Projet d'animation et de développement des territoires des établissements publics de l'enseignement agricole

Description

Titre du projet

AVOIR LA FIBRE DE L’ADOUR Enseigner, produire autrement le long du fleuve,une optique agroécologique

Etablissement

EPL des Landes

Description du projet

• l’objet du projet,

En s’appuyant sur les réformes et incitations structurelles à venir dans le milieu agricole ,
En s’appuyant sur un territoire reconnu qu’est le cours de l’Adour dans les Landes,
En s'appuyant sur un diagnostic de territoire auprès des collectivités locales et des particuliers, sur les risques de déprise agricole sur des bords de l'Adour, sur la zone géographique allant du LPA de Mugron au LEGTA de Dax,
En liant les 3 sites de l’EPLEFPA des Landes, Mugron , Dax et Sabres,

Développer le long de l'Adour la possibilité de conduire d'anciennes et de nouvelles productions végétales , comme le lin et le bambou (végétal agroforestier à cycle rapide), présentant de nouveaux débouchés pour les producteurs et transformateurs, en s'appuyant sur la particularité des écosystèmes agricoles fluviaux.
Si le choix et l'information lui en sont donnés, l'utilisateur de produits à base de fibres synthétiques doit pouvoir s'orienter vers des fibres végétales pour un même coût , une qualité égale , une optique agro-écologique.

Mettre en place un partenariat d’acteurs locaux dans le cadre d’un GI2E basé sur le LPA de Mugron, son atelier pédagogique , ses parcelles en bordure de l'Adour,
Mettre en relation producteus de végétaux à fibres, transformateurs artisanaux et industriels aquitains dans des projets communs de recherche de débouchés remplaçant les fibres synthétiques dans les domaines agricole, industriel et des services.
Les membres pressentis pour le GI2E figurent dans la déclaration , dans les actuels et nouveaux partenariats envisagés à travers le projet.

Apporter par le GI2E une plus-value en
-ingéniérie et expertise technique , sur la production, la tranformation, les applications pratiques de l'utilisation de fibres végétales. Les débouchés ne s'arrêtent pas à l'agoéquipement et doivent trouver des utilisations au niveau territorial local , aquitain , puis au delà.
-expertise financière, pour mettre en place des systèmes économiquement viables de production , tranformation , commercialisation de ces fibres.
-recherche et développement , sur de nouveaux procédés de production et de débouchés.
-évaluation, validation de l’utilisation des situations professionnelles,
-communication, sensibilisation des producteurs potentiels et des consommateurs ciblés par les produits à développer.
-tests de produits,
-évènementiels sur l'Adour.

Faire figurer l'EPLEFPA des Landes au sein du GI2E, pour bénéficier d'un large panel d'experts officiant sur ses parcelles et son atelier technologique ,

Afficher la plus grande lisibilité de l'EPLEFPA des Landes en tant que structure participant à l'innovation et la recherche de nouveaux débouchés pour la production et la tranformation de productions végétales à firbes.

Intégrer, insérer, développer les formations de l’EPLEFPA grâce aux situations professionnelles générées par le GI2E , dans les divers cadres que seront la mécanisation sur le traitement des fibres et de l’agroforesterie, la gestion de l’eau et des berges de l’Adour, le travail territorial d’incitation au développement des plantes à fibres , l’agronomie , la gestion d’une filière agricole et forestière…

• les éléments de sa mise en œuvre,
Suivant la note de service DGER/SDRICI/2014-854 du 23/10/2014, le dossier de rentrée 2014 de l’enseignement agricole,

Capital humain :
Les équipes pédagogiques , de direction et techniques de l’EPLEFPA des Landes ; les partenaires institutionnels , techniques et financiers ; les Réseaux Mixtes Technologique (RMT) AGROETICA et ERYTAGE , agréés le 23 janvier 2015 ; les élèves et étudiants de l’EPLEFPA des Landes.

Capital technique :
Foncier : Les parcelles du LPA de Chalosse, des parcelles en bordure de l’Adour ;
Batiments, installations et matériel : l’atelier technologique du LPA de Chalosse , les entreprises locales de transformation et d’utilisation de fibres végétales ; les instituts de recherche ;


• son impact attendu sur le territoire,

Donner du sens à l'enseignement de l’agro-écologie et fédérer les acteurs du territoire autour d’un projet innovant,

Créer un GI2E ( Groupement d'Intérêt Economique et Environnemental)

Valoriser de hautes ou basses technologies applicables localement.

