Projet d'animation et de développement des territoires des établissements publics de l'enseignement agricole

Agro-écologie Tour 2018 du Grand Est : la fête contre les phytos

Mai 2018 - Dominique Dalbin, animateur Réso’them de l’enseignement agricole

La finale de la troisième édition de l’Agro-écologie Tour de l’enseignement agricole du Grand Est s’est tenue le 17 mai dernier sur la ferme expérimentale de l’ENSAIA à La Bouzule. Cette année, 600 participants se sont réunis pour échanger, dans une ambiance festive, sur la réduction des phytosanitaires en agriculture…

Malgré l’effervescence manifeste, le sourire est au beau fixe chez les organisateurs de cette journée : météo idéale, très bon taux de participation (13 établissements d’enseignement agricole de la région et le lycée d’Ettelbruck du Luxembourg ont fait le déplacement), des étudiants de l’ENSAIAtypo3/#_ftn11 très motivés eux aussi dans la préparation en amont et dans la co-animation des ateliers, des intervenants conférenciers et des institutionnels qui ont répondu présents… « Un évènement déjà bien rodé » dira même Sylvestre Chagnard, le DRAAF typo3/#_ftn22 du Grand - Est dans son discours d’inauguration. Après un premier « tour de chauffe » au lycée agricole de Metz en 2016 et une seconde édition dans les Vosges couplée au Salon de l’herbe, c’est donc sur la thématique « écophyto » que l’enseignement technique agricole a souhaité amener les acteurs du territoire cette année.
La journée est même une « finale » régionale d’évènements qui ont été organisés localement dans les lycées depuis le début de l’année, mêlant au choix ateliers, conférences, jeux, …

« Ecophyto, pourquoi pour toi ? »

Au menu donc de cette finale, un grand jeu-concours où chaque groupe de lycéens doit suivre des conférences (sur la réduction d’intrants et du travail du sol, les effets sur la qualité de l’air, …) et participer à 30 ateliers-jeux en lien avec l’agro-écologie, pour tenter à chaque fois de ramener quatre jetons. Sur le stand thématique « ortie » par exemple, les étudiants de l’ENSAIA (en « groupes projets professionnels ») présentent le projet New fibre porté notamment par l’école (cf. encadré) et font deviner laquelle des cinq tisanes proposées à la dégustation est à base de cette plante. A côté, l’école horticole vosgienne de Roville-aux-chênes demande d’estimer le nombre de graines contenues dans 100 g … et le nombre de plants présents sur la parcelle expérimentale d’un ha (il y en a 60 000 !). Ailleurs, les organisateurs se sont manifestement fait plaisir pour inventer, sur le mode « la tête et les jambes » ou « qui veut gagner des millions », des quizz, jeux de lancer ou autres parcours d’obstacles pour tout savoir sur les matières méthanisables ou sur l’impact écologique des intrants et pesticides sur les milieux aquatiques…

Alors que la participation bat son plein, chacun n’oublie pas le trophée vidéo écophyto : tous les lycées ont en effet produit une courte vidéo sur la proposition « écophyto, pourquoi pour toi ? », et la journée se terminera par la remise des prix aux trois gagnants, après un vote en ligne ouvert à tous.
Marie Laflotte, directrice de l’exploitation de l’établissement de Château-Salins, témoigne : « Nos BTSA ACSEtypo3/#_ftn13 1ère année l’ont préparé avec une enseignante d’éducation socio-culturelle, et la volonté d’être drôle et positif sur ce thème. Ils ont même réalisé deux projets, avec vote du public lors de notre journée maîtres de stage sur l’établissement : c’est la version C’est pas sorcier qui a gagné et que l’on présente aujourd’hui ». Enthousiaste, elle poursuit : « On l’a même projeté en journée projet d’établissement, nous étions si fiers ! Et l’année prochaine, on va fédérer un groupe d’étudiants pour tourner un film de présentation de l’exploitation ».
Julien Verzeaux, enseignant en agronomie au lycée de Rethel, est tout aussi conquis par la démarche : « avec les 1ere bac pro CGEAtypo3/#_ftn24, classe très motivée par les aspects technologiques, il y a eu une vraie émulation. On est parti d’une situation concrète de piégeage d’insectes, qu’on a filmée et qui a donné lieu à beaucoup d’échanges entre les élèves, sur la santé de l’agriculteur, du consommateur, l’économie des charges… Au final, chaque élève a écrit au tableau l’idée qu’il se faisait d’écophyto et on a filmé en accéléré ! ».
Ce sont bien ces deux films qui remporteront les deux premières places du trophée, et l’établissement de Chaumont qui ramènera quant à lui le plus de jetons du parcours de jeux…

