Projet d'animation et de développement des territoires des établissements publics de l'enseignement agricole

Description

Titre du projet

Atelier « puits de carbone et biodiversité », un outil pour enseigner autrement.

Etablissement

EPL Rochefort Montagne

Description du projet

L’objectif du projet est de concevoir et mettre en place un nouvel atelier sur l’exploitation agricole avec les classes des deux filières du lycée : la filière agricole et la filière « nature », en associant tout le personnel de l’exploitation (chef d’exploitation et salariés) et de nombreux partenaires extérieurs. Ce projet serait intégralement conçu et réalisé par les étudiants de BTS et les élèves des classes professionnelles et technologiques, dans le cadre des différents modules pédagogiques. Le projet comporterait trois axes : la constitution d’un atelier « puits de carbone et biodiversité », le renforcement du bilan carbone de l’exploitation qui est déjà en agriculture biologique et le renforcement des services écosystémiques par la diversification des habitats naturels présents sur l’exploitation. La constitution d’un atelier à part entière, dédié en totalité au piégeage des gaz à effets de serre et à l‘amélioration de la biodiversité sera un précieux outil pour enseigner à produire autrement et pouvoir disposer d’indicateurs technico-économiques. Elle nous permettra en outre de replacer l’écologie au cœur de l’exploitation agricole et de relier les deux filières du lycée sur un projet commun. Sa réalisation nécessitera une réflexion sur les itinéraires techniques en impliquant le personnel de l’exploitation ainsi que de trouver des productions valorisables (agroforesterie, bois énergie, miel, fruits) et de chiffrer les aménités du projet. L’analyse préalable (inventaires, traitement de données, SIG), la mise en place de suivis et la conception d’un plan de gestion seraient réalisés par les BTS « Gestion et Protection de la Nature » dans le cadre de leurs modules M51 – Expertises naturalistes et M55 – Démarche de projet. La concertation avec l’ensemble du personnel (exploitation mais également lycée) serait assurée avec le module M52 – Concertation territoriale. Renforcer et pérenniser le puits de carbone sur l’exploitation biologique du lycée présente bien entendu un grand intérêt écologique, mais également un intérêt pédagogique fort pour les apprenants et les acteurs locaux dont le Parc Naturel Régional des Volcans d’Auvergne (PNRVA) qui cherche de plus en plus à mettre en avant des « vitrines » d’expérimentation sur son territoire. Des actions concrètes d’agroforesterie (verger conservatoire) et le renforcement du réseau de haies existant avec un objectif de valorisation économique permettra en outre à terme une utilisation des produits sur le lycée (des fruits pour la cantine), créant des économies financières et de carbone émis, sans compter la plus value sanitaire pour les élèves avec des fruits issus de l’agriculture biologique. Il s’agira également de chiffrer (sous forme d’équivalent de tonnes de carbone piégé, ou d’un autre indicateur à trouver) les actions mises en place et de réaliser des suivis de terrain. L’analyse préalable sera réalisées par les BTS et les Terminales STAV dans le module et les pluri M9- Projet d’’aménagement. La mise en place incombera aux classes de bac Pro GMNF (Modules professionnels 3, 4 et5) encadrés par les BTS2 (M53- Chantier de génie écologique). Les suivis seront réalisés lors de TP par une majorité de classes : Bac Pro GMNF, STAV et BTS) tandis que la gestion intéressera les bac Pro CGEA, la gestion des surfaces d’intérêt écologique (haies, murets, cours d’eau) étant une obligation de la nouvelle PAC. La diversification des habitats naturels sur l’exploitation qui permettra le renforcement des services écosystémiques présente de nombreux intérêts : agricole (bien être animal, gains de productivité, anti-érosion, lutte contre les ravageurs), écologique (anticipation du réchauffement climatique et augmentation de la capacité d’accueil) mais aussi économique par la valorisation des produits. L’intérêt pédagogique est énorme par la mise en place d’une plateforme technique et d’expérimentation avec les classes. Elle se traduira par des actions menées avec différents partenaires extérieurs : - l’adaptation et la mise en valeur du réseau de haies afin d’améliorer la connectivité du réseau existant et de créer une vitrine de toutes les fonctions des haies (protection climatique et des sols, production de bois énergie et de bois d’œuvre, accueil de biodiversité, production mellifère,…) sera menée avec l’appui de la Mission haies d’Auvergne. - La diversification et la connectivité des hydrosystèmes : cours d’eau et leurs berges, ripisylve, zones humides en prairie intéresse le Conservatoire des Espaces Naturels et l’observatoire des amphibiens. - La diversification de la flore prairiale en lien avec la gestion des effluents d’élevage est au cœur des préoccupations de l’association « Eleveurs autrement », du Groupe herbe et du PNRVA par le biais du concours « prairies fleuries ». - La gestion des secteurs délaissés ou peu productifs concerne également SupAgro Florac (méthode MilOuv).


