Projet d'animation et de développement des territoires des établissements publics de l'enseignement agricole

Description

Titre du projet

Enseigner à produire autrement : circuit court et pertinence d'une conversion en bio.

Etablissement

EPL Angoulême

Description du projet

L’établissement est constitué deux lycées, un CFPPA, un CFA et deux exploitations agricoles en systèmes mixtes polyculture-élevage et viticulture, l’ensemble réparti sur deux sites éloignés de 30 kilomètres. Le site de l’Oisellerie dispose d’un magasin de vente au domaine du château qui abrite par ailleurs le siège de CANOPE Charente. L’autonomie alimentaire des cheptels laitier et allaitant des deux exploitations est recherchée.

L’objet du projet est de répondre à certains enjeux de l’établissement :
- Accompagner les équipes pédagogiques à enseigner à produire autrement,
- Impliquer et croiser les équipes et les usagers des six centres constitutifs et deux sites de l’EPL,
- Construire un appui agroécologique aux deux territoires (périurbain et rural) et à leur développement,
- Valoriser ses productions en circuits courts,
- Répondre aux attentes des filières de production et contribuer à l'accompagnement du territoire vers le développement de nouveaux modes de production

Pour répondre à ces enjeux il convient :
- D’engager un partenariat technique et pédagogique avec les acteurs internes à l’EPL et les acteurs du territoire, entre les deux sites et ses trois filières de formation : production agricole, services aux personnes, viticulture-œnologie,
- D’animer la méthodologie de prospectives et d’études de faisabilité,
- D’accompagner la mise en œuvre et le suivi avec les partenaires des projets de conversion bio et de valorisation des productions en circuit court.

Les axes majeurs du projet sont :
- L’innovation pédagogique basée sur l’agroécologie, l'animation et la coordination de ces nouvelles pratiques pédagogiques au sein de l'EPL
- L’étude de faisabilité de la conversion bio du système bovin allaitant de Barbezieux et de la valorisation de la production,
- Le développement de l’activité du magasin de vente des produits de l’EPL sur le site de l’Oisellerie.

L’impact sur le territoire concerne d’une part la profession agricole par l’intégration dans les travaux des organismes professionnels, par les échanges avec les lycées agricoles de Poitou-Charentes et, d'autre part; les autres acteurs de ce territoire (collectivités locales, associations, citoyens urbains et ruraux) par la logique d'économie de proximité recherchée avec la valorisation locale des productions de l’établissement : magasin de l’Oisellerie, point de vente, livraisons, restauration collective locale, inscription dans le projet du Grand Angoulême sur le maintien d'une agriculture périurbaine durable, etc.

La dimension pédagogique est la cheville ouvrière du projet. Elle sera à mettre en place en fonction des référentiels de formation mais aussi en intégrant les espaces d'autonomie proposés par ces référentiels comme par exemple : les modules pluridisciplinaires du BTS ACSE rénové et du Bac STAV (services et production), les volumes horaires des EIE en Bac Pro CGEA et SAPAT, les UCARES et les MAP, les stages sur les deux exploitations, etc.
Les croisements des équipes des différents centres et des publics ainsi que des filières et des niveaux de classe seront recherchés afin de développer des situations d’apprentissage innovantes privilégiant les décloisonnements et fédérant autour d’un projet partagé.

Les retombées du projet sur les formations sont de :
- Consolider les formations en impliquant les apprenants dans les phases d’études et de mises en œuvre d’une agriculture agroécologique,
- Enclencher dans les apprentissages des logiques partenariales de production,
- Proposer les formations à des jeunes et adultes en les motivant.

Thématique principale

Agriculture et agro-écologie

Thématique secondaire

Commercialisation et circuits courts

Identification

Centre constitutif concerné

Adresse et numéro de téléphone de l'établissement

EPLEFPA de La Charente Château de l'Oisellerie 16 400 LA COURONNE Tél : 05.45.67.10.04

Nom du responsable du dossier

Philippe TAILLECOURS

Fonction du responsable du dossier

Directeur EPLEFPA

Coordonnées du responsable du dossier au sein de l'équipe de direction

philippe.taillecours@educagri.fr 05.45.67.10.04

Nom du chargé de projet

Nathalie DELARA

Fonction du chargé de projet

Enseignante (IAE) en agrocomie

Coordonnées du chargé de projet

nathalie.delara@educagri.fr Site du LPA de Barbezieux, Chez Fouquet, 16 300 Salles de Barbezieux 05.45.78.03.17

Projet rédigé


Rapport

Résumé grand public

Les éléments déclencheurs du projet « Enseigner à produire autrement : circuit court et pertinence d’une conversion en bio ? » sont d’horizon très divers.