Revitaliser l’économie locale par la démonstration de nouveaux débouchés.

Pérenniser le projet par l’évolution d’un GI2E en Pôle de Compétitivité.

• son lien avec la pédagogie et le développement de formations.

Mobiliser l’équipe enseignante du LPA de Chalosse et les équipes des lycées Dax et de Sabres , en vue d’incidences pédagogiques sur l’ensemble des filières de l’EPLEFPA :
-Agroéquipements / Génie des équipements agricoles ,
-Développement , animation des territoires ruraux / Services aux Personnes et Territoires ,
-Gestion et maîtrise de l’eau / Aménagement et Gestion des Ressources en Eau
-Agronomie, productions végétales
-Analyse et Conduite des Stratégies de l'Exploitation agricole
-Gestion forestière / Aménagement paysager / Agriculture biologique

Thématique principale

Déclinaison des programmes d'actions du projet agro-écologique pour la France

Thématique secondaire

Agriculture et agro-écologie

Identification

Centre constitutif concerné

LPA Mugron

Adresse et numéro de téléphone de l'établissement

Lycée Professionnel Agricole de Chalosse Route de Pomarez / BP 10 40250 MUGRON Tél. : 0558977063 www.formagri40.fr

Nom du responsable du dossier

M. MICHEL BOUTTIER

Fonction du responsable du dossier

DIRECTEUR EPLEFPA DES LANDES

Coordonnées du responsable du dossier au sein de l'équipe de direction

Directeur EPLEFPA des Landes Tél. : 05 58 98 70 33 Fax : 05 58 98 75 22 Mél : michel.bouttier@educagri.fr

Nom du chargé de projet

JEAN MARC PECASSOU

Fonction du chargé de projet

ENSEIGNANT SCIENCES ECONOMIQUES, SOCIALES ET GESTION

Coordonnées du chargé de projet

Lycée Professionnel Agricole de Chalosse Route de Pomarez / BP 10 40250 MUGRON Tél. : 0558977063 / 0614880375 jean-marc.pecassou@educagri.fr

Projet rédigé


Rapport

Résumé grand public

Afin de s'inscrire dans une démarche agroécologique et d'enseigner à produire autrement , le lycée professionnel de Chalosse ( Mugron-40) a engagé une étude de mise en place d'acteurs pour valoriser le lin oléagineux comme plante à fibres.

Le lin est inscrit dans le patrimoine de l'Adour , sur le fleuve comme dans les coteaux qui l'entourent, et de nouvelles possibilités de transformation puis d'utilisations locales existent.

De plus, il faut donner aux producteurs locaux de végétaux , la possibilité de s'adapter aux changements de la politique agricole commune (PAC) , chercher des valorisations originales de leurs productions et améliorer la valeur ajoutée qui a conduit à délaisser des terres moins rentables.

La mise en place d'une micro-filière valorisant la graine et la fibre de lin s'inscrit dans ce contexte.

La fibre qui n'aura pas dans un premier temps la qualité d'un lin textile sera étudiée , puis travaillée et essayée dans des productions locales sous le terme de lin technique.

Les graines seront valorisées par des procédés locaux de toastage , puis testées en alimentation animale , ce qui permettra d'en vérifier les apports en oméga 3 dont on connaît les propriétés vertueuses.

S'il est démontré le potentiel de ce lin local , et les compétences que nos apprenants en retirent, le projet aura atteint son but, et nous aurons "la fibre de l'Adour".

Rapport

Résumé grand public

AVOIR LA FIBRE DE L'ADOUR  DEVIENT REALITE ...



http://adt.educagri.fr/outils/actualites/detail-actualite/article/la-filiere-lin-lance-la-machine.html



1/  COMITE PILOTAGE AUTOMNE 2016



1.1 / La récolte du lin oléagineux / été 2016



M. Cassaroumé amène quelques précisions sur la récolte : le printemps pluvieux et froid a empêché d’avoir un bon rendement final des graines , qui ont finalement été vendues par les établissements Lacadée ( Arthez de Béarn – 64 ) en Aveyron, pour de l’alimentation animale , la récolte ne suffisant pas pour acheminer des semi-remorques dans la Sarthe ( société Valorex pressentie au départ pour écouler les graines ).



Pour cet automne 2016 , M. Cassaroumé a semé de la variété ALPAGA sur une dizaine d’Ha.