Thématique principale

Agriculture et agro-écologie

Thématique secondaire

Déclinaison des programmes d'actions du projet agro-écologique pour la France

Identification

Centre constitutif concerné

LPA Rochefort Montagne

Adresse et numéro de téléphone de l'établissement

E.P.L.E.F.P.A. de Rochefort Montagne Le Marchedial 63210 Rochefort Montagne France Telephone : 04 73 65 82 89 Fax : 04 73 65 94 61 Email : lpa.rochefort-montagne@educagri.fr

Nom du responsable du dossier

Emmanuel Courtaud

Fonction du responsable du dossier

Directeur de l'établissement

Coordonnées du responsable du dossier au sein de l'équipe de direction

emmanuel.courtaud@educagri.fr

Nom du chargé de projet

Hausard Sylvie

Fonction du chargé de projet

IAE, Enseignante aménagement des espaces Naturels

Coordonnées du chargé de projet

Hausard Sylvie sylvie.hausard@educagri.fr E.P.L.E.F.P.A. de Rochefort Montagne Le Marchedial 63210 Rochefort Montagne France Telephone : 04 73 65 82 89 Fax : 04 73 65 94 61

Déclaration d'intention


Rapport

Résumé grand public

L’objectif du projet est de concevoir et mettre en place un nouvel atelier sur l’exploitation agricole avec les classes des deux filières du lycée : la filière agricole et la filière « nature », en associant tout le personnel de l’exploitation (chef d’exploitation et salariés) et de nombreux partenaires extérieurs. Ce projet est intégralement conçu et réalisé par les étudiants de BTS et les élèves des classes professionnelles et technologiques, dans le cadre des différents modules pédagogiques.



Il comporte trois axes : la constitution d’un atelier « puits de carbone et biodiversité », le renforcement du bilan carbone de l’exploitation  qui est déjà en agriculture biologique et le renforcement des services écosystémiques par la diversification des habitats naturels présents sur l’exploitation.



 



La constitution d’un atelier à part entière, dédié en totalité au piégeage des gaz à effets de serre et à l‘amélioration de la biodiversité sera un précieux outil pour enseigner à produire autrement et pouvoir disposer d’indicateurs technico-économiques. Elle nous permettra en outre de replacer l’écologie au cœur de l’exploitation agricole et de relier les deux filières du lycée sur un projet commun.



Sa réalisation nécessite une réflexion sur les itinéraires techniques en impliquant le personnel de l’exploitation ainsi que de trouver des productions valorisables (agroforesterie, bois énergie, miel, fruits)  et de chiffrer les aménités du projet.



L’analyse préalable (inventaires, traitement de données, SIG), la  mise en place de suivis et la conception d’un plan de gestion des haies ont été réalisés par les BTS « Gestion et Protection de la Nature » avec l’appui de la Mission haies d’Auvergne. La concertation avec l’ensemble du personnel (exploitation mais également lycée) a été assurée par le biais d’enquêtes et d’une réunion de validation du diagnostic.



 



Renforcer et pérenniser le puits de carbone sur l’exploitation biologique du lycée présente bien entendu un grand intérêt écologique, mais également un intérêt pédagogique fort pour les apprenants et les acteurs locaux dont le Parc Naturel Régional des Volcans d’Auvergne (PNRVA) qui cherche à mettre en avant des « vitrines » d’expérimentation sur son territoire.



Des actions concrètes d’agroforesterie (avec éventuellement la création d’un verger conservatoire) et le renforcement du réseau de haies existant avec un objectif de valorisation économique permettra en outre à terme une utilisation des produits sur le lycée (des fruits pour la cantine), créant des économies financières et de carbone émis, sans compter la plus value sanitaire pour les élèves avec des fruits issus de l’agriculture biologique.



Dans ce cadre, le plan de gestion des haies vise à remettre en production les haies de l’exploitation. L’entretien des haies existantes doit permettre une nouvelle croissance de bois et donc le piégeage de dioxyde de carbone.



Il s’agira également de chiffrer (sous forme d’équivalent de tonnes de carbone piégé, ou d’un autre indicateur à trouver)  les actions mises en place.



 



La diversification des habitats naturels sur l’exploitation qui permettra le renforcement des services écosystémiques présente de nombreux intérêts : agricole (bien être animal, gains de productivité, anti-érosion, lutte contre les ravageurs), écologique (anticipation du réchauffement climatique et augmentation de la capacité d’accueil) mais aussi économique par la valorisation des produits. L’intérêt pédagogique est énorme par la mise en place d’une plateforme technique et d’expérimentation avec les classes.



Elle se traduira par des actions menées avec différents partenaires extérieurs :



Adaptation et mise en valeur du réseau de haies afin d’améliorer la connectivité du réseau existant et de créer une vitrine de toutes les fonctions des haies (protection climatique et des sols, production de bois énergie et de bois d’œuvre, accueil de biodiversité, production mellifère,…) qui sera menée avec l’appui de la Mission haies d’Auvergne.



Diversification et connectivité des hydrosystèmes : cours d’eau et leurs berges, ripisylve, zones humides en prairie en partenariat avec le Syndicat Mixte d’Aménagement Touristique du bassin de Sioule.



