Projet d'animation et de développement des territoires des établissements publics de l'enseignement agricole

Description

Titre du projet

Le décrochage scolaire une fatalité ? Et si on décidait de raccrocher ensemble ?

Etablissement

EPLEFPA Edgard Pisani - Tulle Naves

Description du projet


« Lutter contre le décrochage scolaire » c'est vouloir mettre en place des situations d'apprentissage qui mettent l'élève en situation de réussite.
En effet, selon Ph.Meirieu « dès lors que les moyens sont bien choisis, les consignes bien exécutées, les outils bien utilisés, nul ne peut échapper à l'apprentissage ».
L'intention est, sans doute, ambitieuse mais à la fois très simple : faire de l'espace classe un espace de réussite !
Trop d'élèves sont en situation de difficultés scolaires car ils ne parviennent plus à trouver suffisamment de ressources , de motivation en eux pour s'autoriser l'accès à l'apprentissage, donc à la connaissance, donc à la réussite.
Aujourd'hui, l’enseignement professionnel agricole accueille des jeunes qui « végètent » jusqu'à la fin d 'un cycle espérant un diplôme qu'ils n’obtiendront peut-être pas , ou pire,qui finissent par abandonner et démissionner.
Il ne s'agit plus pour ces élèves de « subir » mais « d'agir » ! Susciter l'action !
Notre EPL compte 3 centres : un lycée, un CFPPA, une exploitation et une antenne du CDFA. Il se situe en plein cœur d'un territoire rural dans lequel les professions attachées à nos offres de formations sont très ancrées : Productions animales et Services en milieu rural. C'est une des raisons pour lesquelles notre courbe de recrutement est croissante. Néanmoins, c'est une chose de recruter, mais il faut donner à ces jeunes les moyens de réussir !
Parmi nos classes, nous comptons une classe de 3ème,deux de CAPA SAPVER et deux classes de CAPA PAUM et SE qui représentent à elles seules près d'un quart de l'effectif de l'EPL. Ce sont des publics particuliers souvent en décrochage : lacunes scolaires, situations sociales et économiques précaires, plus d'estime de soi, plus de confiance... pour certains ce sera l'abandon de la scolarité !Cibler ces classes-là ne signifie évidemment pas que les difficultés n'existent pas dans les autres niveaux …
Cependant, ceci n'est pas une fatalité. Nous savons qu'un des moyens les plus efficaces pour lutter contre ce décrochage est d'axer les situations pédagogiques innovantes vers le concret, l'utile, le professionnel.
Notre EPL par ses 3 centres constitutifs possède tous les atouts pour aller encore davantage en ce sens. C'est l'objet de cette mission.


Éléments de sa mise en œuvre :

Quatre étapes sont nécessaires pour mener à bien ce projet :

Diagnostiquer les difficultés des apprenants sur notre EPL :
Entretiens avec des élèves
Entretiens avec des enseignants/personnels de la communauté éducative
Ritualiser des tests en début d'années (Test ROC)
Rencontre avec différents services comme MDPH, Maisons des ados...

S'appuyer sur nos pratiques et sur la formation
Une année et un 1er bilan d'une expérimentation en 3ème
Faciliter les échanges de pratiques entre collègues et centres
Faciliter la formation d'équipes sur site
Devenir un « référent » et constituer un espace de ressources pédagogiques

Concrétiser : La visée du projet : « nourrir la réflexion et alimenter la pratique » D. Alexandre, Les méthodes qui font réussir les élèves.
Expérimenter dans les classes et recueillir des données
Faciliter/valoriser la pédagogie de projet déjà bien ancrée sur l'établissement
Innover par de nouvelles pratiques pédagogiques

Établir un bilan critique se basant sur:
Des témoignages, des entretiens
Des critères d'évaluation (bulletins, réussite examens, démissions, insertions..)