 



1.2/ La communication sur le retour du lin dans les parcelles



Plusieurs nouveaux producteurs se sont manifestés pour implanter du lin oléagineux d’hiver sur leurs parcelles , et des personnes ont joint MM. Cassaroumé et Moutet pour en savoir plus sur la transformation des fibres.



1.3/ Comment valoriser les fibres contenues dans les pailles de lin ?



Les différents partenariats mis en place pour valoriser les pailles permettent de pouvoir se concentrer sur la transformation des pailles.



L’entreprise Moutet veut investir dès que possible dans une petite collection de tissus produit et transformés localement , qui va nécessiter un achat de 3000 € de fil et 2000 € de main d’œuvre attitrée à la fabrication.



A ce jour, M.Cassaroumé a vendu tout ou partie de son stock de paille à un maraîcher local , Les Jardins de castelnau / M. Sarthe à St Jean de Marsac, et il se base sur le prix de la paille de blé pour ce faire ( 40 € / tonne ). La paille de lin possède des propriétés antibactériennes.



1.4/ Détermination des coûts de production et d’achat de fibres de lin 



Il reste pour une transformation locale de fibres compétitives économiquement :




  • 8,20 €ht pour l’entreprise Moutet , jusqu’au tissage.

  • 19 € ht pour les autres partenaires en lin tissé



C’est sur ces bases que nous abordons la valorisation du lin local.



1.2/ Valorisation pédagogique du projet « Avoir la fibre de l’Adour »



Les différentes équipes de direction , des services et pédagogiques se sont investies sur le lycée de Chalosse, les autres centres de l’EPLEFPA des Landes sont aussi sollicités.



    1.6 / Précisions sur les itinéraires technico-économiques innovants des productions-transformations de lin 



Les échantillons de paille de lin oléagineux transformée, les travaux de transformation initiés par nos partenariats démontrent que le lin oléagineux local se prête bien à l’obtention de fils de qualité ; le comité de pilotage en sait suffisamment pour s’investir dans l’avenir du projet.



2 /  PROJECTIONS ET REALISATONS ANNEE CIVILE 2017



A partir des savoir-faire ancestraux et des outils existant au niveau industriel , il reste au projet à  :




  • Déterminer la meilleure qualité de paille de lin oléagineux après rouissage.

  • S’ouvrir plus intensément aux autres centres de formation de l’EPLEFPA des Landes, et présenter aux formations axées sur l’agroéquipement, les différentes étapes de la transformation du lin ( défibrage, cardage, filage ) , pour les incorporer dans des projets d’étudiants , comme les BTSA Génie Des Equipements Agricoles du CFAA des Landes

  • Intégrer les pratiques de partenaires que sont les Sociétés coopératives d’intérêt collectif ( SCIC) L’ATELIER PAYSAN et ECO-PERTICA , l’IMPACT HUB DONOSTIA, et d'autres partenaires en développement...



afin de déterminer quel outils correspondront le mieux aux besoins et objectifs technico-économiques du projet Avoir la fibre de l’Adour , sans oublier de l’intégrer dans le cadre d’une économie locale et circulaire. Par exemple , le ou les outils à concevoir pourront être constitués d’un ou plusieurs modules.




  • Dans un partenariat avec le lycée Pierre et Marie Curie de Mourenx (64), étudier la production et le rendement de plantes tinctoriales locales , pour colorer les produits finis.

  • Programmer et répondre aux appels à projets pouvant aider au financement de ces actions, favoriser la mise en place de dossiers régionaux, inter-régionaux européens et le financement participatif (crowdfunding)



Il est prévu que les développements de ces nouveaux outils occupent l’année civile 2017 et 2018



 



Rapport

Résumé grand public

 Constat agricole: 



De plus en plus d’agriculteurs sont sensibilisés à l’agroécologie , désirent produire autrement sur un territoire comme le bassin de l’Adour où domine la monoculture de maïs , forte consommatrice d’eau, d’engrais , de pesticides.



Cette monoculture a fait oublier que depuis plusieurs siècles , d’autres cultures ont très bien correspondu au climat , aux sols et aux utilisations locales alimentaires ET non alimentaires.



C’est le cas du lin, dont il existe encore quelques traces endémiques dans le bassin de l’Adour et au-delà de la frontière avec l’Espagne.



