Projet d'animation et de développement des territoires des établissements publics de l'enseignement agricole

Description

Titre du projet

Produire, transformer, commercialiser autrement en moyenne montagne

Etablissement

EPL Aurillac

Description du projet

L’EPL d’Aurillac, issu de la fusion du lycée agricole et de l’ENILV bénéficie d’une réputation qui dépasse très largement les frontières du Cantal et même de l’Auvergne, dans les domaines à la fois de l’élevage et de la transformation du lait et des produits carnés. Or ses outils de production, exploitation agricole et ateliers technologiques lait et viande, orientés sur des systèmes plutôt intensifs et semi-industriels, nécessitaient une refonte complète de leur mode de fonctionnement pour mieux s’adapter au nouveau contexte agricole et alimentaire, travailler en commun avec plus de cohérence, mieux répondre aux attentes pédagogiques des formations conduites au sein de l’EPL et contribuer pleinement à la dynamique nationale « produisons autrement ».
Une démarche de projet a été lancée en septembre 2014 suite à un audit du Conseil Régional Auvergne, qui vise à revoir complètement le système de production et de transformation, et à proposer à l’ensemble des acteurs agricoles et agro-alimentaires du Cantal un modèle innovant et démonstratif de production et transformation des produits de moyenne montagne.
Ce modèle reposera sur des systèmes de production entièrement repensés pour intégrer les principes de l’agro-écologie et aura pour valeurs fondatrices les notions d’autonomie, d’économie d’intrants, de haute qualité environnementale, de qualité des produits, de recherche de valeur ajoutée, d’insertion dans le territoire et de performance économique. Un comité de pilotage et trois comités techniques ont été mis en place. En juin 2015 le conseil d’administration de l’EPL validera les grandes orientations du projet dont les contours techniques sont déjà partiellement tracés :
Un système fourrager sans maïs, basé sur la prairie, la luzerne et les mélanges céréaliers, intégrant des pratiques d’agro-foresterie. Plus d’ensilage mais un séchage en bottes alimenté par du biodiesel issu du recyclage des graisses du labo viandes.
Un sentier pédagogique parcourant l’exploitation et permettant aux promeneurs de découvrir l’agriculture de demain et les principes de l'agro-écologie.
Des produits bovins viande tous labellisés et valorisés localement.
Un troupeau laitier réorienté vers la production d’un lait fromageable de haute qualité.
Une laiterie et un labo viande réaménagés pour rassembler en un même lieu la production, la pédagogie et la recherche-développement, permettant la mise en synergie de toutes les compétences.
Des outils numériques d’enregistrement des données permettant la certification qualité et la communication interne et externe.
Des événements grand public annuels en vue d’initier les Aurillacois à l’agro-écologie et à la consommation locale de qualité.

Le projet présenté au titre de l’animation et de développement des territoires poursuit plusieurs objectifs :
• Aider à la mise en œuvre technique du projet d’exploitation et d’ateliers technologiques
• Evaluer l’impact des modifications apportées au système de production en termes de durabilité et de performances économiques, sociales et environnementales
• Fédérer les capacités d’ingénierie et d’expertise des différents centres de l’EPL pour mieux renforcer les partenariats avec les OPA, le développement, l’enseignement supérieur et la recherche
• Assurer une liaison dynamique entre les équipes pédagogiques et celles de l’exploitation et des ateliers technologiques de façon à permettre une valorisation pédagogique optimale des acquis du projet et leur traduction en nouveaux modules de formation
• Animer les partenariats mis en place autour du projet
• Capitaliser l’expérience acquise par le projet au travers de différents supports : recueil d’expérience, site internet…
• Transformer l’expérience en actions de développement à destination des agriculteurs, conseillers agricoles, techniciens des IAA
• Communiquer très largement sur cette expérience auprès de la profession, des partenaires, des organismes de recherche et de développement, des établissements d’enseignement, du réseau « produisons autrement » mais aussi auprès du grand public

Ce projet d’animation s’inscrit pleinement dans les orientations du PREA pour la transition agro-écologique de la région Auvergne, tout particulièrement dans ses axes I et II :
• Développer des situations pédagogiques adaptées : la transition agro-écologique mise en œuvre sur l’exploitation et les ateliers technologiques servira de support à des situations pédagogiques permettant aux apprenants de l’EPL de mieux comprendre la construction de modes de production valorisant les dynamiques naturelles
• Identifier, co-construire et valoriser des situations professionnelles représentatives : l’orientation des outils de production de l’EPL d’Aurillac est très complémentaire de celle des autres établissements de la région, ce qui permettra, en fonctionnant en réseau, d’offrir une grande diversité de situations. La plus-value pédagogique pourra donc bénéficier à l’ensemble des établissements de la Région.

