Projet d'animation et de développement des territoires des établissements publics de l'enseignement agricole

Description

Titre du projet

0 déchet dans mon lycée d’ici 5 ans, l’éducation au DD au service de l'ancrochage scolaire.

Etablissement

EPL de l'Hérault

Description du projet

Le LPA de Pézenas est fortement engagé depuis 10 ans dans la mise en place d'actions en lien avec le Développement Durable. L’exploitation menée en agriculture biologique, la réduction des déchets et de nombreuses économies d'énergie dans l’établissement sont là pour en témoigner. La mise en oeuvre de l'éducation à enseigner à produire et à consommer autrement a permis l'élaboration d’un projet d’établissement visant à passer à 0 déchet d’ici 5 ans, grâce à une pédagogie de projets. Le lycée est reconnu par la DRAAF et par le Conseil Régional comme un établissement moteur dans l’éducation à produire et consommer autrement. Il est aussi fortement reconnu pour sa capacité à former un public socialement difficile et pour sa capacité à l’élever socialement, scolairement et professionnellement. L'année dernière, le réseau EDD de la DGER a choisi l’établissement pour réaliser un diagnostic sur nos pratiques. Le constat est que la mise en place d’actions est très importante; nous avons analysé à travers ce diagnostic le besoin de transfert de notre démarche pédagogique vers les apprenants et vers notre territoire et nos partenaires. C’est donc à travers une pédagogie de projets en lien avec le développement durable que nous souhaitons lutter contre le décrochage scolaire. Cet objectif est le pilier de notre projet d’établissement.


Thématique principale

Education au développement durable

Thématique secondaire

12

Identification

Centre constitutif concerné

Antenne de Pézenas du CFA de l'Hérault

Adresse et numéro de téléphone de l'établissement

4 allée du Général Montagne BP 83 34120 Pézenas 04-67-98-13-09

Nom du responsable du dossier

Haike de Regt

Fonction du responsable du dossier

Proviseur du LPA et directeur adjoint de l'EPL

Coordonnées du responsable du dossier au sein de l'équipe de direction

4 allée du Général Montagne BP 83 34120 Pézenas. 04-67-98-13-09 nicolas.bastie@educagri.fr

Nom du chargé de projet

Karine Tomas, enseignante

Fonction du chargé de projet

PCEA Histoire-Géographie

Coordonnées du chargé de projet

4 allée du Général Montagne BP 83 34120 Pézenas. 04-67-98-13-09

Projet rédigé


Rapport

Résumé grand public

La démarche « EDD » au sein de l’établissement. Année scolaire 2015-2016



1. Tiers-temps « zéro déchet dans mon établissement d’ici 5 ans »

J'ai travaillé sur trois axes :

L’animation du projet lycée 21 « zéro déchet dans mon lycée ».
La mise en place d’une formation des enseignants à la pédagogie de projet dans le cadre du projet d’établissement.
La recherche de projets et de financements en lien avec les objectifs du PE.


2. L’animation du projet « lycée 21 »
Pour la deuxième année, l’établissement déroule son plan d’action pour atteindre le « zéro déchet ».

La quasi-totalité des classes s’est impliquée cette année scolaire en menant des actions de plus ou moins grande envergure, actions valorisées le 31 mars lors de la deuxième journée « Objectif zéro déchet, piratons nos déchets Episode 2 ».

L’évènement marquant de l’année 2016 a été la mise en fonction d’un poulailler de quartier.
En effet, afin de gérer les derniers déchets du restaurant scolaire pour lesquels nous n’avions pas de solution de traitement, nous avons pensé à la valorisation par un élevage de volailles. Ainsi, au niveau de notre espace « atelier technologique/pépinière », dix poules disposent d’un enclos de plus de 100m2 et d’un grand abri sur piloti, construit par les élèves.
Ce petit élevage est en co-gestion avec les habitants du quartier qui prennent notre relai le week-end et pendant les vacances en s’occupant des poules.

Ce projet a vu le jour grâce au travail de plusieurs classes et d’un groupe d’adultes volontaires de l’établissement, depuis l’étude de faisabilité jusqu’à la réalisation technique et la gestion de l’élevage.