En effet, l’EPL de Charente offre un service public de formations à plus de 500 apprenants sur deux sites distancés de 30 km et des questions récurrentes se posent : comment stimuler l’envie à la poursuite d’étude d’élèves de niveau IV et quels moyens utiliser pour créer l’appétence nécessaire aux apprentissages ? Comment installer des liens pérennes entre les équipes pédagogiques des deux sites ? Quelle place des exploitations dans les apprentissages ? Quelles évolutions souhaitées pour les systèmes de productions agricoles de l’EPL ? Quelles perspectives pour la valorisation locale des productions des exploitations ?

C’est dans un contexte local d’une agriculture qui perd ses éleveurs au profit de conversions céréalières que l’EPL a choisi d’aborder une réflexion concrète, d’élaborer des rencontres et temps d’échange entre enseignants et apprenants de différents niveaux de formation, et par conséquent d’interroger les jeunes, futurs et potentiels éleveurs, sur l’avenir d’autres systèmes agricoles.

Les supports choisis pour la mise en œuvre du projet sont la production de viande bovine de l’exploitation du site de Barbezieux et le point de vente de l’exploitation de l’Oisellerie. L’exploitation de Barbezieux a modifié progressivement ses rotations et assolements en visant d’une part l’autonomie fourragère pour ses cheptels équin (1 étalon et 4 poulinières - poney Highland) et bovin (1 taureau et 31 mères race limousine) sur 40 ha dédiés aux cultures et prairies - hors vignes et noyers - et d’autre part la forte réduction d’utilisation de produits de synthèse. L’exploitation de l’Oisellerie réfléchit à dynamiser sa salle des ventes des productions agricoles de l’EPL.

L’environnement professionnel et en particulier la Chambre d’agriculture apporte son soutien au projet.

Le projet se répartit sur trois années avec successivement l’étude biotechnique du système de production de viande bovine pour la conversion en bio, puis l’étude technico-économique et enfin la valorisation en circuit court. L’intérêt du projet est qu’il revient aux élèves et étudiants de réaliser ces différentes études, de les faire valider et d’être force de proposition pour la mise en œuvre d’un nouveau système viable économiquement et durable écologiquement.

Les différentes classes de la filière Productions agricoles ont œuvré en 2016-2017 encadrés par 7 enseignants de 5 disciplines. Les travaux d’élèves sont divers : présentation de l’étude biotechnique en CGEA aux partenaires professionnels en juin 2016 pour discussion et validation ; en BTSACSE, production de dossiers sur l’approche paysagère et les enjeux agroécologiques de l’exploitation, présentation du diagnostic et fonctionnement de l’exploitation au directeur d’exploitation, réalisation d'une étude technique évaluée dans le cadre du diplôme.
Les élèves et étudiants se sont rencontrés lors de l’année scolaire et auront à échanger lors de la 2ème année.
La filière Service à la personne entre dans le projet en 2016-2017 principalement sur la thématique des productions locales et de leurs valorisations.

Un court film documentaire est en phase de réalisation, mettant en scène le travail des élèves. Il pourra être utilisé comme relai entre années du projet et classes participantes.

Pour les jeunes, l’ouverture à des changements de système est progressive. Une année scolaire est un temps long pour l’adolescent et la mise en place d’une progression sur l’ensemble de l’année indispensable. Entrer dans le vif du sujet a nécessité en amont que les jeunes se bâtissent culture et objectif communs et qu’ils puissent s’approprier des références professionnelles. Les multiples formes pédagogiques (interventions en salle, conférences, relevés de terrain, visite d’exploitation, accueil d’experts sur l’exploitation par les jeunes, travaux en ateliers) ont permis de maintenir un dynamisme tout au long de l’année.

A l‘échelle de l’EPL, le projet s’intègre dans le projet d'établissement 2016-2020 et devient une opportunité pour consolider les relations intercentres car il répond à des objectifs communs : valorisation des produits des exploitations, échanges de pratiques, programmes de développement, adaptation de modules de formation, …
Le réseau « Enseigner à Produire Autrement » de Poitou-Charentes a favorisé des rencontres entre établissements et renforcé la participation de l’EPL au projet régional sur les ruminants.
A l’échelle du territoire le projet a reçu un accueil favorable de la part des professionnels, certaines organisations agricoles l’envisagent comme « cas d’école » pour la profession, d’autres soutiennent une montée en compétence de la formation en agriculture biologique et pour la DDT de Charente, la possibilité d’un travail partenarial est posée avec le service Economie agricole.