Diversification de la flore prairiale en lien avec la gestion des effluents d’élevage. Une étude globale de l’exploitation est en cours avec l’établissement d’enseignement supérieur VetAgro Sup et l’association éleveurs autrement dans le cadre d’un Partenariat européen pour l’’innovation.



Gestion des secteurs délaissés (partenariat Parc Naturel des Volcans d’Auvergne et SupAgro Florac). Outre les classes et les modules cités précédemment, elle peut être le support de réflexion et d’action des BTS dans le cadre du MIL Pastoralisme et des bac Pro CGEA (réflexion sur la flore prairiale).



Rapport

Résumé grand public

L’objectif du projet est de concevoir et mettre en place un nouvel atelier sur l’exploitation agricole avec les classes des deux filières du lycée : la filière agricole et la filière « nature », en associant tout le personnel de l’exploitation (chef d’exploitation et salariés) et de nombreux partenaires extérieurs. Ce projet est intégralement conçu et réalisé par les étudiants et les élèves, dans le cadre des différents modules pédagogiques.



Il comporte trois axes : la constitution d’un atelier « puits de carbone et biodiversité », le renforcement du bilan carbone de l’exploitation  qui est déjà en agriculture biologique et le renforcement des services écosystémiques par la diversification des habitats naturels présents sur l’exploitation.



 



La constitution d’un atelier à part entière, dédié en totalité au piégeage des gaz à effets de serre et à l‘amélioration de la biodiversité sera un précieux outil pour enseigner à produire autrement et pouvoir disposer d’indicateurs technico-économiques. Elle nous permettra en outre de replacer l’écologie au cœur de l’exploitation agricole et de relier les deux filières du lycée sur un projet commun.



Sa réalisation nécessite une réflexion sur les itinéraires techniques en impliquant le personnel de l’exploitation ainsi que de trouver des productions valorisables (agroforesterie, bois énergie, miel, fruits)  et de chiffrer les aménités du projet.



L’analyse préalable (inventaires, traitement de données, SIG), la  mise en place de suivis et la conception d’un plan de gestion des haies ont été réalisés par les BTS « Gestion et Protection de la Nature » avec l’appui de la Mission haies d’Auvergne. La concertation avec l’ensemble du personnel (exploitation mais également lycée) a été assurée par le biais d’enquêtes et d’une réunion de validation du diagnostic.



 



Renforcer et pérenniser le puits de carbone sur l’exploitation biologique du lycée présente bien entendu un grand intérêt écologique, mais également un intérêt pédagogique fort pour les apprenants et les acteurs locaux dont le Parc Naturel Régional des Volcans d’Auvergne (PNRVA) qui cherche à mettre en avant des « vitrines » d’expérimentation sur son territoire.



Des actions concrètes d’agroforesterie (avec éventuellement la création d’un verger conservatoire) et le renforcement du réseau de haies existant avec un objectif de valorisation économique permettront en outre à terme une utilisation des produits sur le lycée (des fruits pour la cantine), créant des économies financières et de carbone émis, sans compter la plus value sanitaire pour les élèves avec des fruits issus de l’agriculture biologique.



Dans ce cadre, le plan de gestion des haies vise à remettre en production les haies de l’exploitation. L’entretien des haies existantes doit permettre une nouvelle croissance de bois et donc le piégeage de dioxyde de carbone.



Il s’agira également de chiffrer (sous forme d’équivalent de tonnes de carbone piégé, ou d’un autre indicateur à trouver)  les actions mises en place.



 



La diversification des habitats naturels sur l’exploitation qui permettra le renforcement des services écosystémiques présente de nombreux intérêts : agricole (bien être animal, gains de productivité, anti-érosion, lutte contre les ravageurs), écologique (anticipation du réchauffement climatique et augmentation de la capacité d’accueil) mais aussi économique par la valorisation des produits. L’intérêt pédagogique est énorme par la mise en place d’une plateforme technique et d’expérimentation avec les classes.



Elle se traduit par des actions menées avec différents partenaires extérieurs :



L’adaptation et la mise en valeur du réseau de haies afin d’améliorer la connectivité du réseau existant et de créer une vitrine de toutes les fonctions des haies (protection climatique et des sols, production de bois énergie et de bois d’œuvre, accueil de biodiversité, production mellifère,…) est menée avec l’appui de la Mission haies d’Auvergne. La chambre d’agriculture intervient également dans la valorisation de la plaquette bocagère en litière.



L’amélioration des hydro-systèmes (diversification et meilleure connectivité entre cours d’eau,  berges, ripisylve, zones humides en prairie) fait l’objet d’importants travaux conduits en partenariat avec le Syndicat Mixte d’Aménagement Touristique du bassin de Sioule.



Le test de méthodes de lutte alternatives contre le campagnol terrestre, avec l’appui technique de VetAgro Sup, de la Direction Départementale des Territoires et de la FDGEDON.



Le suivi d’indicateurs biologiques permet de renforcer les actions entreprises; un partenarait est envisagé avec l'Observatoire Agricole de la Biodiversité.



 



Rapport

Résumé grand public