Cette année est aussi celle de l’agroforesterie puisque nos parcelles voient cohabiter des céréales et autres légumineuses et des rangées d’arbres fruitiers.
L’ensemble est mené en bio et permet d’atteindre le « zéro phyto, zéro intrant ».
La classe de terminale STAV a été porteuse de ce projet-là qui bien sûr va se poursuivre.

L’automne 2015 fut celui de la COP21. Nous avions été sollicités pour montrer notre démarche concernant la lutte contre le gaspillage alimentaire.
Deux représentants élèves devaient participer aux rencontres nationales des éco- responsables de l’enseignement agricole à Bourg-en Bresse fin novembre. L’objectif était de proposer des actions concrètes à travers un document synthétique présenté à la COP21.
Nous avons préparé ce rassemblement mais les évènements terroristes du 13 novembre ont malheureusement empêché notre déplacement.

3. La formation des enseignants

Au printemps 2014, nous avions expérimenté un outil de positionnement concernant l’Education pour un Développement Durable, outil mis au point par le réseau EDD de la DGER, réalisé dans notre établissement par Christian Peltier.

De ce bilan, nous avons pu mettre en évidence la nécessité de « parler tous le même langage », de « partager des objectifs communs », « d’adopter une méthode pédagogique efficace ». Une formation des personnels s’imposait.

C’est ainsi qu’en ce début d’année 2016, une dizaine d’enseignants a pu suivre la première session d’une formation animée par Christian Peltier, « Pédagogie de projet dans la perspective de la durabilité, de la transition agroécologique et de l’enseigner à produire autrement ». Cette première session a donné les outils d’une analyse de pratique de manière à évoluer vers une pédagogie constructiviste.

La deuxième session aura lieu les 9 et 10 juin et permettra de construire les séquences d’EDD de l’an prochain.



4. La recherche de financements
Une bonne partie de mon travail de l’automne a été consacrée à la rédaction du projet national PNA « L’écocantine de la Condamine ». Cet appel à projet pouvait permettre une subvention d’environ 40 000 euros. Notre objectif était de valoriser notre bonne gestion du restaurant scolaire tant sur le plan de la lutte contre le gaspillage alimentaire, que de la gestion des déchets, l’approvisionnement en circuit-court ou bien encore l’éducation à l’équilibre alimentaire.
Deux projets ont été retenus dans chaque région. Le nôtre n’en a malheureusement pas fait partie.
Cependant, de nouveaux appels à projets, régionaux cette fois, viennent de nous parvenir sur ce même thème. Nous avons jusqu’à l’automne pour y répondre.


5. Perspectives
Continuer les actions de gestion des déchets et atteindre en 2017 le « zéro déchet »
Communiquer efficacement sur les actions menées
Réfléchir à un moyen d’impliquer efficacement les jeunes
Poursuivre le suivi des équipes dans la démarche de pédagogie « constructiviste »
Finaliser la rédaction du projet d’établissement, centré sur le DD
Mettre en place de nouveaux projets et rechercher des financements.

Rapport

Résumé grand public

La démarche EDD au sein de l'établissement



Année scolaire 2016-2017



Tiers temps "zéro déchet dans mon établissement d'ici 5 ans"



Je ( Karine Tomas) suis chargée de cette mission depuis septembre 2016. J'ai été sollicitée pour assurer la continuité du projet  à la suite de la mutation de Gaelle Portassau. Nos rencontres dès Juin 2016 ont permis la transmission des dossiers en cours. En septembre 2016 ont été nommés également 2  nouveaux personnels de direction ( proviseur du LPA et gestionnaire) .



J'ai travaillé principalement sur les axes déterminés lors du Conseil 21 de Juin 2016.



Animation du projet "lycée 21"



Pour la 3ème année consécutive, l'établissement finalise son plan d'action pour atteindre le "zéro déchet". La phase d'évaluation et de bilan constitue un des objectifs pour la fin d'année 2017. Il manquait l'élaboration de fiches-action  et de supports pérennes pour communiquer nos actions et ancrer notre démarche de projet dans la continuité de ce plan d'action. La réalisation de ces fiches actions s'est élaboreé au cours de l'année grâce aux informations parfois informelles de l'équipe pédagogique et par la participation de plusieurs classes qui ont écrit la présentation de leur action, choisi les illustrations. La réalisation technique des supports a été confiée à un partenaire infographiste professionnel ( "Terre Nourricière"). Les élèves ont utilisé ces supports de communication lors de la journée évènementielle du 23 Mars pour présenter leur action aux visiteurs ( autres classes, partenaires officiels, associatifs).



