Projet d'animation et de développement des territoires des établissements publics de l'enseignement agricole

Description

Titre du projet

"Le petit colibri " Montravel prend sa part dans le Projet agro écologique "Produire Autrement "

Etablissement

EPL Montravel

Description du projet

Les axes N° 1 et 2 du projet « Produire autrement » implique complètement les EPL. « Enseigner à Produire Autrement », devient logiquement, le fil conducteur dans la révision de notre projet d’établissement pour contribuer le plus possible au « Projet agro-écologique pour la France ».
Notre établissement est spécialisé dans la formation des métiers de l’horticulture. Cette filière connaît une période difficile avec un marché des végétaux horticoles stagnant depuis quelques années. La recherche de nouvelles fonctions et de nouveaux usages pour le végétal est indispensable pour maintenir des structures en place, créer des entreprises et de l’emploi, préserver la biodiversité et le cadre de vie…
Des projets innovants, portés par des acteurs de la filière maraîchère, plantes aromatiques, productions fruitières émergent aujourd’hui sur notre territoire parce que des besoins nouveaux émergent aussi (RHD, matière pour des distilleries, plantes de biodiversité fonctionnelles indigènes…).
Reconnu pour ses compétences techniques et pédagogiques (plan de désherbage, zérophyto, fleurissement durable, valorisation des déchets, exploitation en AB pour ses productions légumières…) reconnu aussi pour sa capacité d’ingénierie, l’EPL de Montravel est interpellé par les professionnels, pour participer à co-construire des projets viables et durables.
Notre projet a pour objet de positionner l’EPL comme véritable partenaire des filières de cultures spécialisées présentes sur notre territoire : cultures maraîchères, cultures de plantes à parfum, aromatiques et médicinales, et de travailler à l’alliance entre les agriculteurs/horticulteurs et la société, par la formation.
Les thématiques retenues sont :
- la biodiversité fonctionnelle au sein des exploitations maraîchères mais aussi des territoires.
- les itinéraires techniques pour la culture des plantes aromatiques avec une attention particulière sur le choix des taxons pouvant être produits sur notre territoire,

Les objectifs :
- S’associer, par la concertation et les échanges, l’expérimentation ou la démonstration, la mutualisation de moyens, au développement des filières locales.
-Participer à insérer l’exploitation de l’EPL dans ce nouveau tissu professionnel sur le territoire, en recherchant la complémentarité avec les productions locales nouvelles et en développant l’expérimentation et la démonstration.
- Produire de la connaissance, des situations d’apprentissage, des ressources pédagogiques et les partager avec les équipes pour adapter les enseignements au contexte local. Le Conseil de l’éducation et de la Formation est un des cadres qui permettra de restituer les résultats des travaux engagés et de partager la réflexion pour rester dans une démarche de progrès permanent.
- Créer les conditions favorables à l’insertion professionnelle des apprenants en augmentant la diversité des entreprises de stage, les relations avec les maîtres de stages ou employeurs potentiels.

A travers ces objectifs, notre projet cherche avant tout travailler à la cohérence des actions de formations professionnelles au sein de l’EPL et à travailler la cohérence de la formation, avec les évolutions des métiers, des cadres de vie, de la société.