Impact attendu sur le territoire :

Développer davantage de synergie au sein de l'EPL : Répertorier, valoriser tous les travaux, projets menés au sein de l'EPL et les valoriser.
Développer les liens avec les professionnels des deux filières mais également des partenaires transversaux comme Francis Lignac, musicologue travaillant sur la dyslexie.
Meilleure reconnaissance de l'établissement dans une nouvelle région.
Participer à l'innovation pédagogique inscrite au cœur de l'enseignement agricole

Lien avec la pédagogie :

Sur l'espace même de l'établissement, il s'agit de s'appuyer sur la pédagogie de projet avec des axes déjà en place comme la pluridisciplinarité, l'implication sur l'exploitation... mais également, des aspects plus novateurs comme de nouveaux partenariats , une participation plus active aux sollicitations régionales et nationales comme le « concours national de la Résistance », « Les trophées de l'agro-écologie », ….
Le développement de formations :

Interne : échange de pratiques, concertation
Externe : favoriser la formation en équipe, échange avec des équipes d'autres établissements, faire appel aux dispositifs proposées par le SNA (Système National d'Appui)

Thématique principale

12

Thématique secondaire

Déclinaison des programmes d'actions du projet agro-écologique pour la France

Identification

Centre constitutif concerné

LEGTPA Tulle Naves

Adresse et numéro de téléphone de l'établissement

EPL Edgard Pisani de Tulle Naves Cezarin 19460 Naves tel 05 55 26 64 56

Nom du responsable du dossier

Karine Dufour

Fonction du responsable du dossier

Professeur de lettres

Coordonnées du responsable du dossier au sein de l'équipe de direction

Mme Chantal Grenier Gire Directrice Adjointe EPL Proviseure Adjointe lycee

Nom du chargé de projet

Karine Dufour

Fonction du chargé de projet

Professeur de lettres

Coordonnées du chargé de projet

EPL Edgard Pisani de Tulle Naves Cezarin 19460 Naves tel 05 55 26 64 56

Déclaration d'intention


Rapport

Résumé grand public

Ce projet est né d'une expérimentation "en interne" auprès d'une classe de 3ème. La difficulté d'enseignement dans cette classe, des élèves quasiment en rupture avec l'école nous parvenaient et nous interrogeait: réfléchir à mettre en oeuvre différemment nos enseignements afin de faciliter l'accès à la réussite à ces élèves. Une équipe s'est formée et a témoigné de sa volonté d'expérimentation. Mais il fallait s'organiser de manière à gagner en efficacité et à cibler des priorités.



Des décisions d'implication se sont alors dessinées:




  • la demande d'un tiers-temps axé sur la problématique du décrochage scolaire

  • la participation à un LEA (Lieux d'éducation associés) en collaboration avec des enseignants de l'ENSFEA à Toulouse et de l'IFE de Lyon ( Institut Fraçais de l'Education)



A travers ces deux engagements, nous nous sommes demandés comment nous pouvions redonner "envie " à ces élèves souvent heurtés par le système éducatif. Cela  supposait également d'accepter certaines remises en questions notamment celles de la posture d'enseignant.



Tout d'abord, le tiers-temps octroyé a permis d'organiser les démarches et de solidariser l'équipe qui souhaitait s'engager. Nous avons pu établir un bilan diagnostique des classes entrantes à la rentrée par le biais du test ROC et mettre en place plus rapidement des démarches pour des modalités d'examen plus favorables et des PAP notamment en 3ème et en 2nde professionnelle.



Ce bilan établi, nous nous sommes concentrés sur l'équipe enseignante et nous avons cherché des priorités de formation pour donner davantage de sens aux enseignements afin de lutter de manière plus effiacce contre le décrochage scolaire.