Thématique principale

Déclinaison des programmes d'actions du projet agro-écologique pour la France

Thématique secondaire

Certification haute valeur environnementale en agriculture

Identification

Centre constitutif concerné

LEGTPA Aurillac

Adresse et numéro de téléphone de l'établissement

Rue de Salers 15000 AURILLAC Tel: 04 71 46 26 60

Nom du responsable du dossier

CHAPUT Jean-Pierre

Fonction du responsable du dossier

Directeur EPLEFPA Aurillac

Coordonnées du responsable du dossier au sein de l'équipe de direction

Rue de Salers 15000 AURILLAC

Nom du chargé de projet

MALAVERGNE Dominique

Fonction du chargé de projet

Enseignant, IDAE

Coordonnées du chargé de projet

Rue de Salers 15000 Aurillac Tel: 04 71 46 26 60

Projet rédigé


Rapport

Résumé grand public

Le Lycée Agricole - ENILV d'Aurillac a engagé un projet en septembre 2014 qui vise à revoir complètement le système de production et de transformation de son exploitation agricole et de ses ateliers technologiques lait et viande, et à proposer à l’ensemble des acteurs agricoles et agro-alimentaires du Cantal un modèle innovant et démonstratif de production et transformation des produits de moyenne montagne.
Ce modèle reposera sur des systèmes de production entièrement repensés pour intégrer les principes de l’agro-écologie et aura pour valeurs fondatrices les notions d’autonomie, d’économie d’intrants, de haute qualité environnementale, de qualité des produits, de recherche de valeur ajoutée, d’insertion dans le territoire et de performance économique.
Au terme de la première année d'animation, le champ d'action du projet, encore en cours de rédaction s'est sensiblement élargi par rapport aux intentions initiales. La dimension territoriale est en effet apparue de façon plus prégnante : au delà de la refonte des outils de production de l'établissement, elle se traduit par l'objectif de mise en place d'un système alimentaire territorialisé sur le bassin d'Aurillac.
Un groupe opérationnel dans le cadre du Partenariat Européen pour l'Innovation faisant l'objet d'un appel à projet de la Région Auvergne-Rhone-Alpes est en cours de constitution : l'objectif est de mobiliser des agriculteurs du territoire en vue de la mise en place de ce système alimentaire.
Ce projet vise à collecter du lait à haute valeur fromageable sur le bassin d'Aurillac pour le transformer dans l'atelier technologique lait de l'ENILV en fromages AOP au lait cru et sous mention de l'agriculture biologique. Le lactosérum issu de ces fabrications sera valorisé sur l'exploitation du lycée et chez des agriculteurs membres du groupe pour l'engraissement traditionnel de porcs qui seront transformés dans l'atelier technologique viandes et chez des transformateurs du territoire.
Le système de commercialisation, s'appuyant sur des outils collectifs sera orienté vers les circuits courts et l'approvisionnement local de la RHD.
Par ailleurs, le projet comporte un volet agroforesterie important : l'objectif est d'étudier les services que les aménagements agroforestiers peuvent rendre à l'élevage en matière de préservation de la qualité de l'eau, de protection des sols, de bien-être animal, de qualité des paysages mais aussi en termes économiques et climatiques.
Un GIEE est en cours de constitution sur ce thème entre l'établissement et des agriculteurs du territoire intéressés par cette thématique.
La dynamique engagée autour du projet a permis de mobiliser les équipes pédagogiques du LEGTA et du CFA autour de l'idée "enseigner à produire autrement"notamment autour du projet PEPIETA (pédagogie en équipe pluridisciplinaire : innnover pour enseigner la transition agroécologique). Ce projet intitulé "enseigner la transition agroécologique grâce à l'agroforesterie" rassemble des enseignants et formateurs du LEGTA de différentes disciplines et des personnels de l'exploitation.
Les productions innovantes de ce groupe permettent d'établir des synergies entre modules de formations différentes et de mixer les publics.
A la marge du projet, des actions pédagogiques ont été engagées en vue de la réduction du gaspillage alimentaire au sein de l'EPL : elles sont rassemblées sous le nom GASPIDOU.

