Projet d'animation et de développement des territoires des établissements publics de l'enseignement agricole

Macon : la transition agro-écologique au service de signes de qualité : AOP- AB

Janvier 2019, Françoise Degache et Hervé Longy, animateurs Réso’Them de l'enseignement agricole

Le site de Macon-Davayé déploie ses parcelles au pied de la Roche de Solutré, site Natura 2000, dont la réputation n’est plus à faire. De plus, fidèle aux traditions du mâconnais, deux ateliers composent l’exploitation : un atelier viticole et un atelier caprin, tous deux pour des produits sous appellation. Un 3ème atelier est en cours de création : un atelier spécifique pour les actions agro-écologiques. Le décor est planté, quels sont les acteurs et les actions en jeu ? C’est en rencontrant Sylvain Paturaux, directeur de l’exploitation (DEA) depuis 7 ans, que nous allons y répondre.

 

Fort d’une dynamique importante dans des actions de développement durable, l’établissement a voulu, dès 2009, concrétiser ses démarches par une labellisation de l’atelier viticole : la totalité des 16 ha de vigne sont est certifiée en Agriculture Biologique depuis 2013. Le domaine de Poncétys produit 70 000 bouteilles de vins sous appellations (AOP) St Véran, Pouilly-Fuissé et Macon-Davayé. L’atelier caprin avec ses 200 chèvres alpines produit 120 000 litres de lait entièrement transformés en fromages sur le site, selon le cahier des charges de l’AOP fromage de chèvre Maconnais dont certaines obligations « correspondent clairement à l’agro-écologie » comme nous le souligne Sylvain.

Une exploitation dynamique dans la transition  agro-écologique

La triple performance est au cœur du fonctionnement de l’exploitation : performance économique avec un chiffre d’affaire de 800 000€ par an représentant 55% du budget de l’établissement, performance sociale par l’emploi de 11 salariés pour 9,5 ETP et performance environnementale. L’exploitation est en permanence à la recherche de piste de progrès pour améliorer les conditions de travail et mieux organiser les tâches. La performance économique est atteinte par une forte valorisation commerciale sur des salons, à l’export et en vente directe.

Quelles pratiques agroécologiques ?

 Dans le vignoble en AB, pour rechercher une baisse de l’indice de fréquence de traitements (IFT), chaque passage dans les vignes est raisonné après des observations aux champs, le traitement est optimisé, le matériel réglé pour une meilleure qualité de pulvérisation, des pratiques alternatives sont mises en jeu. L’exploitation fait partie d’un groupe de fermes DEPHY (animé par la chambre d’agriculture) et en 2018, seulement 2,6kg de cuivre/ha ont été utilisé. Le Vinipôle Sud Bourgogne implanté sur le site permet de nombreuses expérimentations notamment sur la réduction des intrants. A la cave aussi, cette réduction est une préoccupation prépondérante ! Signalons également que tous les effluents sont récupérés et traités.

 

L’atelier chèvres n’a pas pu être labellisé AB, faute de pâturages et de disponibilités en foins Bio sur le territoire. L’exploitation dispose seulement de 4 ha de luzerne, qui permettent une interculture agroécologique  performante pour la régénération du vignoble, et de 15 ha de terrains communaux  dans le cadre de MAEC. Ce pâturage extensif sur la roche de Vergisson, par 40 chevrettes de début juin à fin octobre, permet l’entretien des pelouses calcicoles spécifiques en limitant l’embroussaillement et la fermeture du paysage. De plus, l’exploitation intervient aussi pour une fauche tardive sur le Mont de Pouilly, « afin de respecter des zones de nidification ». Selon le cahier des charges de l’AOP, le troupeau est nourri avec de l’affouragement en vert pendant au moins 120 jours par an et avec au maximum 350 kg de concentrés par chèvre et par an. Sylvain insiste : « L’enjeu fort dans les années à venir est d’assurer l’autonomie alimentaire du troupeau d’un point de vue fourrager » mais comment faire quand la pression foncière et viticole est la plus forte ? Sylvain nous rappelle également que « le troupeau n’est ni vacciné, ni traité par antibiotique de façon systématique ». Et pour finir, bien entendu, le petit lait issu de la fromagerie, est également retraité. Cet atelier caprin apporte également des matières organiques essentielles au sol du vignoble.