Thématique principale

Déclinaison des programmes d'actions du projet agro-écologique pour la France

Thématique secondaire

Horticulture et paysage

Identification

Centre constitutif concerné

LPA Montravel

Adresse et numéro de téléphone de l'établissement

Chemin de Montravel BP7 42390 Villars tel:0477911110

Nom du responsable du dossier

Viseur Jean-Louis

Fonction du responsable du dossier

Directeur EPL

Coordonnées du responsable du dossier au sein de l'équipe de direction

idem

Nom du chargé de projet

Jeune Martine

Fonction du chargé de projet

IAE enseignante, référente EAP

Coordonnées du chargé de projet

idem

Projet rédigé


Rapport

Résumé grand public

Dans le paysage horticole locale (et régional), la production de plantes ornementales diminue alors que d’autres cultures comme les cultures maraîchères et les plantes à parfum, aromatiques et médicinales (PPAM) sont des activités de production alimentaire de plus en plus valorisée au travers de circuits courts.
Lors d’une enquête réalisée en 2013, les maraichers bio locaux ont exprimés des préoccupations autour de la protection des cultures et espéraient trouver des solutions autres que celles proposées par les agro fournisseurs. Le renforcement des corridors écologiques avec de plantes indigènes serait une solution en partie mais qui posent certaines questions :
-quelles plantes utiliser ? Comment se les procurer, les installer ? Comment entretenir ces structures d’intérêt écologique ? Seraient-elles valorisables au sein des systèmes de productions?
Travailler aux réponses possibles à ces questions est une mission dont s’est emparé l’EPL. A ce jour, les apprenants et l’équipe pédagogique avec l’exploitation de l’EPL sont engagés à travailler l’itinéraire technique de la production de plantes indigènes pour l’installation de haies. Une structure d’intérêt écologique sera installée, sur le site de l’EPL, dès l’automne 2016 et aura vocation à devenir un espace de démonstration. Les situations d’apprentissage permettront de produire de la connaissance qui sera capitalisée, partagées avec les maraîchers et sur laquelle de nouvelles actions s‘appuieront. Cette thématique est une opportunité pour appréhender la démarche « Produire autrement » mais aussi « Aménager autrement ».
Toujours dans notre contexte local, le secteur des PPAM suscitent du questionnement. Dans différentes formations, des porteurs de projets souhaitent démarrer cette activité de production. Les producteurs/cueilleurs en place commencent à percevoir une concurrence dans la vente de leurs produits en circuits courts et s’inquiètent aussi par ailleurs d’actes de cueillettes proches du pillage ! (sur une gamme de plantes à forte typicité : arnica, gentiane, myrtille….) Pendant ce temps, des transformateurs locaux demandent des productions bio et locales qu’ils ne trouvent pas.
Avec le soutien du CGET, des apprenants en formation adulte, des formateurs et enseignants ont réalisé une enquête sur la situation de cette filière sur notre territoire. Plusieurs problématiques apparaissent :
- Les activités de productions/cueillettes assurent un revenu faible. Comment assurer des activités viables ?
- Les quantités produites ne sont pour l’heure peu ou pas mesurées, elles sont très variables d’une année sur l’autre et d’un producteur à l’autre. Comment évaluer les potentialités de production?
- Comment répondre aux besoins des transformateurs en assurant la qualité des produits fournis ?
- Quelle structuration imaginer pour maintenir et développer l’activité de producteur cueilleur sur l’ensemble des territoires, même dans des zones de désertification ?
- Comment organiser la transmission des savoirs parfois ancestraux, voir oubliés ?
- Quelle reconnaissance de statut pour le cueilleur ?
- Comment préserver la ressource sur un territoire en éradiquant les mauvaises pratiques de cueillettes voir les pillages ?
En réalisant ce travail de collecte d’informations, en adhérant aux associations de producteurs, l’epl de Montravel s’est mis en situation de partenaire de la construction des réponses à apporter. Les compétences et les moyens disponibles sur l’EPL et plus particulièrement sur l’EA permettent de créer un atelier de production de PPAM lequel permettrait :
- d’être le support pédagogique des formations, de renseigner sur les itinéraires techniques et données technico économiques, de valider des processus de production spécifiques (productions de plantes indigènes) qui font la l’identité de ces producteurs. Dans le même temps la production de jeunes plants de PPAM assurera l’approvisionnement en jeunes plants des producteurs locaux.
- de commercialiser en réseau avec les producteurs locaux et de contribuer au développement d’outils de mutualisation.
-d’assurer le lien entre formation, profession et porteurs de projets, de participer aux réflexions sur le statut de cueilleur, la traçabilité des produits, la création d’une marque ou label.
- de travailler à la création de chartes, de guide de bonnes pratiques de cueillettes et à la réimplantation de structures écologiques à partir de plantes indigènes (haies), lesquelles pourraient augmenter la ressource.
Notre légitimité dans ces activités repose d’abord sur la nécessaire adaptation de nos enseignements pour créer les conditions favorables à l’insertion professionnelle des tous les apprenants, quelque soit les filières de formation : au travers de ces 2 thèmes, les apprenants en filière commerce, aménagement et production ont de la matière pour comprendre la cohérence de la formation avec les évolutions des cadres de vie et de la société.