Nos axes de formation ont été essentiellement sur deux points:




  • la participation à une formation PNF sur la communication non violente qui nous a permis de mettre en oeuvre de véritables outils dès notre retour en classe. Des outils pragmatiques tels que l'abolition du rouge et l'utilisation de deux couleurs pour corriger l'une positive et l'autre négative, des auto-appels dans les classes... Des outils plus de l'ordre de compétences comme fixer des niveaux de vigilance, une manière de s'exprimer ( ne pas commencer ses phrases par "Tu" ou "vous" mais "je"), le rôle et le positionnement de l'enseignant: mieux se connaitre, c'est aussi être plus performant avec les élèves, des connaissances sur les méthodes et les types de mémorisation car apprendre aux élèves à mieux se connaitre c'est aussi plus d'efficacité.

  • l'intégration d'un équipe constituées de 7 enseignants dans un LEA. Cette rencontre avec les enseignants chercheurs de l'ENSFEA nous a permis de mieux cibler nos objectifs :

    • rendre l'élève acteur de son parcours, de sa formation et de sa réussite

    •  le numérique éducatif au coeur de nos pratiques

    • donner du sens aux enseignements





Nous avons mis en oeuvre une action de formation sur la création de capsules vidéos et sur la thématique de la classe inversée. Nous avons décidé de créer nos propres capsules et de les expérimenter en classe . Selon des démarches et outils définis ensemble, nous avons réalisé ces séances et filmées pour certaines de manière à proposer des analyses de pratiques lors d'une prochaine rencontre début juillet. C'est à ce moment là que nous avons réalisé que le volet "innovation" prenait une grande place dans notre démarche de projet.



En parallèle, nous nous sommes lancés dans la réflexion d'un projet plus important qui est la création d'un "Learning Lab" dans notre établissement. Deux aspects fondamentaux  à retenir:




  • C'est un projet pour l'élève car il lui permettra un accès au savoir différent; d'être véritablement acteur de son apprentissage; et en connexion avec une société dans laquelle il devra performer.

  • Mais c'est aussi un projet pour les enseignants qui seront amenés à se former "in vivo" de manière à acquérir une pratique et une dynamique suffisante pour transmettre au reste de l'équipe. C'est, par ailleurs, une manière d'interroger les postures d'enseignement qui ont évolué et qui sont amenées à évoluer encore.Des pratiques différentes, plus innovantes sont alors pensées comme celles de la classe inversée ou la classe coopérative.



L'année scolaire a été également ponctuée de participations à des actions diverses, toutes inspirées par la pédagogie de projet. En effet, c'est une dynamique particulière qui permet à chaque élève de se révéler au travers de compétences dont il n'a pas ou plus conscience. Charge à l'enseignant d'établir du lien avec les  objectifs des référentiels. Par ailleurs, cette pédagogie permet de mettre en valeur la plurisdisiplinarité fleuron de l' enseigenemnt agricole. Quelques exemples: Le Concours National de la Résistance (Français, Hist-Géo, ESC, Info), un EPI sur le lait ( Phys-Chimie, Bilogie, EFS et professionnel), un Concours jeunes bovins ( BTS: communication, professionnel), le TNLA...



Au final, lutter contre le décrochage s'est révélé fédérateur et interrogateur de nos pratiques pour la réussite des élèves.



Rapport

Résumé grand public

La génèse du projet remonte à une expérimentation auprès d'une classe de 3ème. Des élèves souvent en rupture avec l'école, se considérant obligatoirement en échec avant même d'avoir participé à quelque activité. Des élèves dotés d'une estime de soi extrêmement péjorative et stigmatisé, qui plus est, pour une orientation en lycée agricole. Autant de facteurs qui ont suscité l'interrogation pour enrayer un phénomène croissant: celui du décrochage scolaire.



La réflexion a débuté sur la mise en place d'un emploi du temps et un espace classe différents:



L'emploi du temps questionnait en termes de concentration et d'organisation. Non seulement, du temps est perdu en changement de salles, rentrée et sortie du matériel...mais ces activités parasites semblaient davantage perturber la concentartion déjà superficielle des élèves plutôt que de la faciliter. Il a été décidé par l'équipe pédagogique de tester différemment:




  • Des temps de classe rassemblés en séances et non plus divisés en heures et des disciplines associées. Les élèves suivent, par exemple, tous les mercredis de 8h à 12h Français et Histoire-Géographie en parrallèle,

  • Une optimisation des matinées et un "allègement" des après-midi,

  • Une journée entière destinée aux matières professionnelles et autres activités transversales: EPI (Enseignements Pratiques et Interdisciplinaires) et Pluridisciplinarité.