Rapport

Résumé grand public

Le Lycée Agricole - ENILV d'Aurillac a engagé un projet en septembre 2014 qui vise à revoir complètement le système de production et de transformation de son exploitation agricole et de ses ateliers technologiques lait et viande, et à proposer à l’ensemble des acteurs agricoles et agro-alimentaires du Cantal un modèle innovant et démonstratif de production et transformation des produits de moyenne montagne.

Ce modèle reposera sur des systèmes de production entièrement repensés pour intégrer les principes de l’agro-écologie et aura pour valeurs fondatrices les notions d’autonomie, d’économie d’intrants, de haute qualité environnementale, de qualité des produits, de recherche de valeur ajoutée, d’insertion dans le territoire et de performance économique.

Au terme de la deuxième année d'animation, la mutation des systèmes de production est déjà bien engagée en vue de mettre en oeuvre concrètement la transition agro écologique.



De nombreux diagnostics ont été réalisés sur l'exploitation pour caractériser l'état initial avant projet : diagnostics de durabilité, typologie des prairies, performance économique, diagnostic énergétique et bilan carbone, diagnostic des pratiques de traite et de qualité du lait...



L'exploitation agricole a engagé sa conversion à l'agriculture biologique plus tôt que prévu, depuis avril 2017. La modification du système fourrager est bien avancée avec réduction du maïs ensilage avant suppression progressive, compostage des fumiers, implantation et valorisation à la ferme de méteils, pâturage tournant. Un séchage de fourrage en bottes est à l'étude. Le système d'élevage évolue également : alimentation des veaux avec du lait yaourtisé, généralisation des traitements homéopathiques etc. L'exploitation va démarrer la fabrication de cantal fermier et de tomme et met en place de nouveaux débouchés pour le Salers fermier.

Des aménagements agroforestiers importants sont en cours de réalisation et permettront d'étudier les services rendus à l'élevage en matière de préservation de la qualité de l'eau, de protection des sols, de bien-être animal, de qualité des paysages mais aussi en termes économiques et climatiques.



L'atelier technologique lait réalise les audits préalables et les essais nécessaires en vue de la transformation au lait cru. Une valorisation du lactosérum a été mise en place avec un éleveur local de porcs.





La dynamique engagée autour du projet a permis de mobiliser les équipes pédagogiques du LEGTA, du CFPPA et du CFA autour de l'idée "enseigner à produire autrement"notamment autour du projet PEPIETA (pédagogie en équipe pluridisciplinaire : innnover pour enseigner la transition agroécologique). Ce projet intitulé "enseigner la transition agroécologique grâce à l'agroforesterie" rassemble des enseignants et formateurs du LEGTA de différentes disciplines et des personnels de l'exploitation. 

Les apprenants sont fortement engagés dans le projet : les élèves de bac pro CGEA et les apprentis de BTS gestion forestière ont conçus et réalisés ensemble des aménagements agroforestiers. Des élèves de BTS ACSE ont terminé à la troisième place d'un concours national "bâtiments innovants" en concevant un bâtiment multifonctionnel pour l'exploitation.



La dimension territoriale du projet reste à conforter : la collecte de lait bio sur le bassin d'Aurillac et sa valorisation en circuit court et restauration collective restent à organiser et à mettre en place.



Les partenariats autour du projet se renforcent notamment avec le pôle AOP Massif Central, le Comité Interprofessionnel des Fromages, Bio 15, l'agence de l'eau Adour Garonne, l'ADEME etc.



Enfin l'établissement a été retenu dans le cadre de l'appel à projet CASDAR pour la transition agroécologique des exploitations et ateliers technologiques de l'enseignement agricole  pour une durée de 3 ans sur le thème : mise en place d'un système alimentaire territorialisé de la production à la consommation sur le bassin d'Aurillac.



Rapport

Résumé grand public

L’EPL d’Aurillac,est très largement reconnue dans les domaines à la fois de l’élevage et de la transformation du lait et des produits carnés. Or ses outils de production, exploitation agricole et ateliers technologiques lait et viande, orientés sur des systèmes plutôt intensifs et semi-industriels, nécessitaient une refonte complète de leur mode de fonctionnement pour mieux s’adapter au nouveau contexte agricole et alimentaire, travailler en commun avec plus de cohérence, mieux répondre aux attentes pédagogiques des formations conduites au sein de l’EPL et contribuer pleinement à la dynamique nationale « produisons autrement ».