Rapport

Résumé grand public

Un contexte de changement : dans le paysage horticole locale (et aussi moins localement), la production de plantes ornementales diminue alors que d’autres cultures comme les cultures maraîchères et les plantes à parfum, aromatiques et médicinales (PPAM) sont  des  activités de production de plus en plus valorisées aux travers de circuits courts.  Par ailleurs, la nécessité de  renforcement des corridors écologiques  exige d’avoir du végétal local, dont l’approvisionnement  est problématique. Certains producteurs de plantes horticoles réorientent donc  leur système de production pour répondre à ces nouvelles attentes. La dynamique enclenchée pour appréhender la démarche « Produire autrement » mais aussi « Aménager  et Consommer autrement » amène aussi  l’EPL et son ExA  à travailler  sur ces nouvelles productions, à développer des partenariats avec les acteurs locaux et à imaginer des actions pédagogiques pour la formation des apprenants qui doivent trouver les conditions favorables à leur insertion professionnelle et citoyenne.  



Le développement de réseaux : après avoir collecté et restitué  des informations de terrain, en adhérant  aux associations de producteurs, en s’insérant dans les réseaux de  commercialisation, l’EPL  de Montravel s’est mis en situation de partenaire des acteurs des filières de production mais aussi des aménageurs des territoires. Nous participons à la préparation des modalités de   commercialisation en réseau, à la réflexion d’outil de mutualisation, de traçabilité et la création d’une marque ou label. Nous  travaillons aussi à la préparation d’une manifestation de vulgarisation et festive à la fois avec les maraîchers et producteurs de PPAM. Ceci a permis d’étoffer la liste des structures de production, de transformation et de commercialisation  capables d’accueillir des apprenants en  stage, voir en apprentissage. De nouveaux partenariats  se sont renforcés  avec 3 associations locales  qui apportent des connaissances sur les potentialités de notre territoire : biodiversité à forte typicité, pratiques éprouvées, savoirs ancestraux, réseaux d’acteurs…. Des liens plus forts existent maintenant avec les OPA.



L’évolution de la trajectoire de l’ExA de Montravel : la  création de nouveaux ateliers de production au sein de l’ExA doit permettre d’avoir un support pédagogique de formation, de fournir de la connaissance sur les itinéraires techniques et données technico économiques, de valider des processus de production spécifiques.  Ces nouveaux ateliers concernent la production de plantes aromatiques (une parcelle de 3000m2 de cassis, pour la récolte des feuilles et des bourgeons,  une parcelle de pieds mère de 7 plantes fortement demandées, une production de jeunes plants), la production de plantes indigènes avec le label « végétal local ». A ce jour,  la mise en place du nouveau système de production peine à s’installer.  Pour lever les freins à ces changements, il conviendrait de re formaliser en équipe (formateurs, les enseignants, les personnels de l’exploitation et  l’équipe de direction), une approche globale de l’ExA de l’EPL. Le phasage des  différentes transformations et  la répartition des travaux  à réaliser doivent s’élaborer en équipe.  Ce travail, qui permettra  aussi de renforcer encore la collaboration entre les centres,  constituerait aussi la première production de ressources pédagogiques pour tous les apprenants. Ultérieurement, quand ces premières étapes seront atteintes, il s’agira de développer des actions de   démonstrations et d’expérimentations en lien avec les systèmes de cultures de PPAM et plantes indigènes. A noter qu’un espace de démonstration pour végétalisation d’espaces difficiles a  quand même vu le jour en partenariat avec un pépiniériste local et que l’installation d’une structure d’intérêt écologique est en préparation.  Elle  aura vocation à devenir un  espace de démonstration et d’expérimentation.



Vers l’innovation pédagogique : des journées agro écologie inter établissements  à destination des apprenants de 3 epl  ligériens ont été organisées. Elles avaient pour objectifs de sensibiliser les classes de bac pro de 2nde et de 1ère  à l’agro écologie. 300 élèves  et plus de 30 enseignants/formateurs ont participé à des ateliers de terrains, à des travaux de groupes et des restitutions sur des thématiques traitées dans le cadre de la transition agro écologique (l’eau, la biodiversité, les semences, le sol…). Ce type d’action sera reconduit pour l’année suivante, avec l’idée « d’essaimer » les concepts de produire, transformer et consommer autrement auprès des publics de 3ème des collèges à partir de la question alimentaire. 



Une conclusion : ces  actions, même si leur concrétisation est lente, contribuent à la nécessaire adaptation des enseignements mais aussi de notre offre de formation. Elles positionnent l’EPL de Montravel  comme un « organe indispensable »  dans son territoire qui  accompagne l’évolution de tout type d’apprenants et  de citoyens.