Plus de liens avec l’enseignement supérieur

Au-delà de l’intérêt du site de la ferme de la Bouzule comme support pour cette journée, les liens tissés entre l’enseignement technique et supérieur font aujourd’hui espérer un changement de braquet, comme en témoigne Max Louette, chef du SRFD5 Grand-Est : « Aujourd’hui, des enseignants-chercheurs participent à nos conseils d’exploitation et des étudiants de l’ENSAIA peuvent accompagner nos expérimentations sous forme de projets tutorés. Mais avec le Pacte grandes écoles à l’initiative du Conseil régional, tous nos établissements sont partenaires du projet AgroValor porté par l’ENSAIA, pour constituer un réseau et partager une base de données agro-techniques mutualisée, ce que nous n’aurions pas pu gérer seuls ».

L’Université de Lorraine voit ainsi se dessiner ici un vrai maillage de territoire pour diffuser les expérimentations et ses acquis pour l’agriculture et l’alimentation de demain.

Visite de la ferme expérimentale de la Bouzule

C’est avec entrain qu’Alexandre Laflotte, le directeur de la ferme expérimentale de la Bouzule de l’ENSAIA, fait visiter aux institutionnels présents les différents ateliers. Bovins viande, bovins lait, ovins et caprins, grandes cultures/luzerne, pisciculture d’étang : ici, les productions sont nombreuses, mais l’accent est mis sur les expérimentations. Le personnel y conduit, en lien avec les enseignants-chercheurs et les partenaires professionnels, des recherches sur l’amélioration génétique des animaux, la vie du sol, la biodiversité, l’agroforesterie, la méthanisation, …
Le projet Newfibre par exemple regroupe des industriels de la filière textile lorraine, pour extraire la fibre d’ortie, très proche de celle du coton, pour ensuite pouvoir la tricoter. Une parcelle d’un ha a été plantée ici en 2015, à partir de plants fournis par l’école horticole de Roville-aux-chênes, en agriculture biologique. Les BTSA Productions horticoles ont travaillé sur une standardisation de la production, avec un semoir de précision. Ce partenariat a lancé l’école vosgienne dans une production potentielle pour 15 ha, car l’ortie a de nombreux débouchés possibles : alimentation animale, bio-stimulation des plantes (purin), cosmétique, agro-alimentaire,… sans oublier la soupe pour la cantine, que réclament souvent les élèves !
L’ Unité de méthanisation quant à elle comprend un digesteur de 450 m3, utilise 75 % des effluents produits sur l’exploitation et a une capacité de stockage de six mois. Elle est une référence européenne dans la modélisation de prédiction de production d’énergie en fonction des intrants : l’équipe a montré par exemple que moins de 10 % de cultures énergétiques (maïs) suffisent pour assurer un bon rendement de biogaz dans leur cas. Avec le projet Persephone, conduit également sur des sites au Luxembourg, en Belgique et en Allemagne, l’objectif est de comparer, sur des blocs de prairies permanentes, les effets d’une utilisation de digestat par rapport à une fertilisation minérale pure ou organique (lisier brut), sur la production de fourrage (quantité de biomasse et qualité), l’évolution des communautés microbiennes du sol et l’impact sur la qualité de l’eau.