L'organisation de la Journée de restitution des actions est un moment fort  du transfert des connaissances et des compétences de la communauté éducative .Cette année encore la quasi totalité des classes s'est impliquée, les actions se sont élargies à des filières jusque là moins impliquées ( Collège, sapat).



La rédaction d'un appel à projet régional " halte au Gaspi" et la mise en place d'une campagne de sensibilisation à l'équilibre alimentaire et la lutte contre le gaspillage a complété opportunément notre action en faveur de la baisse de la production de déchets . L'acquisition d'une table de tri à pesée individuelle a permis l'évaluation exacte de nos restes alimentaires  et a confirmé la performance des pratiques anti- gaspi mises en place par notre service de restauration en amont. Une campagne de sensibilisation menée par 2 classes ( STAV et SAPAT)  en décembre, janvier et avril avec intervention dans les classes, élaboration de questionnaire et pesée des restes   s' est cloturé par un concours anti-gaspi dont les lauréats gagnaient un passage prioritaire au self. Cette animation pendant la pause déjeuner finalise nos efforts de sensibilisation au tri des déchets et permet de constater qu'au LPA  une personne jette 40 grammes de déchets contre plus de 150 grammes au niveau national. Après la division par 2 du volume de nos déchets alimentaires, 2017 voit une baisse encore sensible.



Un travail de réponse au PNA proposant la mutualisation de nos pratiques anti gaspi entre 2 établissements de la nouvelle région ( Castelnaudary et Rodez)  n'a pas été sélectionné.



Le fonctionnement du poulailler mis en place en 2016 afin de valoriser certains déchets alimentaires a amené des rencontres avec nos voisins partenaires, l'intervention de classes pour l'entretien de l'enclos, le nourrissage quotidien pendant la pause déjeuner d'un personnel volontaire accompagné de 2 élèves ( planning classe).Cette action phare de 2016 remplit les objectifs de l'éducation au DD qui doit intégrer la part de contraintes dans l'engagement responsable, elle permet aussi de "boucler" le cercle vertueux du tri et de la valorisation des déchets.Les déchets générés par le poulailler terminent leur vie dans le lombricomposteur géant.



L'espace pépinière s'est enrichi d'un tunnel de culture à vocation pédagogique utilisé lors de travaux pratiques et qui a reçu la visite de plusieurs classes de primaires lors de la JDD.



Reste la valorisation de cet espace occupé par les ateliers d'agroéquipement et qui révèle l'exiguité des structures"provisoires de long terme". La problématique d'un aménagement d'une aire de compostage pour valoriser nos déchets verts bute toujours sur le constat d'un manque de moyens techniques (équipements refusés) d'acheminement de ces déchets verts de nos différents espaces.



Les parcelles exloitées en agroforesterie suivent leur évolution "zéro intrants", cette année une classe a travaillé à la mise en place d'un système d'irrigation maitrisée.



Le projet "être paysagiste, c'est penser a demain" n'a pas pu être mené malgré la réecriture de la seconde phase à cause du refus d'engager en 1 fois les dépenses nécessaires. Ce projet bénéficie pourtant d'un montant alloué.Il est reporté à septembre 2017. 



Perspectives




  • Continuer les actions de gestion des déchets

  • Mettre en place un club 21 et former des éco-délégués

  • Former les nouveaux professeurs à la pédagogie de projet 

  • Trouver de nouveaux financements



 



 



 



 



Rapport

Résumé grand public

La mise en oeuvre de l'éducation à enseigner à produire et à consommer autrement a permis l'élaboration d’un projet d’établissement visant à passer à 0 déchet d’ici 5 ans. Le projet "Piratons nos déchets" déposé en 2014 -2015 nous permettait la mise en place de nouvelles pratiques pédagogiques, centrées sur une pédagogie de projet et soulignait notre volonté  de positionner le LPA Charles Marie de la Condamine en tant qu’acteur du développement durable sur le territoire piscénois. L’exploitation menée en agriculture biologique " Zéro intrant", la réduction des déchets et la lutte contre les gaspillages dans l’établissement restaient à évaluer pour mettre en place des actions pérennes et transférables.



