situation réelle de travail : les agroéquipements au service de l'agronomie.



Inscrit dans le projet d'établissement, le projet, conduit cette année en tuilage avec le chef de projet sera poursuivi et développé en intégrant de nouveaux axes de travail et en apportant l’aide de la recherche (INRA) dans la réflexion.