L’Agro-écologie Tour 2018 est soutenue par les Agences de l’eau Seine-Normandie et Rhin-Meuse, le Conseil Régional Grand Est, la DRAAF Grand Est (SRAL et SRFD) et organisée par le réseau des EPLEFPA Grand Est en partenariat avec l'ENSAIA. Retrouvez l’aventure de l’Agro-écologie Tour 2018 sur la page facebook dédiée

[1] ENSAIA : Ecole d'Ingénieurs Agronomie & Industries alimentaires

[2] DRAAF : Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt

[3] ACSE : Analyse, conduite et stratégie de l'entreprise agricole

[4] CGEA : Conduite et gestion de l'entreprise agricole

[5] SRFD : Service régional Formation développement (de l’enseignement agricole)


« Agroécologie Tour 2017», les établissements du Grand Est se prêtent aux jeux

Juin 2017 - Emmanuelle Zanchi (animatrice Réso'them de l'enseignement agricole)

La deuxième édition de « l’Agroécologie Tour » s’est tenue les 31 mai et 1er juin à Poussay (Vosges). Organisé par le réseau régional Grand Est de l’enseignement agricole, c’est aujourd’hui le rendez-vous incontournable du printemps pour les établissements. Cette année, élèves et étudiants étaient invités à une compétition ludique sur le thème de l’agro-écologie, la valorisation de l’herbe et la biodiversité.

Des jeux pédagogiques imaginés par les élèves et les enseignants

« C’est l’heure de la soupe » ou « chut, ça pousse » sont deux des cinq thèmes imaginés par les étudiants de BTS Productions animales en formation initiale et en apprentissage de Nancy-Pixérécourt (Meurthe-et-Moselle). Ce jeu de l’oie renommé « l’herbe en folie » permet de tester ses connaissances sur les espèces prairiales, leur implantation, la récolte, la valeur alimentaire en évitant le retour à la case départ pour cause de sécheresse. Yannick Mousseron, formateur en zootechnie au CFA de Nancy explique : « créer ce jeu a été une occasion de mobiliser les étudiants de première année du lycée et du CFA mais également les enseignants ». Tout était à inventer : les règles, le titre du jeu, le plateau mais surtout les questions.

« La production d’espèces fourragères de 1950 à 2015 a-t-elle augmenté en passant de 14 à 19 millions d’ha, baissé en passant de 19 à 14 millions d’ha, restée stable aux alentours de 19 millions d’ha ? », voilà une question posée par les étudiants de BTS Gestion et Protection de la Nature (GPN) de Roville aux Chènes (Vosges) dans leur Trivial Prairies. Il s’agit de compléter son « camembert » en répondant à des questions portant sur le territoire, la biodiversité, la fonctionnalité agricole des prairies, … D’autres questions semblent plus faciles : « Pour les pâturages, la qualité du lieu de vie du troupeau dépend : de la présence d’espèces mellifères, de la portance des sols ou de la sympathie de l’éleveur ? » Pour Carole Benoit, enseignante en agronomie, « l’enjeu est que les étudiants en formation GPN découvrent d’autres espaces que les espaces naturels. Il faut que ces étudiants découvrent l’agronomie car ils auront à travailler demain avec des agriculteurs ». Chaque étudiant a dû imaginer deux questions, exercice un peu déroutant au début. « Mais ils se sont rendus compte que les possibilités étaient infinies » précise Carole.

 

Un challenge entre établissements

Par équipe de 4 à 6 joueurs, les élèves participent à un maximum de jeux pour cumuler des jetons qui permettront de désigner les équipes gagnantes en fin de journée.