En 2013-2014: 1500 litres par semaine  sont collectés pour 270 personnes par jour, soit 205 litres par personne à l’année.



Les « producteurs » de déchets sont identifiés : les services administratif et pédagogique avec le déchet papier, le service de restauration avec les déchets de préparation, emballages et restes alimentaires, trop de gaspillages dans les gestes quotidiens, trop de déchets valorisables dans les containers de ramassage d’ordures ménagères car peu de tri des déchets. C’est à partir de ces réflexions d’élèves que des solutions leur ont été demandées.



5 objectifs ont été définis :




  1. Réduire la consommation de papier, améliorer son tri et établir des partenariats pour le recycler

  2. Trier les déchets de la cantine et valoriser certains d’entre eux afin de réduire le volume des déchets ménagers ramassés par le SICTOM.

  3. Recycler les déchets verts.

  4. Sensibiliser et transférer nos compétences.

  5. Se former, échanger, mutualiser des pratiques pour devenir plus performant



La sensibilisation au tri et à la valorisation des déchets alimentaires est la plus belle réussite de ce projet  car elle est la plus mesurable en termes de réduction des volumes. Elle est la plus aboutie également grâce à la mobilisation du personnel de restauration dont les pratiques se sont voulues exemplaires et dont la collaboration dynamique a permis des actions pédagogiques de grande ampleur :




  • Enquête de faisabilité d’un poulailler collaboratif auprès des voisins de l’établissement et partenariat

  • L'Etude de l’aménagement et la construction du poulailler a mobilisé plusieurs classes et filières dans une démarche de projet complémentaire entre elles en 2015-2016, le poulailler de quartier fonctionne à présent depuis 3 ans et reste un exemple phare de la valorisation possible de déchets

  • La mise en place d'une table de pesée au tri du self en 2016-2017 a fortement limité le gaspillage alimentaire dont un chiffre plancher de 40 grammes par personne et par jour au LPA contre 120 ailleurs a été atteint

  • La fabrication de 2 composteurs géants pour clore la valorisation des restes complètent le dispositif

  • La sollicitation et la participation à la collecte expérimentale des bio déchets pour une plateforme de compost en 2018 en vue d'un projet futur de plateforme de méthanisation par le Sictom (2020) complète le cercle vertueux des actions menées depuis 3 ans par le LPA

  • Ces performances ont été diffusées et ont permis au LPA de participer à des échanges intercentres ( LEGTA/CFPPA) et inter-établissement (Agro sup Montpellier, Animation  Journée "Régal" 2017 )



Autre action emblématique: l'organisation d'une journée d'animation (JDD "Piratons nos déchets") dédiée à la restitution des actions Développement Durable menées par les élèves pour les élèves et pour les partenaires du Lycée. Le nombre de classes participantes, l'accueil de partenaires associatifs, l'accueil et sensibilisation de public extérieur au LPA : classes primaires, collèges, lycées et visiteurs en constante augmentation montrent le dynamisme des personnels et l'implication des élèves.



Les pratiques pédagogiques ont évolué: les enseignants   travaillent volontiers  en interdisciplinarité ce qui offrent  la possibilité de mobiliser les élèves sur des actions ciblées en un temps donné. Les élèves  constatent qu’ils « apprennent » des savoirs, des savoir-faire et des savoir-être en cohérence avec les attendus de leur formation. Ils savent pourquoi le tri des déchets est un geste individuel et collectif nécessaire et civique. Ils savent les enjeux des pratiques anti-gaspillages. Plus généralement, Ils comprennent ce que s'impliquer dans un projet veut dire. Ils relaient l'information à leur entourage amical et familial et transfèrent leurs connaissances à leurs pairs.



En 2017 : 3 containers de 340 litres sont collectés en ordures ménagères par le Sictom, soit 1020 litres par semaine pour  315  personnes par jour  soit 120 litres par personne à l’année : une baisse importante des volumes collectés.



Le "zéro déchet" n'est pas  atteint mais reste un objectif à terme . Le principal obstacle étant de sensibiliser chaque année les nouveaux entrants aux pratiques de leurs ainés sollicités pour éduquer à leur tour durablement les plus jeunes ! Pour être efficientes, les actions doivent perdurer.