Rapport

Résumé grand public

Un contexte de changement : la filière de production de plantes ornementales est en difficulté, alors que les cultures maraîchères et fruitières bio et locales sont très demandées pour répondre aux besoins alimentaires des populations. Les PPAM attirent de plus en plus de candidats à l’installation. Les valorisations de ces productions se font essentiellement en circuits courts. La demande en RHD reste largement insatisfaite.  La protection de la biodiversité et le renforcement des corridors écologiques préoccupent et exigent d’avoir du végétal local, dont l’approvisionnement est compliqué.

Donc, pour la filière horticole, des solutions apparaissent pour produire « autre chose » mais aussi autrement. Cette dynamique s’est enclenchée au sein de l’EPL de Montravel à partir de l’ExA qui développe de nouveaux ateliers, de nouveaux partenariats pour accompagner la formation des apprenants et leur insertion professionnelle et citoyenne.  



Le développement de réseaux s’amplifie: après avoir collecté et restitué des informations de terrain, relatives à la production de légumes, de PPAM, de plantes de haies de biodiversité, l’EPL de Montravel s’est mis en situation de partenaire des filières de production mais aussi d’aménageurs des territoires.

Nous participons, au sein d’association de producteurs de PPAM, à la réflexion d’outil de mutualisation, de traçabilité, de valorisation. Nous participons aussi à l’organisation de manifestations de vulgarisation.

Nous avons provoqué la rencontre entre des acteurs du territoire, auparavant peu ou pas rencontrés (fédération des chasseurs, communautés de communes, syndicats de rivières…), pour coordonner les actions en faveur de la biodiversité, à partir de plantations d’arbres et de haies qui pourront assurer la plus grande multifonctionnalité.  

Enfin, avec le soutien du CGET et du pôle agroalimentaire Loire, un travail se réalise autour de la conception de systèmes de production qui permettent à la fois de répondre aux besoin de la restauration collective et à la pérennité de l’activité du producteur.



Le système de production de l’ExA de Montravel se modifie: la création de nouveaux ateliers permet de fournir de la connaissance sur les itinéraires techniques et données technico économiques, de valider des processus de production spécifiques.  Ces nouveaux ateliers concernent : la production de plantes aromatiques (une parcelle de 3000m2 de cassis, pour la récolte des feuilles et des bourgeons, une production de jeunes plants), la production de plantes indigènes avec le label « végétal local », la production de fruits et de légumes pour notre restaurant scolaire. La mise en place de ce nouveau système de production est lente et des freins sont encore à lever. Le phasage des différentes transformations et la répartition des travaux à réaliser doivent s’élaborer en équipe.  Ce travail permettra aussi de renforcer la collaboration entre les centres et constituera aussi la première production de ressources pédagogiques pour tous les apprenants. Ultérieurement, quand ces premières étapes seront atteintes, il s’agira de développer des actions de   démonstrations et d’expérimentations sur ces différents sujets.



L’innovation pédagogique se développe. Les partenariats nouveaux et les orientations du système de production de l’ExA de l’EPl permettent d’élargir « le champ des possibles » de l’activité horticole. Ils permettent d’étoffer le réseau des maitres de stage et d’apprentissage. Ils apportent des connaissances sur les potentialités de notre territoire : biodiversité à forte typicité, pratiques éprouvées, savoirs ancestraux, réseaux d’acteurs…. Des liens plus forts existent maintenant avec les OPA.



Au cours de ces 3 dernières années, des journées agro écologie inter établissements d’enseignements agricoles publics et privés à destination des apprenants ont été organisées. L’objectif fût de sensibiliser les classes de bac pro de 2nde et de 1ère à l’agro écologie (mais aussi des classes de 3ème de collège). Plus de 450 élèves au total et plus de 30 enseignants/formateurs ont participé à des ateliers de terrains, à des travaux de groupes et des restitutions sur des thématiques traitées dans le cadre de la transition agro écologique (l’eau, la biodiversité, les semences, le sol, …).



Enfin, la progression pédagogique du BTS Production horticole (nouvelle formation proposée en 2018) sera traitée à partir d’une construction réalisée en « hackathon » à partir d’un projet « fil rouge » : concevoir sur l’ExA de l’EPL le système de culture qui permette d’alimenter la cantine de l’EPL.



 



En conclusion : ces actions, même si leur concrétisation est lente, contribuent à la nécessaire adaptation des enseignements et de l’offre de formation. Elles positionnent l’EPL de Montravel comme un « organe indispensable » qui accompagne l’évolution des apprenants mais aussi des filières de productions horticoles locales au service des populations de son territoire.