Les jeux s’enchaînent : Quizz sur les espèces bio-indicatrices des prairies humides proposées par les étudiants de BTS Agronomie Productions Végétales du lycée agricole de Courcelles-Chaussy (Moselle) ou sur l’agriculture biologique (Château Salins), mots croisés sur l’évolution de la ferme du lycée agricole de Mirecourt. Des parties enflammées s’engagent : « 365 jours au pâturage », inspiré du 1000 bornes, mêle hasard et stratégie. Quentin, étudiant au lycée agricole de Chaumont (Haute Marne) explique « il faut cumuler des jours de pâturage mais à tout moment, un autre joueur peut nous freiner avec une carte « panne de clôture » à moins d’avoir en main une carte « troupeau gardé par un chien », dans ce cas, on est invincible ! ».

Finalement, près de 1500 élèves et étudiants, accompagnés de leurs enseignants, de la région et de la région Bourgogne Franche-Comté voisine ont concouru pendant les deux jours de la manifestation. Thibaut, étudiant en BTS Analyse, conduite et stratégie de l'entreprise agricole s’enthousiasme : « J’ai découvert l’agriculture biologique, sa place dans le monde et en France, la réglementation en inventant le jeu dans notre lycée mais aussi les espèces prairiales bio-indicatrices en jouant à un jeu proposé par un autre lycée. C’est plus sympa d’apprendre en s’amusant même si nous n’avons pas été finalistes ».

Les gagnants ne sont pas peu fiers : des équipes de Bar le Duc, Fayl Billot, Chaumont et Château Salins se sont vus remettre leur prix par l’équipe d’organisation et la vice-présidente du Conseil régional en charge de l’agriculture.

Faire connaitre l’enseignement agricole et échanger avec des professionnels

Cette année, « l’Agroécologie Tour » était intégré à une autre manifestation d’ampleur, le Salon de l’herbe, organisée tous les trois ans à Poussay près de Mirecourt (Vosges). Cette manifestation accueille 30 000 visiteurs et se veut être une vitrine sur les cultures fourragères, les prairies. Les élèves ont pu ainsi rencontrer des conseillers, des agriculteurs, assister à des démonstrations de travail du sol, de semis, de récolte, assister à des conférences. L’occasion également pour le grand public de découvrir l’enseignement agricole. « L’Agroécologie Tour » 2017 est incontestablement une réussite grâce à l’engagement des élèves, des enseignants et surtout grâce à l’équipe d’animation qui a millimétré l’organisation de ses deux journées.

Contacts utiles :

Cheffe de projet et de partenariat : Charlotte Figueredo

Animatrice ReaL'Id (Réseau enseignement agricole public Lorrain) : Frédérique Chauvet

Exploitation EPL de Mirecourt : Franck Sangouard, Directeur d’exploitation

DRAAF/SRDF: Florent Flamion, Margaux Cuvier, Gérard Maillard

En savoir plus : http://epa.museal.fr/wakka.php?wiki=RegrpReg


L"Agro-écologie Tour 2016" du Grand-Est

Mai 2016 - Dominique Dalbin (animateur Réso'them de l'enseignement agricole)

Le 18 mai 2016 s'est tenu sur le site de l'EPLEFPA de Metz-Courcelles-Chaussy le 1er salon des exploitations agricoles d'enseignement et d'expérimentation, proposé par le réseau régional Grand-Est de l'enseignement agricole.

Le programme régional "Enseigner à produire autrement" en action

En juin 2014, suite au lancement du plan "Enseigner à produire autrement", la région décidait de renforcer le rôle démonstratif des exploitations (et ateliers technologiques) des établissements d’enseignement agricole en organisant un circuit de découvertes des fermes des lycées agricoles. La première étape de ce circuit a eu lieu le 18 mai 2016 sur la Ferme des Mesnils de l'EPL de Metz Courcelles Chaussy.

Lire le compte-rendu de cette journée...

L'agro-écologie Tour en 6 minutes...

Réalisation : eau-ea, la chaîne vidéo du réseau "Eau"