Rapport

Résumé grand public

Pertinence d'une conversion en bio: après la faisabilité technique, la faisabilité économique



Après avoir construit  plusieurs systèmes de production possibles pour la conversion à l'AB de l'élevage du troupeau. Lors de l'année scolaire 2016-2017, les élèves de bac pro CGEA du LPA de Barbezieux se sont remis au travail pour réaliser une simulation économique des scenarii. Il leur a fallu pour cela identifier les changements opérés entre le système initial : le troupeau de vaches allaitantes conduit en agriculture conventionnelle avec productions de broutards, et le système final: le troupeau de vaches allaitantes conduit en AB dont la dimension et la production varient en fonction des différents scenarii.



Tout comme l'année précédente, le travail de réflexion a été mené en lien avec des agriculteurs et conseillers dont ceux de la Chambre d'Agriculture et de la Maison de l'Agriculture Biologique 16.



Les élèves de BTS ACSE de l'Oisellerie ont également chiffré les scenarii et se sont également intéressés à l'impact du niveau de production et du marché de la viande sur le projet.



Les résultats de l'étude, proposant trois scenarii chiffrés ayant un impact positif sur l'Excédent Brut de l'Exploitation compris entre 5 et 20 000€, ont été présentés lors du Conseil d'Exploitation Extraordinaire par les apprenants. Le scenario "veau rosé" a été retenu et a reçu un avis favorable du Conseil d'Exploitation en février 2017.



En  mars 2017 le projet de conversion à l'AB de l'élevage du LPA de Barbezieux été validé à l'unanimité. L’élevage est officiellement en  conversion à l' AB depuis le 09 Mai 2017.



La production animale envisagée dans le cadre du passage en AB est celle du veau rosé. Les apprenants ont identifié et rencontré de nouveaux partenaires  pour valoriser en "circuits bio" ou en vente directe . La SCA Pré Vert a apporté aux élèves des éléments de compréhension sur le marché de la viande bio, est venue expertiser notre élevage et a facilité notre accueil chez ses éleveurs-adhérents. Les élèves et le personnel ont également travaillé avec la  Maison Lafaye sur la transformation de la viande et ont découvert le fonctionnement d'un atelier de transformation.



La conversion à l' AB a amené une réflexion sur la valorisation de l'herbe et la mise en place Pâturage Tournant Dynamique.  L'équipe d'exploitation et l'équipe pédagogique,et les élèves de term CGEA ont été formés à cette pratique par Innov'Eco 2 . La pose des clôtures a été réalisée conjointement par le personnel d'exploitation et les classes de term CGEA et de 2nde Productions.



Rapport

Résumé grand public

Cette année scolaire, les actions se sont poursuivies dans les deux axes du projet que sont la transition de l’exploitation agricole vers un système plus durable, et la commercialisation en circuit court. Le choix a été fait de reconduire la même conduite pédagogique car elle a permis aux élèves d’acquérir de réelles compétences professionnelles et aux enseignants d’évoluer dans une posture d’accompagnement, plus propice à la pédagogie de projet. 

La conversion partielle de l’exploitation en Agriculture biologique a suscité des interrogations en interne et le questionnement se poursuit autour d’un autre atelier, emblématique de notre territoire, qu’est l’élevage de poulets de Barbezieux.

C’est également par le biais du territoire que nous avons souhaité poursuivre notre réflexion sur la valorisation en circuit court. Il nous a semblé pertinent d’identifier avec nos apprenants les dynamiques territoriales afin de pouvoir proposer des circuits de commercialisation s’intégrant dans des démarches collectives, ainsi que de pouvoir envisager de nouvelles modalités de commercialisation que peuvent être les plate-formes internet ou la vente en ligne, ou encore d’envisager d’autres types de clientèle comme les restaurations collectives.

 



Nos élèves, nos étudiants et nos équipes pédagogiques après avoir été à l'origine de la conversion à l'agriculture biologique de l'élevage du lycée se sont intéressés à la valorisation de la future viande bio en circuit court. Cinq classes de l'établissement ont été mobilisées sur le projet:




  • les premières STAV se sont intéressés à la consommation de viande sur le territoire en dressant des portraits des consommateurs à partir d'enquêtes de terrain,

  • les terminales CGEA ont réalisés des actions de vente directe de veaux rosés auprès des particuliers et ont analysés les conséquences de ce choix de commercialisation pour l'exploitation,

  • les premières CGEA ont menés des entretiens avec les acteurs du territoires  impliqués dans la valorisation en circuit court. Pour chaque acteur, ils ont identifié les éléments favorables à une collaboration avec l'exploitation et les raisons qui compliqueraient cet échange,

  • les BTS ACSE première année ont réalisé des enquêtes téléphoniques sur un territoire complémentaire de celui ciblé par les bac pro et ont construit un raisonnement économique basé sur les coûts de production et de transformation,



L'ensemble de ces travaux a été restitué à l'équipe de direction afin de contribuer à la prise de décision sur la stratégie de commercialisation de la viande bovine AB.



 




  •