Utilisé pour ses graines et ses fibres , le lin s’accommode de tous les types de sols locaux ( non calcaires, ne nécessite pas de fertilisation azotée et très peu d’engrais, peu ou pas de pesticides, et peut revenir régulièrement sur un même champ en favorisant la diversité des cultures.



Restait à savoir si dans une idée d’écoulement en vente directe, le lin de l’Adour allait trouver preneur…



 



 Constat territorial social, maillage industriel et services:



De leur côté, des artisans et PME locales du bassin de l’Adour, désirant renouer avec une origine locale des matières premières et de leur transformation in situ, ont réalisé des études de marché prouvant qu’il était possible d’inclure le développement durable dans une filière dédiée aux lin, ses fibres végétales locales ainsi que ses graines pour l’alimentation animale et humaine.



Restait à retrouver les savoir-faire perdus, réindustrialiser une filière locale et la valoriser au sein et au-delà du territoire du bassin de l’Adour…



 



 Place de l’enseignement agricole :



C’est ici qu’intervient le Lycée agricole de Chalosse (Mugron 40250 - France), pour mettre en relation les acteurs et y inclure les formations du lycée , qui visent à apprendre à produire –et transformer- autrement.



Le challenge est d’inclure des élèves et étudiants sur un projet durant 3 ans , de façon à faire progresser la faisabilité d’une filière du lin de l’Adour, jusqu’à lui fournir le plus d’options de développement possible aux niveaux environnemental, social, économique…



Un travail pluridisciplinaire des équipes du lycée va permettre une relation constante entre tous les acteurs du projet, un développement transfrontalier, une communication interne et externe, qui perdureront après la période de 3 ans.



 



 Mise en place, objectifs et résultats obtenus , sur le terrain et pour l’enseignement agricole :



Sur 3 ans, le projet a pu générer 40 réalisations livrables à titre professionnel et 20 réalisations enseignables à titre pédagogique ; 4 voies principales ont été retenues pour 2017-2018 :



• Promouvoir les formations du LPA de Chalosse auprès d'établissements d'enseignement du bassin de Pau (64)



• Intégrer des partenaires de la filière lin locale dans des projets de coopération internationale Erasmus +



• Organiser des visites pédagogiques pour les apprenants en découverte professionnelle des partenaires du projet



• Officialiser et formaliser les liens avec le Réseau Mixte Technologique Biomasse et Territoires



 



Voici pour exemple des livrables 2017/2018 et au-delà :



• Livraison de plans d’outils en open-source (sans brevet) pour l’Enseignement Agricole,



• Intégration de partenaires landais producteurs de lin et anglophones, en projet Erasmus + avec coop inter N-Aquitaine et commande à BTSA DATR (module M55 ), afin de recevoir des étudiants étrangers, et Stages Erasmus+ chez des partenaires espagnols pour nos Bac pro AE,



• Intégration à des Programmes Nationaux de Formation avec le CEZ Rambouillet (code action 580205 ) 



• Mise en relation des partenaires transfrontaliers avec les Canadiens de TapRoot (unités de défibrage-filage), 3 langues pratiquées.



• Avec des Bac pro Agroéquipement, visite préparatoire pour transformation d’outil de filage à Marmande, avec production de ressources.



• Livraison de produits ( kayak , surf ) issus du lin local: intégration du lin dans l’olympisme avec une couverture médiatique de qualité grâce aux parrainages acquis.



• Pédagogie transdisciplinaire : achat tablettes tactiles (enseigner du champ à la classe) , équipement wifi vidéoprojecteurs lycée pour cours interactifs , enseignants de matières générales et techniques concernées et motivées sur le LPA ( 2018/2019 , bac pro AE / btsa GDEA / CS )



• Etudes prévisionnelles de transformation d’outils existants et nouveaux outils automatisés : travail du sol (coordination avec projet 1/3 temps EPLEFPA Vesoul), semis, récolte (L’Atelier Paysan / Isère),presse huile et tourteaux (Laplace), fabrique d’aliment à la ferme avec labélisation Bleu-Blanc-Cœur, filage des fibres (Iletegia-département 64, La Bardine-47,école ingénieurs Estia-64/40), tissage Moutet-64/40.



• Pour la récolte des graines de lin oléagineux: Amélioration technique d’agroéquipements, certaines situations se prêtent au sujet de rapport de stage de BTSA GDEA (2019).



• Participation au concours « Entreprendre pour apprendre 2018-2019 », BTSA DATR.