Une démarche de projet a été  lancée en septembre 2014 dans le but de revoir complètement le système de production et de transformation, et à proposer à l’ensemble des acteurs agricoles et agro-alimentaires du Cantal un modèle innovant et démonstratif de production et transformation des produits de moyenne montagne.



A partir de septembre 2015, le 1/3 temps d'animation a parmi d'initier une mutation profonde du système de production, transformation et commercialisation des trois centres de l'EPL qui demandera encore plusieurs années pour être complètement achevée.



Néanmoins, les actions visées par le projet ont été en grande partie réalisées ou sont en cours de réalisation. Le système de production de l’exploitation agricole a été complètement revu en se basant sur les principes de l’agroécologie : pâturage tournant, implantation systématique de méteils, arrêt du maïs ensilage, compostage des fumiers, entretien des prairies au moyen d’une herse étrille, aménagements agro-forestiers. Le système d’élevage est en profond remaniement : l’objectif est désormais de produire du lait AB à haute valeur fromageable, transformé à la ferme en AOP Salers et prochainement en AOP Cantal fermier ainsi que de la viande AB de haute qualité.



Les actions menées vont parfois au delà de ce qui avait été imaginé au départ : c'est le cas de la conversion à l'agriculture biologique, éventualité envisagée dans une perspective minimum de 5 ans mais finalement engagée dès le 1er avril 2017, compte tenu de l'évolution de la demande sociétale en la matière et des orientations statégiques prises par la chambre d'agriculture du Cantal pour le développement de cette filière.



Le partenariat avec l'association "éleveur autrement" a permis de revoir complètement l'approche de la santé animale en se basant sur la méthode OBSALIM. Les traitements homéopathiques sont généralisés et certaines pratiques biodynamiques expérimentées.



Beaucoup de travail reste néanmoins à accomplir : la mise en place d’un atelier d’engraissement traditionnel de porcs fermiers AB sur l’exploitation en vue de l’approvisionnement du labo viandes reste à réaliser. Il en est de même pour la restructuration des bâtiments d’élevage, engagée par le Conseil Régional AURA, avec notamment un bâtiment allaitant innovant et un séchage en grange.



Sur les ateliers technologiques la réalisation du projet initialement prévu est moins avancée et reste pour le moment à l'état de réflexion : la fabrication au lait cru, la collecte de lait sur le bassin d'Aurillac, la transformation des porcs de l'exploitation demanderons encore du temps pour être mis en oeuvre.



Enfin la mutation du système de commercialisation des trois centres prendra encore plusieurs années car il est particulièrement complexe de se positionner avec pertinence sur des marchés nouveaux : le marché bio, l'approvisionnement de proximité, la RHD...



Le projet a permis d'engager au sein de l'EPL une mutation des pratiques pédagogiques dans l'esprit de '"enseignons à produire autrement".



La plus belle réalisation pédagogique pluridisciplinaire et transdisciplinaire du projet a été le dispositif mis en place avec l'appui de PEPIETA qui associe les apprentis en BTS gestion forestière au travers du MIL agroforesterie et du PIC avec les élèves de bac pro CGEA au travers de l'EIE et du stage collectif développement durable. Ce dispositif s'est entièrement appuyé sur le volet agroforestier du projet d'exploitation.



La mutation de l'exploitation agricole rejaillit plus globalement sur l'ensemble des formations : c'est ainsi que la "grande plantation", opération coordonnée de grande ampleur de mise en place des aménagements agroforestiers, a impliqué à différents niveaux en décembre 2017 une quinzaine de classes du lycée et du CFA qui ont notamment participé à la plantation de plus de 300 arbres.



Le projet a permis à l'EPL de se positionner sur de nombreux dispositifs de recherche-développement de portée nationale avec un partenariat considérablement élargi : le réseau CASDAR transition agroécologique , le projet PROGEMOH (promouvoir la gestion des milieux ouverts herbacés), avec SupAgro Montpellier, un partenariat étroit avec l'agence de l'eau Adour Garonne, un autre avec l'association "éleveur autrement"...



L'implication de l'EPL dans ces dispositifs se prolongera bien au delà du 1/3 temps.