Et l’atelier spécifique agro-écologie ?

Cet atelier met en jeu de nombreuses actions pédagogiques en particuliers avec les secondes générales en EATDD   et un enseignant de Biologie-écologie, Marcel Eberhart :  création d’un verger conservatoire (22 variétés de figuiers, 13 variétés rares de pommiers), et restauration d’une haie pédagogique pour enrichir la biodiversité. Pour produire des végétaux à faible coût, une pépinière de greffage, marcottage et bouturage, est entretenue par les élèves et les plants obtenus sont transplantés par la promotion suivante. A Davayé, « la culture de l’arbre » qui semble disparaitre sur d’autres territoires, n’est pas près de s’éteindre !

Bien entendu, les autres formations sont aussi impliquées sur l’exploitation !

 Sylvain nous précise : « Au travers de mini-stages, travaux pratiques, visites et autres formules, de nombreuses actions ont pour support tout ou partie de l’exploitation ». Les formations du CFPPA, et en particulier les stagiaires du BP REA suivent tout particulièrement l’atelier caprin, surtout suite à l’arrêt pendant deux ans du CS Caprin (qui devrait reprendre !) Les bac pro CGEVV interviennent sur différents chantiers de l’atelier viticole: vendange, taille…Les BTS TCVS participent  aux salons et à différentes actions de commercialisation. A la fromagerie, ce sont les stagiaires de BP REA, des élèves de bac pro et de bac STAV , qui participent par roulement, tous les matins, à la confection  des fromages AOP mâconnais.  Des améliorations sont à envisager avec les BTS viti-oenologie qui pourraient intervenir, dans le cadre d’une formation à orientation AB, pour réaliser diagnostics ou expertises diverses dont celle permettant une certification HVE niveau 3.

Les 3 questions de fin

- De quoi êtes-vous le plus fier ?“Du rajeunissement du patrimoine de l’exploitation : matériel et vignoble”
- S’il fallait améliorer quelque chose ?“Améliorer les échanges entre les salariés et les enseignants, permettre plus de fluidité et faire en sorte que tous se comprennent mieux”
- Un conseil à donner à un éventuel successeur ?“Être à l’écoute des salariés, être sur le terrain et disponible, être capable d’expliquer aux enseignants toutes décisions”

L'exploitation de Macon-Davayé 2018 en chiffres

SAU : 20 ha dont 16 ha en vignes
Surfaces sous convention MAEC: 15.4 ha
Surface verger agroécologique : 0.5 Ha environ
Encépagement : 77 ares de Gamay, le reste en Chardonnay, pas de cépages résistants sur la zone d’appellation
Chèvres Alpines : 200
Commercialisation : ¼ à l’export, ¼ en salons, ¼ aux professionnels (CHR, cavistes…), ¼ aux particuliers dont le GIE Club des Ecoles (prospection des grandes surfaces en cours) pour les vins, Pour les fromages : ¼ à la ferme, ½ à des grossistes professionnels via un GIE, ¼ à des professionnels locaux (fromagers, traiteurs, affineur…)
ETP : 9,5
Chiffre d’affaires 2018 : 750 000€ HT (500 000€ pour les vins, 250 OOO€ pour les fromages de chèvre)
Consommation d’énergie : utilisation d’un tracteur à faible consommation, enregistrement des pratiques mécaniques et des consommations, étude sur la cinétique fermentaire et sa consommation énergétique, pas de travail combiné.
Autres partenariats : GIP Pôle Bourgogne vigne et vins, projet collectif couverts végétaux en inter-rangs
En projet : la certification HVE niveau 3 de toute l’exploitation (méthode PerfEA en 2014)

Contacts utiles

MAA - DGER - SDRICI - BDAPI

1 ter avenue de Lowendal, 75700 Paris 07 SP