Les réflexions ont, également, été portées sur l'espace classe. Il semble cohérent, que pour redonner confiance, motiver les élèves, il est nécessaire de leur proposer des lieux propices sources d'épanouïssement. Le choix est donc fait d'octroyer une salle de classe à la section de 3ème de l'établissement. Cet espace classe est pensé pour être à la fois un lieu d'apprentissage mais également comme un lieu de vie. C'est un repère pour des élèves qui en manquent parfois, c'est un espace sécurisant pour des élèves en quête de confiance et souvent nouveaux dans l'établissement et c'est un endroit où l'on peut apprendre à vivre ensemble.



Ces deux centres d'intérêt ont immédiatement posé la question des approches pédagogiques. Une équipe s'est rapidement constituée et a témoigné de sa volonté de ne plus subir ces classes d'élèves en difficultés mais de chercher et de mettre en oeuvre des solutions pour que les élèves eux-mêmes n'aient plus à le subir.



Afin d'organiser cet élan, l'établissement s'est inscrit dans un partenanriat avec la recherche. Un LéA (Lieux d'Education Associés) est signé entre des chercheurs de l'ENSFEA à Toulouse, de l'IFE à Lyon et une équipe de 7 enseignants sur le lycée. Dans le même temps, une demande de Tiers-temps sur la thématique du décrochage scolaire est accordée à l'établissement.



Depuis 2 ans, des éléments peuvent être identifiés:




  • L'emploi du temps selon des temps de classe plus longs et des disciplines associées fonctionne bien. L'élève est amené à se concentrer sur deux disciplines au maximum par demi-journée: sa concentration est plus active, l'organisation hebdomadaire simplifiée.

  • L'aménagement de l'espace classe, au départ succinct, a permis pendant un an de construitre le projet ambitieux de développer un Learning Lab. Sa mise en place est en cours et doit être opérationnelle, pour la rentrée 2018.

  • L'équipe pédagogique a dû mettre en place des stratégies didactiques plus diversifiées, plus adaptées, plus individualisées, plus innovantes ( classe inversée, capsules vidéo, travail en îlots, utilisation d'outils numériques).Des formations s'organisent donc avec un objectif essentiel: créer des outils concrets afin de donner du sens aux enseignements. Des enseignants plus motivés parviennent mieux à susciter la curiosité et l'envie des élèves.

  • Etablir un contrat de confiance est un facteur de réussite scolaire. Celui-ci peut se décliner selon plusieurs niveaux:

    • Enseignants/Elèves: souvent informel, les élèves y sont pourtant extrêmement sensibles. Une relation de confiance doit exister pour installer un climat d' acceptation: accepter ses erreurs, accepter de travailler, accepter de participer, accepter la critique, accepter de devenir curieux...pour les élèves; accpeter de changer de posture pour les enseignants,

    • Enseignants/Responsables: le dialogue doit pouvoir être établi de manière assez simple, honnête et respectueuse.

    • Enseignants/Hiérarchie: de tels engagements ne peuvent s'effectuer sans un climat de confiance clairement posé.





C'est l'osmose entre ces différents acteurs qui va créer un climat propice à la réussite scolaire des élèves identifiés en difficultés ( phase précédente au décrochage scolaire).



Aujourd'hui, les travaux didactiques effectués permettent également quelques points de bilan:




  • "Innover" ce peut être aussi de refuser de prendre de nouvelles habitudes,

  • Ne pas penser le numérique éducatif comme une fin en soi mais plutôt comme un des leviers pouvant susciter envie et curiosité. Et pour reprendre ces propos de JP Astolfi: " Il s"agit plus d'exposer le savoir à la classe mais d'exposer la classe au savoir".